Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Tourville
1 - 3 sur 3 résultats Imprimer
1 No d'identification : 5 665

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« La débâcle »

Il y a eu une inondation sur la rivière Nicolet. La débâcle a commencé lundi vers 8 h et la glace a bougé très vite durant 3/4 d'heure. Il y avait des centaines de spectateurs échelonnés le long du rivage. Le mouvement s'est arrêté et la glace s’est refoulée au-dessous du moulin de M. O'Shaughnessey.

En moins de 2 heures, les eaux ont monté de 12 à 15 pieds et ont débordé au large. Toutes les maisons sur les rives ont été submergées et les familles ont cherché refuge dans des endroits plus sûrs.

Les bâtisses de l'aqueduc et les moulins (sauf celui de M. Duval) ont soulevé de grandes inquiétudes; la moindre dérivation des banquises les aurait emportés, avec certaines habitations. Cela ne s'est pas produit.

Plusieurs billots placés sur les jetées en haut de la rivière ont été emportés par les glaces; de 30 000 à 40 000 morceaux de bois seraient perdus.

Plusieurs ponts ont été emportés dont deux à Sainte-Monique (MM. Lafrance et Guévin, M. Thérien) et les ponts des petits chenaux de Nicolet. Depuis 1865, époque de « la grande digue », l'eau n'avait pas monté autant (on est à 3 pieds au-dessus de la hauteur de cette inondation). Le pont en fer du South Eastern à Yamaska et le pont de Saint-Pie ont été emportés, le premier en partie. La compagnie doit réparer sans délais.

L'eau a fini par baisser et elle a laissé les champs derrière chez MM. McCaffey et Lacoursière couverts de banquises et de billots. Plusieurs demeures (on en nomme certaines) ont été menacées.

La rivière est libre jusqu'en bas de l'île Manseau. Les estacades des commerçants de bois y sont prises et on craint de ne pouvoir les retirer assez tôt pour recevoir le bois de flottage, qui est déjà en train de descendre.

Les estacades de Kingsey (20 000 billots) se sont rompues et ce bois a rejoint les 10 000 billots arrêtés plus bas. Ces estacades se sont brisées ce matin; le bois est arrivé à la hauteur de Nicolet et l'on n'a rien d'assez solide pour les retenir ici.

Les estacades de M. Gagnon à Arthabaska se sont rompues et les billots sont à la dérive. Le moulin Hall à Kingsey a été emporté, ses chaussées, quais et culées sont démolis. M. Tourville, a perdu 30 000 billots dans la rivière Saint-François.

Les pertes des commerçants de Nicolet sont considérables, mais elles ne sont pas encore évaluées.

Référence
«La débâcle», Le Messager de Nicolet, vol. 3, no 14 (19 avril 1883) : 2.
2 No d'identification : 6 726

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«MM. L. A. Sénécal, Tranchemontagne, Tourville, Meigs, Vassal et Cooke, viennent de s'associer pour exploiter le commerce du bois sur la rivière St. François. Ils ont l'intention d'établir de vastes scieries à vapeur à St. Thomas de Pierreville.»

Référence
«Esprit d’entreprise», Le Défricheur (Avenir), vol. 4, no 15 (14 mars 1866) : 2.
3 No d'identification : 11 238

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. E. Beauchemin (propriétaire de moulins et marchand de bois) et M. J. D. Pont Briand (commis de M. Tourville à Drummondville) ont mis fin à leur séjour à l'hôtel Grand Central, tous deux satisfaits de la drave.

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 1, no 51 (18 mai 1895) : 2.
1 - 3 sur 3 résultats