Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Ouellet
1 - 4 sur 4 résultats Imprimer
1 No d'identification : 6 692

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Octave Ouellet, écuier, a été réélu maire du village de Plessisville».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 20 (14 février 1878) : 3.
2 No d'identification : 6 963

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Faillite : Richard Saint-Pierre, failli. Requête faite par George Jérémie Pacaud (créancier contestant de Princeville). Octave Ouellet (Syndic démis par la demande de G. J. Pacaud). Requête faite le 8 avril 1878. Signé par M. A. Plamondon. On nommera un nouveau syndic le vendredi 3 mai 1878 au Palais de Justice d'Arthabaskaville.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 28 (11 avril 1878) : 4 (suite: 1, 29, p. 4; 1, 30, p. 8).
3 No d'identification : 11 559

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Oct. Ouellet, de Somerset, «a accepté l'offre de la maison F. & J. Leclaire de Montréal et commence cette semaine même sa tournée d'hiver comme commis voyageur. Cette maison qui fait dans les nouveautés est une des plus anciennes et une des plus prospères du Canada». M. Ouellet commencera par le comté de Mégantic, puis ira ailleurs dans les Cantons de l'Est.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 22, no 49 (08 décembre 1888) : 2.
4 No d'identification : 14 009

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'ancien syndic officiel du district d'Arthabaska et maintenant du département de l'Agriculture, Octave Ouellet, «sera de nouveau chargé de payer l'allocation de 50 centins par tonneau de betterave à sucre livrée à la manufacture accordée cette année [. L]e paiement se fera directement aux Cultivateurs».
- M. Ouellet sera de passage à Arthabaskaville le 8 décembre, «en route pour Saint-Hyacinthe où il se rend pour payer le bonus de cinquante centins par tonne de betteraves à sucre livrée à la fabrique de Farnham. La récolte, quoique la saison n'ait pas été très favorable, sera presqu'aussi considérable que celle de l'année dernière vu qu'il s'en est semé une plus grande quantité qu'à l'ordinaire, quoique la moyenne par arpent soit à peu près moitié de celle de l'année dernière. Les cultivateurs sont unanimes à dire que cette culture les paye mieux que toute autre. Il est à espérer que cette industrie sera continuée dans la province attendu que la culture de la betterave sera une aide à l'industrie laitière qui seule peut relever la classe agricole qui souffrait depuis longtemps» (26, 50, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 26, no 39 (29 septembre 1892) : 2 (suite:26, 50, p. 2 ).
1 - 4 sur 4 résultats