Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Logo du CIEQ

Fichiers documentaires

Index onomastique

Dorion
1 - 21 sur 21 résultats Imprimer
1 No d'identification : 5 339

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
J. B. E. Dorion publie un éditorial sur la colonisation au Bas-Canada. Dorion affirme que les terres incultes des comtés de Drummond, Richmond, Shefford, Arthabaska et Mégantic auraient été peuplées plus tôt si elles n'avaient pas été mises «entre les mains du monopole». En effet, en 1802, la plupart de ces terres ont été concédées à bas prix «à des individus qui s'étaient engagés à certaines obligations de colonisation qui ne furent jamais remplies.Pendant près de cinquante ans, ces terres restèrent dans un état d'abandon complet et furent toujours un obstacle à la colonisation.» Or, puisque ces terres étaient abandonnées par leurs propriétaires, des colons, sans le savoir, les ont prises. Après des années de travaux, plusieurs de ces terres ont été réclamées. Les colons qui pouvaient payer leur terre ont pu rester sur place alors que les autres ont dû quitter.

- Dorion donne par la suite son opinion sur la justice et sur les squatters (Dorion prend parti pour eux). Selon Dorion, le défrichement des Cantons du Sud a commencé en 1860.

- Chester comptait 34 âmes en 1844 et 3 000 en 1862.

Référence
«Colonisation du Bas-Canada», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 2 (04 décembre 1862) : 1-2.
2 No d'identification : 5 702

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Lors d'une assemblée des membres de « l'Institut du comté de Drummond », qui a eu lieu dans les salles de l'Institut de L'Avenir, les officiers et les membres du comité de régie ont été élus.

- L’article présente la liste des noms et des postes occupés. J. B. E. Dorion en est le président.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 4 (18 décembre 1862) : 2.
3 No d'identification : 5 708

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal présente le compte-rendu de la réunion du 17 décembre qui a eu lieu à St-Hyacinthe et qui portait sur le crédit foncier. On y présente la liste de tous les représentants (dont J. B. E. Dorion et d'autres de la région), puis des différentes résolutions (au nombre de 18) qui ont été adoptées ou qui occuperont l'attention de la législature à la prochaine session. Entre autres, on désire la création d'une banque de crédit agricole au Bas-Canada « qui soit sise sur des bases solides et en rapport avec les besoins et les ressources de la classe agricole du pays ». L’idée a été agréée à l'unanimité.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 5 (24 décembre 1862) : 1.
4 No d'identification : 5 724

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« Assemblées publiques, Wendover et Simpson »

Les habitants de Wendover et de Simpson ont tenu une assemblée publique concernant l'érection de ces « townships » en municipalité. La nouvelle municipalité serait séparée de Grantham.

Pourquoi une séparation ? Le pont au sud de la rivière St-François reliant ces « townships » au village de Drummondville a été emporté. Comme ces derniers se retrouvent séparés de Grantham par la rivière, la séparation est naturelle. Cette séparation se ferait « tant pour des fins rurales que pour les écoles ». Une fois la séparation officielle opérée, le site d'une chapelle sera choisi. Selon Pierre Nérée Dorion, le progrès de ces cantons dépend aussi de celui de Drummondville. La requête pour la séparation sera remise à J. B. E. Dorion.

- L’article comprend une série de détails comme le nom des personnes présentes, ceux qui ont fait des propositions ou secondé ces propositions, etc.


Référence
«Assemblées publiques, Wendover et Simpson», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 10 (29 janvier 1863) : 1.
5 No d'identification : 5 731

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un compte-rendu de l'assemblée publique tenue par les habitants de la paroisse de Saint-Germain-de-Grantham. On a pris en considération les résolutions adoptées à la réunion de St-Hyacinthe concernant la mise sur pied d'une banque de crédit foncier dans le Bas-Canada.

Les habitants du comté de Grantham ont approuvé et ratifié la proposition en vue de l’établissement de cette banque. Elle rendra de fiers services aux agriculteurs et cela favorisera la colonisation de cette grande étendue de terre inculte dans les townships du Bas-Canada. Cela permettra aux colons de se procurer de l'argent à des conditions avantageuses. On espère que M. J. B. E. Dorion appuiera ce projet en chambre.

- Les habitants du village de Plessisville et de Saint-Calixte-de-Somerset ont tenu une assemblée le 8 février 1863, pour la même raison (voir 1, 15, p. 3; le 5 mars 1863). Les habitants se sont également montrés en faveur du crédit foncier.

- Les habitants de Saint-Louis-de-Blandford ont fait de même le 9 février 1863 (voir 1, 15, p. 3; le 5 mars 1863).

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 11 (05 février 1863) : 3 (suite: 1, 15, p. 3).
6 No d'identification : 5 769

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il s’agit d’une réquisition provenant de 126 électeurs de Warwick et datée du 1er juin 1863: «Nous soussignés, Électeurs des comtés de Drummond et Arthabaska, prions M. Chs. De Cazes de vouloir bien se retirer de la lutte électorale actuelle afin d'éviter une contestation inutile et ridicule, vu que plus des trois quarts des électeurs entendent renvoyer au parlement leur ancien représentant, J. B. E. Dorion, Écuier.»

- Le Défricheur affirme qu’il s’agit «d’une invitation d'un nouveau genre qui démontre, on ne peut mieux, le sentiment populaire dans le comté d'Arthabaska.»

Référence
«Réquisition», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 28 (04 juin 1863) : 2-3.
7 No d'identification : 5 780

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un article décrivant de façon plus ou moins subjective (étant donné que le candidat principal est J. B. E. Dorion, propriétaire du Défricheur) le déroulement de la journée où a eu lieu la nomination des candidats aux élections provinciales dans le comté de Drummond et Arthabaska. L'article rapporte le contenu du discours de chacun des candidats et ce qu'ont dit les différents orateurs appuyant ces mêmes candidats.

Il est aussi fait mention des préjudices subis par les électeurs libéraux en 1857, entre autres à Drummondville, «quand on soudoyait les étrangers pour étouffer la discussion et même s'emparer des polls par la force brutale!».

Référence
«Drummond et Arthabaska», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 29 (09 juin 1863) : 1.
8 No d'identification : 5 813

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y eu une assemblée des habitants de Durham et Wickham pour «réorganiser» la Société St-Jean-Baptiste. Les officiers ont été élus.

J. B. E. Dorion en est le président.

Référence
«Société Saint-Jean-Baptiste», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 31 (25 juin 1863) : 2.
9 No d'identification : 5 877

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Toutes les correspondances concernant la rédaction ou la publication du Défricheur devront être adressées à J. B. E. Dorion, M.P.P. à Québec, durant la présente session. Le Défricheur sera expédié à toutes les personnes qui désireront le recevoir pendant la session à raison de 50 centins pour trois mois.»

Référence
«Aux lecteurs», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 39 (20 août 1863) : 3.
10 No d'identification : 5 894

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On annonce que l’assemblée des membres de l'Institut de L’Avenir aura lieu le 29 octobre, à 19 h. À cette assemblée, le Dr. Gladu a été admis comme membre. À la prochaine réunion (le 3 décembre 1863), une nouvelle motion sera peut-être acceptée. On se propose «d'amender la constitution pour réduire le quorum aux assemblées et pour pourvoir plus efficacement à la perception des contributions annuelles». L'élection annuelle des officiers aura également lieu.

Le journal présente la liste des nouveaux officiers et des membres du comité de régie. Le président est encore J. B. E. Dorion (2, 3, p. 2).

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 49 (29 octobre 1863) : 2 (suite: 1, 50, p. 2; 2, 3, p. 2).
11 No d'identification : 6 261

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le Défricheur souligne le début de sa 3e année d'existence. J. B. E. Dorion, propriétaire du journal, en profite pour rappeler les objectifs et l'orientation du Défricheur.

«Spécialement voué à la cause agricole, à la colonisation des terres incultes sans nombre qui ne demandent que des bras pour produire d'abondantes moissons, notre journal doit être de quelque service à ces causes patriotiques [...]. On continuera aussi d'enseigner à l'homme des champs que ce serait en vain qu'il chercherait ailleurs que dans l'exercice intelligent de sa noble profession, une somme égale d'indépendance individuelle, de jouissances durables, de santé, de bonheur et de satisfaction réelle. [...] Qu'on se le grave bien dans l'esprit, c'est en abandonnant les champs pour aller encombrer les professions libérales et les villes que notre peuple perdra son énergie d'autrefois, ses moeurs paisibles, sa moralité proverbiale, son caractère éminemment national. [...] Nous voudrions que la presse locale fut la continuation de l'oeuvre des écoles rurales».

Dorion ajoute, la phrase suivante un peu plus loin: «Fasse le ciel que nous n'assistions pas aux funérailles de l'autonomie du Bas-Canada, en 1865 ».

Référence
«Le Défricheur», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 51 (17 novembre 1864) : 3.
12 No d'identification : 6 284

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L’assemblée annuelle des membres de l'Institut des Artisans du comté de Drummond a eu lieu le 1er décembre 1864, au village de L'Avenir.

Les officiers qui ont été élus sont : J. B. E. Dorion (président), M. Charpentier (vice-président), J.A. Malhiot (secrétaire archiviste), L. V. A. Gladu, médecin (secrétaire à la correspondance), H. Allard (trésorier) et P. Dulude (bibliothécaire). Quant au comité de régie, il se compose de H.S. Griffing, N. D. Crebassa, F.A. Courtchesne, D. Courtchesne, L. Belisle, G. Atkinson et P. Desmanches (3, 6, p. 3).

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 1 (30 novembre 1864) : 3 (suite: 3, 6, p. 3).
13 No d'identification : 6 296

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 2 janvier 1865, il y a eu une séance publique de l'Institut du comté de Drummond, dans la bâtisse de l'Institut, à L'Avenir. La question dont on a débattu est la suivante: « La Confédération proposée par la conférence de Québec serait-elle avantageuse pour le pays ? ».

H. S. Griffing a parlé en sa faveur, J. A. Malhiot et J. B. E. Dorion, contre. La discussion a duré 3 heures.

« L'assemblée se composait de près de 200 personnes et s’est prononcée unanimement contre la Confédération ».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 6 (04 janvier 1865) : 2.
14 No d'identification : 6 588

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
MM. Bourassa, Dufresne, Lajoie et Geoffrion, de la Chambre d'assemblée, sont venus à L'Avenir le 20 août dernier. Ils ont passé la journée chez J. B. E. Dorion. Ils ont pris la parole après la messe.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 39 (23 août 1865) : 2.
15 No d'identification : 6 628

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À l’occasion du 4e anniversaire, J. B. E. Dorion expose les objectifs de son journal, son orientation politique, sa philosophie, etc.

Le Défricheur inaugure une autre façon de recruter de nouveaux lecteurs par son nouveau « système d'association ». Un lecteur qui réussit à convaincre huit autres personnes de s'abonner, aura un rabais sur son propre abonnement.

Par la suite, l’article présente une liste exhaustive de tous les endroits (et des personnes de référence) où est distribué le journal.

Référence
«Le Défricheur, prospectus pour l’année 1866», Le Défricheur (Avenir), vol. 4, no 1 (01 décembre 1865) : 3.
16 No d'identification : 6 636

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 7 décembre, les nouveaux officiers de l'Institut canadien de L'Avenir ont été élus.

- L'article présente la liste des officiers et celle du comité de régie. Le président est encore J. B. E. Dorion.

- La prochaine séance se tiendra le 14 décembre [1865].

Référence
«Institut canadien», Le Défricheur (Avenir), vol. 4, no 2 (13 décembre 1865) : 2.
17 No d'identification : 7 453

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal rapporte que la population de l'Avenir se transforme. En effet, de plus en plus de Canadiens français font le choix d'y habiter. Selon lui, les trois quarts de la population serait de cette origine. L'Avenir possède 6 fromageries et plusieurs moulins, un cercle agricole, des écoles, une ligne télégraphique, et bientôt une ligne téléphonique. « Les affaires municipales et scolaires sont entre les mains des Canadiens-français ». On y présente aussi un bref commentaire sur J.B. E. Dorion et Le Défricheur.

- On retrouve à Durham plusieurs pâturages, de l'eau de source et un aspect vallonné.


Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 1, no 1 (02 juin 1894) : 3.
18 No d'identification : 9 431

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'avenir: Townships de Durham et de Wickham. Les cantons furent divisés en townships en 1793. Le township de Durham fut divisé en rangs et en lots en 1795. Celui de Wickham en 1815. «L'histoire primitive de notre paroisse est intimement liée à celle de Drummondville (...)».
- Parmi les premiers missionnaires, Jean Raimbeault, Supérieur du Séminaire de Nicolet. Né vers 1770, il partit pour la France en 1793 avant d'être ordonné prêtre au Canada quelques années plus tard. Il arriva à Nicolet pour assurer une double fonction; curé et supérieur du collège. «Il donna un grand essor à cette institution (...)». Il visita Drummondville pour la première fois en 1815. Le missionnaire prêchait en anglais et en français. Le 30 juin 1818, on signe le contrat qui donnait le terrain actuel où l'église est bâtie. Il donna sa dernière mission en 1819. « Nous trouvons M. Raimbeault dans nos cantons le 19 août 1835 quand il vint bénir la première pierre de Kingsey».
- Un autre des missionnaires est M. le vicaire général J.P. Kelly : fut nommé «deserteur» de Drummondville en 1820 avec ordre de donner deux missions par année, ce qu'il fit régulièrement jusqu'en 1823. Aussi, abbé John Holmes, qui remplacera M. Kelly comme missionnaire des townships en 1823. Il devint le premier prêtre résident des townships et prit possession de sa nouvelle cure en 1827.
- (1, 34, p.1) Michael Power est le deuxième missionnaire résident à Drummondville. Il remplace Holmes en 1827. Il quitte Drummondville en 1831. Troisième missionnaire des townships: Hugh Paisley. Il demeura un an dans les townships vers 1831.
- (1,35, p.1 ) «Le missionnaire dont le nom est resté le plus populaire dans les townships de l'est est sans contredit M. Robson». Il arrive en 1832. Il commence à tenir les comptes et dépenses de la fabrique.
- (1,37, p.1) Il alla à Kingsey en 1842 où l'église fut achevée en 1850.
- (1, 38, p.1 Description du panorama de Kingsey. Robson quitte à cause des difficultés monétaires de l'entreprise de l'église.
- (1, 40, p.1 La mission de M. Robson fut divisée en deux en 1833. Il quitte Drummondville en 1842 pour être missionnaire à Saint-Félix de Kingsey, qu'il quitte en 1844.
- (1,43, p.1) On lui attribue quelques miracles. Par exemple, vers 1834-1835, il y eu une grande sécheresse dans la vallée inférieure de la rivière Saint-François. Les puits, par le seule présence de Robson, furent remplis d'eau.
- (1,44, p.1) J. Hercule Dorion prit une part active au transfert du site de l'église de Wickham à Durham.
- (1,45, p.1) Or, «La conduite de M. Dorion fut vivement critiquée dans Wickham. On l'accusait d'avoir agi par intérêt personnel, en favorisant l'établissement de l'église sur le terrain qu'il avait acheté de M. Boucher et d'avoir aussi voulu préparer un avenir meilleur à son frère, J.-B.E. Dorion, «l'Enfant Terrible», de fameuse mémoire, qui vint y résider peu après». Plusieurs des opposants ne voulurent pas assister aux offices. «Wickham d'ailleurs, d'après les partisans de Durham, ne pouvait devenir le centre d'une paroisse florissante; l'église était condamnée à n'occuper qu'une extrémité de la mission tandis qu'à Durham elle se trouvait au centre de la population catholique». Les habitants demandèrent en 1850, la permission de construire une nouvelle église qui ne les forcerait pas à se déplacer à Drummondville ou Durham. Ce fut un échec.
- (1,46, p.1) L'annexion à l'Avenir d'une partie du township de Wickham mit fin à ce problème. M. J.B. Leclair remplaça M. Dorion en 1853 à Drummondville. Il devint en 1854, le premier prêtre résident de l'Avenir. C'est M. J.B. Dorion qui entreprit la construction de l'église et du presbytère.
- (1,47, p.1) En 1801, William Cross est le premier colon à s'établir à Durham. L'octroi des terres se fait à des anglophones.
- (1,48, p.1) Développement du village d’Ulverton.
- (1,49, p.1) Politique de concession des terres qui favorise l'établissement des anglo-saxons.
- (1,50, p.1) Émigration des Canadiens français aux États-Unis à cause de cette politique. Arrivée des premiers colons francophones dans les townships.
- (1,51, p.1) Le journal retrace quelques difficultés rencontrées par les colons, par exemple le transport, etc.
- (1,52, p. 1) Construction du chemin des commissaires. En 1832, vint s'établir M. Charpentier, un homme dont l'influence allait profiter au développement de la localité.
-1,51, p.1 Opposition entre canadiens anglais et canadiens français. Opposition religieuse.
- 2, 3, p.1 Coutumes des anciens sont racontées, comme les veillées,...
- 2,4, p.1 Les divertissements, la musique, les rituels sont rapportés. Établissement des différents comtés date du 7 mai 1792.
- 2,5, p.1 Statistiques pour les populations des deux comtés en 1851. Nationalités, religions, ...
Histoire conseils de comté.
- 2,7, p.1 Retrace la mise en place des écoles.
- 2, 16, p.1 Article concernant des événements religieux depuis 1853. M. J.B. Leclair prit possession d'une cure en 1854. Il quitta en 1855.
- 2, 17, p.1 Le révd M. J.O. Prince habite l'Avenir de 1855 à 1861. Principaux changements pour la période couverte par le curé.
- 2, 18, p.1 suite de J.O. Prince.
- 2, 19, p.1 M. J.E.B. Dorion amène en justice le père Roger pour le premier procès poligo-civil dans les cantons de l'Est.
- 2, 20 , p.1 À la suite du départ de M. Prince, la paroisse fût sans prêtre résidant. En 1861, Wickham demande une paroisse distincte de Saint-Pierre de Durham. M. l'abbé Gouin est nommé curé de Saint-Pierre de Durham en 1862.
Cette même année Saint-Pierre de Durham devient l'Avenir.

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 1, no 31 (29 décembre 1894) : 1 (suite: 1, 33, p. 1 ; 1, 34, p. 1 ; 1, 35, p. 1 - 1, 37, -1, 38, 2, 2, 19, p. 1 2, 18, p. 1 2, 17, p. 116, p. 12, 7, p. 12, 5, p. 1 2, 4, p. 12, 3, p. 11, 51, p. 11, 51, p. 11, 50, p. 11, 49, p. 11, 48, p. 11, 47, p. 11, 46, p. 1-1, 45, p. 1-1, 44, p. 1-1, 43, p. 1-1, 40, p. 1 p. 1 p. 1 p. 1p p. 1p1; 1, 35pp p. 1; 1, 36, . p. 1 p. 1; 1, 37; 18951).
19 No d'identification : 25 626

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Compte rendu de la séance organisée par l'Institut des artisans, à L'Avenir, à l'occasion du 30ème anniversaire de la mort de J.B.E. Dorion, surnommé l'Enfant terrible.

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 3, no 26 (21 novembre 1896) : 3.
20 No d'identification : 8 288

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Décès de l'Honorable juge Dunkin à sa résidence de Knowlton jeudi soir dernier, après une courte maladie. Élu dans Drummond et Arthabaska en 1858, il y fut défait en 1863 par l'«Enfant Terrible», J.B.E. Dorion. Il brigua ensuite les suffrages dans Brome, et fut le premier Trésorier de la Province. En 1864, il contribua par son vote à renverser le ministère Cartier-MacDonald. Il est l'auteur de la loi de tempérance qui porte son nom.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 5 (15 janvier 1881) : 2.
21 No d'identification : 21 628

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Extrait de la table des matières de la monographie paroissiale

Chapitre quatrième : L’ « Enfant terrible », J.-B.-E. Dorion
I. Une personnalité
II. Journaliste et imprimeur
III. Fondation de « l’Avenir »
IV. Luttes politiques
V. Le Pamphlétaire
VI. La vie intime
VII. « Le Défricheur »
VIII. La Confédération
IX. La mort
X. Idées et principes
XI. L’Institut des Artisans

Référence
Joseph-Charles Saint-Amant, Un coin des Cantons de l'Est, histoire de l'envahissement pacifique mais irrésistible d'une race, 2e édition rev. et augm, Drummondville, La Parole, 1932.
1 - 21 sur 21 résultats