Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Logo du CIEQ

Fichiers documentaires

Index onomastique

Grondin
1 - 2 sur 2 résultats Imprimer
1 No d'identification : 6 175

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À propos de Somerset (d'après un extrait de l'ouvrage de M.S. Drapeau):

En 1851, la population était de 306 familles pour un total de 2 929 habitants, tous Canadiens français, sauf 23 personnes. Les terres en état de culture couvraient 6 099 acres. On y avait produit 27 698 minots de grains, 21 038 minots de patates et 1 795 tonneaux de foin.

La valeur totale des propriétés foncières est estimée à 564 979 $. La valeur des instruments agricoles est de 25 947 $ et celle du bétail est de 9  491 $.

Parmi les chemins ouverts, il y a celui de la Grosse Île et la route du 8e rang, qui va jusqu'au dépôt du chemin de fer. Ces chemins sont dans Sainte-Julie. Il y a aussi le chemin du 1er rang, appelé aussi chemin de la rivière Noire, situé sur un terrain bas et marécageux. Ce chemin prolonge le chemin provincial d'Arthabaska, et est d'une longueur de 11 milles. Ce dernier sera rallongé jusqu'au lac Saint-François (il mesurera alors 32 milles). L’idée est de faciliter la colonisation, entre autres, des cantons Colraine et Price.

En dix ans, la population a augmenté de 1 704 personnes. On y compte 9  213 acres de terres en état de culture.

Ce canton renferme deux paroisses, soit Sainte-Julie et Saint-Calixte. La première est profonde de 7,5 milles. Il y a une église en bois (110 pieds par 45) qui est encore en construction. Un prêtre y réside depuis 1854. Il y a six écoles, dont une «école modèle», pour un total de 240 élèves.

«La bonne qualité du sol de ce canton va en faire indubitablement une des paroisses les plus florissantes de l'endroit». L'auteur dit que le recensement de 1851 ne fournit pas de données pour les deux paroisses séparément, mais que d'après le rapport sur les « Missions du diocèse de Québec de 1854 », la paroisse de Sainte-Julie comptait en 1853, environ 180 familles pour un total de 1 100 personnes. Ce même rapport indique que c'est le curé de Saint-Calixte qui desservait la paroisse.

Pour ce qui est de la paroisse de Saint-Calixte, elle est d'une forme irrégulière et est constituée de 176 lots et d'une partie de l'augmentation de Somerset. Il y a une église au bord de la rivière Blanche. Il y a six écoles primaires, une «école modèle» et un couvent (où étudient 71 élèves), pour un total de 385 enfants. L'auteur ajoute à la suite un extrait d'un texte de l'abbé Charles Trudelle où il raconte l'histoire du premier habitant de Somerset, J. B. Lafond, natif de la Baie-du-Febvre. Le 2e habitant était Joseph Grondin.

Référence
«Colonisation, comté de Mégantic», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 28 (09 juin 1864) : 1.
2 No d'identification : 12 791

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Notre paroisse [Sainte-Victoire d'Arthabaska] compte sept pères de famille qui ont douze enfants et qui ont droit aux cent acres de terre donnés par le gouvernement. Ce sont M.M. J.O. Boubeau, marchand de Victoriaville, Noël Saint-Pierre, Louis Leblanc, Romuald Tourigny, Philippe Ross, Joseph Grondin et Isaac Labelle».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 16 (24 avril 1890) : 3.
1 - 2 sur 2 résultats