Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Logo du CIEQ

Fichiers documentaires

Index onomastique

Roy
1 - 4 sur 4 résultats Imprimer
1 No d'identification : 11 492

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Dans la nuit du 8 au 9 novembre, la tannerie de George Roy, à Plessisville, a été incendiée.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 22, no 45 (10 novembre 1888) : 2.
2 No d'identification : 14 326

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Nouvelle de Somerset: La tannerie de George Roy, près de la station, tanne actuellement un char de peau par semaine et emploie une vingtaine d'hommes. De plus, «le nombre de cordes d'écorce de pruche que dépense chaque mois la tannerie fait le bonheur de ceux qui en ont à vendre».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 27, no 12 (23 mars 1893) : 2.
3 No d'identification : 14 754

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
George Roy, de Québec, fait poser un aqueduc à sa tannerie de Somerset. Une dizaine d'hommes, sous la direction du contremaître Jos. St-Pierre, sont à construire l'aqueduc depuis 8 jours. «On espère compléter la pose des tuyaux vers la fin de cette semaine».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 27, no 27 (06 juillet 1893) : 2.
4 No d'identification : 9 300

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Lettre au rédacteur à propos des injustices que subit le comté d'Arthabaska. Concernant les travaux à faire sur la rivière St-François pour le flottage du bois, l'arpenteur et ingénieur Gastonguay d'Arthabaskaville a offert ses services au ministre des travaux publics, M. Langevin, en mars dernier. Le député d'Arthabaska, M. Bourbeau, appuya fortement sa demande, mais on choisit encore un «homme de la ville» pour réaliser les travaux. M. George Roy de Québec fut choisi, de préférence à M. Gastonguay, pourtant très compétent. S'ensuit une dénonciation ardente et sarcastique à l'encontre de M. Langevin et de ses «suppôts», des privilégiés qui sont parmi les «gros bonnets» de la ville ou les intimes «des grands hommes de l'olympe d'Ottawa». L'auteur se demande pourquoi on impose toujours des étrangers au comté, et croit que c'est une punition du gouvernement à l'égard de ceux qui ont élu un conservateur en 1877. Signé Papa Nina

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 34 (13 août 1881) : 2.
1 - 4 sur 4 résultats