Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Logo du CIEQ

Fichiers documentaires

Index onomastique

Dorion
1 - 15 sur 15 résultats Imprimer
1 No d'identification : 5 340

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Depuis le mois d'avril dernier, il a régné beaucoup d'anxiété dans les comtés de Drummond et d'Arthabaska par l'annonce officielle, faite alors, que toutes les terres de la couronne seraient vendues à l'encan, même celles qui étaient occupées par des colons et dont le paiement n'avait pas été fait au gouvernement.». En tout, cela fait plus de 700 lots. Les colons ont demandé que l'encan soit reporté en juillet dernier, puis encore reporté en décembre. Les colons qui en avaient les moyens ont pu racheter leur terre, en payant au minimum un cinquième de la somme chaque année. Les autres devront partir. Une grande partie des terres vendues à l'encan (voir 1, 2, p.3) est occupée par des colons. Les autres sont des rébus, terres basses ou boisées, dont le défrichement est difficile. En fait, « les colons qui occupent les meilleures terres les ont presque toutes achetées du gouvernement ». La vente des terres publiques est gérée par des agences locales, ce qui occasionne des dépenses importantes pour les deux comtés.

Dans un autre ordre d'idées, les colons ont formulé des plaintes à l'effet qu’en raison de l'établissement du chemin de fer, la coupe de bois sur les terres de la couronne leur déplaisait. De nouvelles évaluations des terres seront donc effectuées pour déterminer la valeur des terres sans le bois. Cela retardera encore le paiement des terres par les colons au gouvernement. En fait, l'examen des réclamations débutera le 10 décembre et la vente se fera le 18, à Arthabaska, pour le comté d'Arthabaska (la vente à Drummond aura lieu le 27 décembre). M. Dorion sera alors disponible pour aider les colons. Le journaliste dit que les cultivateurs devraient se presser d'acheter avant que les spéculateurs ne s'emparent des terres et fassent tripler les prix.

Référence
«Colonisation, grande vente de terres», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 2 (04 décembre 1862) : 2.
2 No d'identification : 5 716

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Plus de 600 personnes ont assisté à une discussion politique, au chef-lieu du comté d'Arthabaska. M. Gaudet, le représentant du comté de Nicolet, devait prononcer certaines accusations à l'endroit de M. Dorion concernant l'élection de Kénébek.

L'allusion de M. Gaudet faisait référence à un discours prononcé en chambre par M. Dorion, en 1855. Dans ce discours Dorion affirmait que les prétentions de certains seigneurs à recevoir l'eau bénite les premiers dans les églises étaient de mauvaise grâce.

Référence
«Une rencontre», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 8 (15 janvier 1863) : 2.
3 No d'identification : 5 758

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Les électeurs de Drummond et d'Arthabaska sont appelés à choisir entre MM. Dorion et De Cazes pour les représenter dans le prochain parlement. [...] M. Dorion a pris M. De Cazes par la main, dimanche dernier, et lui a fait faire la tournée dans le comté d'Arthabaska». MM. Dorion et De Cazes se sont rencontrés aussi à Saint-Norbert et à Arthabaskaville «où plus de 200 personnes attendaient [...] l'arrivée des candidats». La nomination des candidats se fera officiellement le 5 juin et la votation aura lieu les 12 et 13 de ce même mois. L'assemblée préliminaire se fera à Drummondville. En attendant, M. Dorion prononcera des discours à Saint-Guillaume, Saint-Germain, Tingwick et Warwick.

- Lors des deux jours de votation, les «polls» seront ouverts dans les localités suivantes: (pour le comté de Drummond) Drummondville (pour Grantham, Wendover et Simpson), Saint-Germain, Saint-Guillaume et Saint-Bonaventure, Wickham, L'Avenir, Durham, Kingsey; (et dans le comté d'Arthabaska) Arthabaskaville, Saint-Christophe, Victoriaville, Saint-Norbert, Stanfold, Maddington et Blanford, Chester Est, Chester Ouest, Bulstrode, Warwick et Tingwick.

Référence
«Drummond et Arthabaska», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 27 (28 mai 1863) : 2.
4 No d'identification : 6 304

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 6 janvier, jour des Rois, environ 600 personnes se sont rassemblées à l'église de Saint-Christophe dans le village d'Arthabaskaville, chef-lieu du comté. Il y avait des électeurs de Warwick, Bulstrode, Tingwick, Chester, Saint-Norbert, Victoriaville et Stanfold.

Après la messe, M. Dorion a pris la parole au sujet du projet de confédération. «Le projet fut condamné par une levée de main des plus animées. Pas une seule main fut levée en faveur du projet.»

M. Dorion a visité plusieurs parties du comté samedi et dimanche. Il a adressé la parole aux électeurs de Blandford et de Maddington qui ne sont pas plus en faveur de ce projet que les autres endroits du comté.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 7 (11 janvier 1865) : 2.
5 No d'identification : 6 311

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«M. Dorion a adressé la parole aux habitants de la paroisse de St. Guillaume, dimanche dernier. Nous n'avons pas besoin de dire que cette paroisse est un terrain anti-fédéral.»

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 8 (18 janvier 1865) : 2.
6 No d'identification : 6 314

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal présente le compte-rendu de l’assemblée publique qui s’est tenue dans le but de discuter du projet de confédération. L’assemblée a eu lieu le 16 janvier dans le village d'Ulverton, «dans la partie anglaise du township de Durham».

«M. Dorion leur adressa la parole et tous exprimèrent le désir de voir la question de la confédération soumise au peuple avant son adoption par le parlement.»

Référence
«Assemblées publiques», Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 8 (18 janvier 1865) : 3.
7 No d'identification : 6 327

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 23 mars 1865, M. Dorion va rencontrer les électeurs de la municipalité de L'Avenir dans la salle de l'Institut, «pour leur rendre compte de ce qui s'est passé au Parlement durant la dernière session».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 17 (22 mars 1865) : 2.
8 No d'identification : 6 472

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La fête de la St-Jean-Baptiste a été chômée à Saint-Guillaume d'Acton. La nouvelle église avait été décorée. Des drapeaux, des feuilles d'érable et des oriflammes servaient d'éléments de décoration. Après la messe, le vicaire de Saint-David a fait un sermon qui a été suivi du discours du Docteur Desaulniers.

Par la suite, il y a eu des «amusements», comme la démonstration de la milice, sous la direction du maire Antoine Lupien. Dans l'après-midi, les citoyens ont pu participer à une danse champêtre et un pique-nique.

Le soir, la milice s'est rendue à cinq milles du village et a fait entendre des détonations. À 22 h, un gros feu de joie était au programme. On dit que la population «célébrait en même temps la fête patronale de la Société de tempérance». Le lendemain, après la messe, M. Dorion a adressé la parole aux électeurs de la paroisse et des paroisses voisines, comme Saint-Hugues, Saint-David, Saint-Marcel et Saint-Bonaventure.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 31 (28 juin 1865) : 2.
9 No d'identification : 6 489

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les habitants de L'Avenir fêtent le 4 juillet. Pourquoi? «Par sympathie pour la cause du Nord des États-Unis.» Les habitants se sont réunis vers 20 h sur la place publique. Ils ont déployé des drapeaux et ont fait détonner des armes à feu. M. Dorion a prononcé un discours pour expliquer le but de la fête, soit souligner «l'établissement de la liberté sur le continent américain». Il s'agissait donc d'une fête pour tous les libéraux, et pas seulement ceux des États-Unis. Dorion a aussi parlé de la crainte des Canadiens face aux relations avec le voisin américain. Il a ajouté que «la paix aux États-Unis, c'était la paix en Canada et que la prospérité chez nos voisins, c'était la prospérité ici».

Puis, MM. Griffing, Rainville et Gladu ont pris la parole. Après, on a chanté le «chant populaire» et vers 22 h, sous forme de procession, les gens se sont rendus jusqu'à la salle de l'Institut. La danse et les amusements ont duré jusqu'à minuit.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 32 (05 juillet 1865) : 2.
10 No d'identification : 6 567

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Dorion était à Saint-Norbert d'Arthabaska, le 23 juillet 1865, pour parler aux paroissiens du projet de confédération.

- L’article affirme qu'un homme, M. McLeod, était présent à l'assemblée pour prendre des notes pour le Journal des Trois-Rivières.

- Il est encore une fois question du conflit entre ce quotidien et Le Défricheur. Plusieurs articles traitent de la question dans cette même page (page 2), dont un qui est intitulé Le journal des hypocrites.

Référence
«St-Norbert», Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 35 (26 juillet 1865) : 2.
11 No d'identification : 6 734

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les élèves de l'Académie Durham présentaient un spectacle (concert vocal et instrumental) le 29 mars dernier. Cet événement est appelé «l’examen».

L'Assistance était composée de près de 400 personnes. MM. Dunkely, Dorion, Hutchisson et Ewing ont prononcé des discours.

L’auteur de l’article ajoute que si dans chaque village, au moins une école était conduite avec autant de talent, la cause de l'éducation avancerait rapidement.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 4, no 18 (04 avril 1866) : 2.
12 No d'identification : 6 946

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Mercredi de la semaine dernière il y avait (une) grande assemblée à St. Norbert. MM. Watts et Léonard s'y trouvaient. MM. Rainville, Cannon et Dorion remportèrent un succès complet sur MM. Cornellier et Bergeron, deux nouveaux arrivés de Montréal».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 28 (11 avril 1878) : 3.
13 No d'identification : 7 112

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«M. Dorion a eu l'audace de dire aux habitants d'Arthabaska, qu'ils devaient choisir un étranger pour les représenter en parlement, vu qu'il n'y a pas chez eux de personne convenable pour remplir cette charge. [...] Montrez leur qu'ils se sont grandement trompés quand ils ont lancé sur le comté tous leurs bougons d'avocats pour vous importuner à la porte de vos églises depuis trois mois, et essayer de vous imposer comme députés M. Sénécal, un homme condamné à la Cour Criminelle des Trois-Rivières pour avoir obtenu de l'argent sous de faux prétextes, et M. Wilfred Dorion, un excommunié, parce qu'il est membre de l'institut impie de Montréal».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 1, no 39 (05 septembre 1867) : 3.
14 No d'identification : 13 783

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Plusieurs articles partisans concernant les élections. L'un parle des rapports entre Laurier et le clergé. L'autre, signé «un électeur», indique des questions pour Laurier, afin de le dénoncer comme rouge (a adhéré au parti libéral, a publié le Défricheur après la mort de Dorion, etc.). Un troisième indique que les catholiques ne doivent pas avoir de scrupules à élire un protestant sincère, juste et conservateur, quand son adversaire est un ancien membre du Défricheur. On cite à ce sujet des passages d'un texte de Mgr. Laflèche, lequel ne vise pas directement Laurier mais tout libéral. Le journal, lui, soutient que Laurier incarne le libéral décrit par l'évêque. Autre texte électoral, qui attaque Laurier sur son choix de se porter candidat indépendant et affirmant qu'il ne peut l'être réellement.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 5, no 28 (15 juin 1871) : 2.
15 No d'identification : 40821

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Étrange refus de Taschereau à M. Francoeur »

Le journal commente une assemblée où il y a eu confrontation entre Taschereau (libéral), Francoeur (conservateur) et M. Dorion (indépendant conservateur).

- L’assemblée aurait été très houleuse, au point où les gens en sont arrivés à se frapper.

Référence
«Étrange refus de Taschereau à M. Francoeur», La Voix de Drummond (20 août 1931) : 7.
1 - 15 sur 15 résultats