Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Logo du CIEQ

Fichiers documentaires

Index onomastique

Rioux
1 - 4 sur 4 résultats Imprimer
1 No d'identification : 12 299

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. le juge Rioux est arrivé hier pour le terme de la Cour du magistrat de district.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 38 (09 septembre 1882) : 2.
2 No d'identification : 12 600

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le cadavre d'un nommé Derouin, d'Arthabaska Station, a été exhumé: une enquête par le coroner a eu lieu mardi dernier. On prétend que le jeune Chabot, meurtrier de Ayotte, l'aurait empoisonné pour obtenir une certaine somme d'argent qui devait lui revenir après sa mort. Les viscères du défunt ont été mises sous scellé et expédiées à Québec pour analyse. Les médecins ont constaté à l'autopsie une congestion du poumon et l'hypertrophie du coeur, suffisant à amener la mort. Comme celle-ci est arrivée subitement et sous des circonstances douteuses, il est possible que ce soit un empoisonnement. Le juge Rioux a commencé jeudi l'enquête préliminaire dans l'affaire du meurtre de Ayotte.
- L'enquête est terminée et les médecins n'ont trouvé aucun poison dans les viscères de Drouin. L'accusé (Chabot) n'aura à subir qu'un seul procès pour le meurtre de Ayotte (17, 5, p. 2).
- L'examen préliminaire sur le corps de Zéphirin Ayotte s'est terminé vendredi, le 18 janiver courant, devant M. G.E. Rioux, magistrat stipendiaire pour ce district. Les accusés avaient pour procureurs: Laurier & Lavergne comme avocats des deux Chabot, Pacaud & Cannon comme avocats de Blanchette et Orr, ainsi que Ol . Beauchesne, avocat de Landry. Ce dernier fut mis en liberté après l'enquête préliminaire. Les autres ont été condamnés à subir leur procès du prochain terme de la Cour Criminelle, qui s'ouvrira le 19 février prochain. Durant toute l'enquête, M. le juge Rioux et M. T. Barwis, représentant la couronne ex officio comme greffier de la paix, ont montré beaucoup de science du droit criminel (17, 7, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 4 (06 janvier 1883) : 3 (suite: 17, 5, p. 2; 17, 7, p. 2).
3 No d'identification : 12 884

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Lafontaine, orfèvre de Drummondville, s'est fait voler un lot de montres la semaine dernière. Le crime a été commis pendant la nuit, et on soupçonne un jeune étranger de passage à Drummondville, qui se disait fils du juge Pacaud. Or, il n'y a aucun juge de ce nom dans la province. Il paraît que peu de jours après le vol, le même garçon vendait sur le steamer entre Montréal et Trois-Rivières dix-huit montres à un passager de bord. Auparavant, M. Piché, marchand, a vu sa montre en or, d'une valeur de 140$, disparaître de sa maison. L'affaire n'est pas encore entre les mains de la police.
- Un nommé Berthiaume a comparu devant le juge Rioux, au dernier terme, pour vol de onze montres chez M. Lafontaine, à Drummondville. Il aura un procès par juré en octobre prochain (17, 27, p. 2) .
- Berthiaume a subi son procès et est condamné à deux ans de pénitencier (17, 28, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 22 (12 mai 1883) : 2 (suite: 17, 27, p. 2; 17, 28, p. 2).
4 No d'identification : 15 170

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
MM. Samson de Victoriaville et Stevens de Tingwick ont été poursuivs pour vente de boisson sous l'acte Scott. M. le juge Rioux a pris les causes en délibéré en raison des points de droit soulevés.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 19, no 36 (15 août 1885) : 2.
1 - 4 sur 4 résultats