Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Téléphone Godbout
1 - 7 sur 7 résultats Imprimer
1 No d'identification : 25 265

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À Stanfold, «le central au téléphone "Godbout" a été transféré chez M. Euchariste Lachance, rue Garneau».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 43, no 38 (03 septembre 1909) : 3.
2 No d'identification : 26 816

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Le téléphone de Saint-Albert est rendu à Victoriaville. Il est maintenant relié au téléphone Godbout. C'est une amélioration importante».

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 13, no 7 (21 juillet 1906) : 1.
3 No d'identification : 26 818

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Nouvelle de Victoriaville: «Les abonnés du téléphone Godbout seraient très reconnaissants envers les propriétaires du téléphone d'en bas, du côté de Sainte-Clotilde, Saint-Samuel, Saint-Célestin, etc., si ces Messieurs voulaient se donner la peine d'accrocher leurs broches ailleurs qu'aux branches des arbres et des [aux] piquets de clôtures. Non seulement cela permettrait de parler mieux, mais aussi d'avoir les correspondances sans tout ce haria et cette perte de temps que les bureaux centraux sont obligés de subir».

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 13, no 8 (28 juillet 1906) : 1.
4 No d'identification : 26 963

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Le téléphone Godbout augmente continuellement d'année en année. À Victoriaville, en 1900, il n'y avait que six boîtes; aujourd'hui on en compte au delà de 50, et [si ce] n'était [que] la machine du central qui est trop petite, il y aurait 20 abonnés de plus. Le service est si bon marché et le réseau si favorable que les abonnés ont raison d'avoir un téléphone local aussi avantageux pour un prix aussi minime».

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 14, no 35 (29 février 1908) : 1.
5 No d'identification : 26 542

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le téléphone « Godbout » aura un bureau central modèle prochainement, à la librairie de Victoriaville. « Il y aura une chambre spéciale, aménagée de manière à ce que les personnes qui viennent téléphoner au bureau central se trouvent isolées des oreilles indiscrètes. »

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 7, no 46 (13 avril 1901) : 2.
6 No d'identification : 26 843

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Nouvelle de Victoriaville: «Prochainement, on pourra au moyen du téléphone Godbout, avoir un système d'alarme pour le feu, la nuit. Plusieurs boîtes seront mises en communication par le central, et aussitôt qu'un feu se déclarera on n'aura qu'à se rendre chez certaines personnes désignées dans chaque quartier, et sonner au téléphone, à n'importe quelle heure de la nuit».

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 9, no 44 (28 mars 1903) : 1.
7 No d'identification : 22 342

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le téléphone Godbout fait des progrès: relie maintenant Mégantic, Arthabaska, Drummond, Bagot, Saint-Hyacinthe, Nicolet, Yamaska. Avantage de téléphoner à l'étranger sans frais (comme chez Bell).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 35, no 14 (05 avril 1901) : 3.
1 - 7 sur 7 résultats