Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Tessier
1 - 7 sur 7 résultats Imprimer
1 No d'identification : 11 601

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Grandes soirées dramatiques et musicales données par les amateurs de Victoriaville, les 24 et 25 février. Ces soirées auront lieu dans la salle de théâtre de l'Académie des Frères du Sacré-Coeur et seront sous le patronage du curé de sSinte-Victoire, J.U. Tessier. La comédie sera Don Quichotte (par Eugène B. de Lesdain, tiré du roman de Cervantès). La fanfare sera présente. Admission: 0,25$. Sièges réservés: 0,50$. Enfants: 0,15$. Levée du rideau à 19h00 (23, 8, p. 2). Pour voir le programme intégral : 23, 8, p. 3.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 7 (16 février 1889) : 2 (suite: 23, 8, p. 2-3).
2 No d'identification : 11 606

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le pèlerinage du comté d'Arthabaska à Sainte-Anne de Beaupré aura lieu les 9 et 10 juillet 1889, sous la direction du curé de Sainte-Victoire, J.U. Tessier, et sous le patronage de Mgr Gravel.
- Publicité officielle du pèlerinage, qui aura lieu finalement le 17 juillet. Le train partira de Richmond à 9h et arrivera à Lévis à 2h P.M. Les localités traversées entre Richmond et Lévis sont indiquées. Prix de l'aller et retour: 1,60$ (comprenant l'offrande aux R.R. Pères) et 0,80$ pour les enfants de moins de 12 ans. Les billets de train sont bons pour 4 jours (23, 26, p. 3).
- Nombre de participants: 1 028. Il est question du trajet en train sous le ciel étoilé et d'un miracle survenu à Sainte-Anne (une jeune américaine qui aurait retrouvé l'usage de ses jambes) (23, 29, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 7 (16 février 1889) : 2 (suite: 23, 26, p. 3; 23, 29, p. 2).
3 No d'identification : 13 876

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Les citoyens de Victoriaville viennent de fonder une Société de secours mutuels, sous le nom de "Société St-Jean-Baptiste de Victoriaville».
- Cette «société est en voie de devenir très florissante». À la dernière réunion qui s'est tenue en juillet 1892, 32 nouveaux membres ont été initiés. Le nombre total se rapproche donc de 80. La prochaine réunion aura lieu le 14 août et le nombre de membres pourrait être porté à cent selon les applications reçues par le secrétaire archiviste. Le nom des officiers élus lors de la dernière réunion est inscrit à la fin de l'article, avec le titre de chacun. Par exemple, le président honoraire est le curé de Victoriaville J.U. Tessier et le président actif, Paul Tourigny (26, 31, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 26, no 22 (02 juin 1892) : 2 (suite: 26, 31, p. 2).
4 No d'identification : 24 662

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Dimanche dernier, à Victoriaville, a eu lieu la bénédiction de la bannière des enfants de Marie par le curé J.U. Tessier. Cette bannière aurait coûté plus de 60$.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 29, no 24 (13 juin 1895) : 3.
5 No d'identification : 25 405

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Bénédiction solennelle de la manufacture de clous de M. J.E. Auger à Victoriaville, le 18 courant, par le curé J.U. Tessier.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 32, no 42 (30 septembre 1898) : 3.
6 No d'identification : 25 814

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À Victoriaville, les travaux du juvénat des Frères du Sacré-Coeur avancent rapidement. L'architecte est M. Caron. Les travaux de l'externat qui sera bâti par la ville de Victoriaville commenceront prochainement. Le curé de Sainte-Victoire, J.U. Tessier, a fait un don de 2, 000 $ pour cette institution.

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 4, no 1 (05 juin 1897) : 2.
7 No d'identification : 8 436

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On souligne les 30 ans de l'Académie St-Louis de Gonzague, à Victoriaville : «L'Académie St-Louis de Gonzague compte cette année 30 ans d'existence. En effet, c'est en 1898, que les Frères du Sacré-Coeur s'y installèrent et que les classes s'ouvrirent pour la première fois le 7 septembre». Voir le premier personnel qui s'y trouvait en 1898. Le premier examen de l'Académie a eu lieu le 23 juin 1898, avec un bon résultat: 144 des 164 élèves ont passé l'examen en question. «Le frère Justin dirigea l'Académie jusqu'aux vacances de 1911, avec un égal succès». «Il est à noter que l'Académie reçut des élèves internes jusqu'en 1905, c'est-à-dire jusqu'au jour où le Collège Commercial d'Arthabaska, dirigé par les Frères du Sacré-Coeur, ouvrit ses portes à Victoriaville dans un local plus moderne et de proportion colossale». Le Frère Justin, des amis et des élèves travaillèrent le sol et ils égayèrent terrain de fleurs. Le Frère Justin prit bien soin des fleurs, même à l'intérieur en plein hiver, où le public pouvait les observer. «Son secret qui n'était un mystère pour personne, c'est qu'il (Frère Justin) était toujours d'humeur égale, affable, patient; il n'était pas grondeur». Le Frère Louis-Charles prit les rennes de l'Académie, en septembre 1911. Le Frère Andrèse enseignait à ce moment dans la classe des finissants. Le Frère Emilien prit le poste de direction, en 1913. Il valorisait beaucoup l'activité physique, protectrice de la santé, la gaieté, la bonté, l'innocence et préparatrice d'études sérieuses. Il valorise aussi l'écriture. «Le 12 juin 1918, eut lieu à Victoriaville, dans la salle du théâtre Victoria, le 26e congrès des Commissaires d'écoles organisé par M. l'inspecteur Thomas Warren». Au menu : discours et chants, où les classes supérieures et la petite Maîtrise se sont illustrées. «En septembre 1918, Victoriaville fut témoin d'un Congrès eucharistique régional très solennel, que l'Histoire a consigné comme l'un des événements religieux les plus grandioses et les plus imposants de notre pays». Il y eut alors des préparatifs pour une messe en plein air sur le terrain de l'école, mais la pluie empêcha son exécution. C. F. Hilaire pris les rennes de l'Académie, en 1919. En 1921, le Provincial C. F. Antoine parla de son projet de mettre en place «un monument au Sacré-Coeur en face de la maison-mère d'Arthabaska, pour souligner le centenaire. Financement par la vente d'images du Sacré-Coeur et par un concert sacré. À la fin de juin 1922, on fête les 25 ans de la direction de C. F. Hilaire, et le 14 juin 1925, les noces d'or de sa vie religieuse. Récit des enseignements du bon Père aux enfants pour les préparer aux divers sacrements. En 1926, restauration de l'Académie de fond en comble, sous la direction du Frère Eraste: toit, peintures, boiseries imitées, planchers, ajouts de classes, ajout d'un système de chauffage à l'huile automatique, réfection des cabinets d'aisance. L'Académie St-Louis de Gonzague «abrite actuellement tout près de 500 élèves répartis en 12 classes». L'aménagement du paysage, des terrains consacrés aux loisirs et les pâturages sont uniques aux Frères du Sacré-Coeur de Victoriaville et ce, parmi les Frères du Sacré-Coeur de l'ensemble du Canada. Description des matières au programme. Le journal souligne la bonne valeur du diplôme de l'Académie, la place qui est faite à l'enseignement, aux sports et aux organisations (Ligue du Sacré-Coeur, Le cercle du Parler français et la Petite Maîtrise). Ces groupes et leurs fonctions sont décrites. Le journal adresse des remerciements à l'abbé J.-U. Tessier et à Mgr Onil Milot pour leur dévouement à l'Académie.

Référence
La Voix des Bois Francs, vol. 1, no 12 (10 janvier 1929) : 1 (suite: 1, 13, p. 2; 1, 14, p. 2).
1 - 7 sur 7 résultats