Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Logo du CIEQ

Fichiers documentaires

Index onomastique

Gladu
1 - 4 sur 4 résultats Imprimer
1 No d'identification : 5 894

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On annonce que l’assemblée des membres de l'Institut de L’Avenir aura lieu le 29 octobre, à 19 h. À cette assemblée, le Dr. Gladu a été admis comme membre. À la prochaine réunion (le 3 décembre 1863), une nouvelle motion sera peut-être acceptée. On se propose «d'amender la constitution pour réduire le quorum aux assemblées et pour pourvoir plus efficacement à la perception des contributions annuelles». L'élection annuelle des officiers aura également lieu.

Le journal présente la liste des nouveaux officiers et des membres du comité de régie. Le président est encore J. B. E. Dorion (2, 3, p. 2).

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 49 (29 octobre 1863) : 2 (suite: 1, 50, p. 2; 2, 3, p. 2).
2 No d'identification : 6 405

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y a eu un gros incendie dans le village de L'Avenir «pour la première fois depuis son existence». Le feu s'en est pris d'abord à la maison (et au magasin attenant) de M. Hurst, marchand. Ensuite, il s'est propagé à l'hôtel de M. Brisebois. «Les cris et les tocsins avaient mis tout le village sur pieds, ainsi que bon nombre des habitants des environs qui accoururent pour porter secours.»

Pour éviter que le feu ne se propage à tout le village («bâti en bois à l'exception de l'église qui est en briques»), on a détruit une maison avec des haches, des béliers et des chaînes. Puis, les morceaux ont été rapidement enlevés. Les habitants ont également démoli la remise qui reliait l'hôtel Brisebois à la résidence du Docteur Gladu. Ensuite, on a arrosé les maisons voisines et on les a recouvertes avec des couvertures humides.

On dit que les hommes, les femmes et le curé du village sont intervenus pour limiter les dégâts. Le feu a été maîtrisé vers 2 h du matin.

Le coût des pertes matérielles est estimé à 6 000 $. Cinq personnes ont perdu leur maison et/ou une grange. (L’article mentionne le nom des personnes et donne des approximations sur les dommages subis.)

Un seul, M. Hurst, avait une assurance de 1 500 $ qui ne couvre qu’une partie des pertes estimées à 2 500 $). M. Brisebois, qui est le plus touché, recevra de l'aide de la communauté pour rebâtir sa maison. En fait, dès lundi prochain, on organisera une corvée à cet effet. Cette corvée sera d'ailleurs planifiée le dimanche, à la porte de l'église.

- La nouvelle maison de M. Brisebois est en construction. Les gens du village fournissent bel et bien leur aide pour l'érection de la maison. «Ces actes de secours mutuels, dans des temps de malheur, ont toujours été un des plus beaux traits du caractère de la population canadienne. Perpétuons donc la continuation.»

- «On a résolu de ne pas chômer la Saint-Jean-Baptiste au village de L'Avenir, cette année. Ce qui aurait été dépensé en réjouissance, en cette occasion, sera employé à aider à la construction d'une maison pour M. Brisebois qui a perdu la sienne par l'incendie» (3, 30, p.2 ).

- Le Défricheur prend la défense des habitants de L'Avenir qui n'ont pas chômé la Saint-Jean-Baptiste (pour venir en aide à M. Brisebois), face au Courrier de St-Hyacinthe qui considère les gens de L'Avenir comme anti-nationaux (3, 33, p. 2).

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 28 (07 juin 1865) : 2 (suite: 3, 30, p. 2; 3, 33, p. 2).
3 No d'identification : 6 730

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Dans la publicité qui annonce la vente de la maison du docteur Gladu de L'Avenir, on apprend qu'il y a sur son terrain un jardin, une remise, un hangar, une écurie et «une boulangerie en excellent état».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 4, no 16 (21 mars 1866) : 2.
4 No d'identification : 12 416

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Décès du marchand de Baie du Febvre Dosithé Gélinas, le 30 juillet, à Sainte-Brigitte des Saults. Quelques notables de la région étaient présents aux funérailles, par exemple le juge Plamondon et le docteur Gladu.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 31 (03 août 1889) : 2.
1 - 4 sur 4 résultats