Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Logo du CIEQ

Fichiers documentaires

Index onomastique

Raimbault
1 - 12 sur 12 résultats Imprimer
1 No d'identification : 9 431

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'avenir: Townships de Durham et de Wickham. Les cantons furent divisés en townships en 1793. Le township de Durham fut divisé en rangs et en lots en 1795. Celui de Wickham en 1815. «L'histoire primitive de notre paroisse est intimement liée à celle de Drummondville (...)».
- Parmi les premiers missionnaires, Jean Raimbeault, Supérieur du Séminaire de Nicolet. Né vers 1770, il partit pour la France en 1793 avant d'être ordonné prêtre au Canada quelques années plus tard. Il arriva à Nicolet pour assurer une double fonction; curé et supérieur du collège. «Il donna un grand essor à cette institution (...)». Il visita Drummondville pour la première fois en 1815. Le missionnaire prêchait en anglais et en français. Le 30 juin 1818, on signe le contrat qui donnait le terrain actuel où l'église est bâtie. Il donna sa dernière mission en 1819. « Nous trouvons M. Raimbeault dans nos cantons le 19 août 1835 quand il vint bénir la première pierre de Kingsey».
- Un autre des missionnaires est M. le vicaire général J.P. Kelly : fut nommé «deserteur» de Drummondville en 1820 avec ordre de donner deux missions par année, ce qu'il fit régulièrement jusqu'en 1823. Aussi, abbé John Holmes, qui remplacera M. Kelly comme missionnaire des townships en 1823. Il devint le premier prêtre résident des townships et prit possession de sa nouvelle cure en 1827.
- (1, 34, p.1) Michael Power est le deuxième missionnaire résident à Drummondville. Il remplace Holmes en 1827. Il quitte Drummondville en 1831. Troisième missionnaire des townships: Hugh Paisley. Il demeura un an dans les townships vers 1831.
- (1,35, p.1 ) «Le missionnaire dont le nom est resté le plus populaire dans les townships de l'est est sans contredit M. Robson». Il arrive en 1832. Il commence à tenir les comptes et dépenses de la fabrique.
- (1,37, p.1) Il alla à Kingsey en 1842 où l'église fut achevée en 1850.
- (1, 38, p.1 Description du panorama de Kingsey. Robson quitte à cause des difficultés monétaires de l'entreprise de l'église.
- (1, 40, p.1 La mission de M. Robson fut divisée en deux en 1833. Il quitte Drummondville en 1842 pour être missionnaire à Saint-Félix de Kingsey, qu'il quitte en 1844.
- (1,43, p.1) On lui attribue quelques miracles. Par exemple, vers 1834-1835, il y eu une grande sécheresse dans la vallée inférieure de la rivière Saint-François. Les puits, par le seule présence de Robson, furent remplis d'eau.
- (1,44, p.1) J. Hercule Dorion prit une part active au transfert du site de l'église de Wickham à Durham.
- (1,45, p.1) Or, «La conduite de M. Dorion fut vivement critiquée dans Wickham. On l'accusait d'avoir agi par intérêt personnel, en favorisant l'établissement de l'église sur le terrain qu'il avait acheté de M. Boucher et d'avoir aussi voulu préparer un avenir meilleur à son frère, J.-B.E. Dorion, «l'Enfant Terrible», de fameuse mémoire, qui vint y résider peu après». Plusieurs des opposants ne voulurent pas assister aux offices. «Wickham d'ailleurs, d'après les partisans de Durham, ne pouvait devenir le centre d'une paroisse florissante; l'église était condamnée à n'occuper qu'une extrémité de la mission tandis qu'à Durham elle se trouvait au centre de la population catholique». Les habitants demandèrent en 1850, la permission de construire une nouvelle église qui ne les forcerait pas à se déplacer à Drummondville ou Durham. Ce fut un échec.
- (1,46, p.1) L'annexion à l'Avenir d'une partie du township de Wickham mit fin à ce problème. M. J.B. Leclair remplaça M. Dorion en 1853 à Drummondville. Il devint en 1854, le premier prêtre résident de l'Avenir. C'est M. J.B. Dorion qui entreprit la construction de l'église et du presbytère.
- (1,47, p.1) En 1801, William Cross est le premier colon à s'établir à Durham. L'octroi des terres se fait à des anglophones.
- (1,48, p.1) Développement du village d’Ulverton.
- (1,49, p.1) Politique de concession des terres qui favorise l'établissement des anglo-saxons.
- (1,50, p.1) Émigration des Canadiens français aux États-Unis à cause de cette politique. Arrivée des premiers colons francophones dans les townships.
- (1,51, p.1) Le journal retrace quelques difficultés rencontrées par les colons, par exemple le transport, etc.
- (1,52, p. 1) Construction du chemin des commissaires. En 1832, vint s'établir M. Charpentier, un homme dont l'influence allait profiter au développement de la localité.
-1,51, p.1 Opposition entre canadiens anglais et canadiens français. Opposition religieuse.
- 2, 3, p.1 Coutumes des anciens sont racontées, comme les veillées,...
- 2,4, p.1 Les divertissements, la musique, les rituels sont rapportés. Établissement des différents comtés date du 7 mai 1792.
- 2,5, p.1 Statistiques pour les populations des deux comtés en 1851. Nationalités, religions, ...
Histoire conseils de comté.
- 2,7, p.1 Retrace la mise en place des écoles.
- 2, 16, p.1 Article concernant des événements religieux depuis 1853. M. J.B. Leclair prit possession d'une cure en 1854. Il quitta en 1855.
- 2, 17, p.1 Le révd M. J.O. Prince habite l'Avenir de 1855 à 1861. Principaux changements pour la période couverte par le curé.
- 2, 18, p.1 suite de J.O. Prince.
- 2, 19, p.1 M. J.E.B. Dorion amène en justice le père Roger pour le premier procès poligo-civil dans les cantons de l'Est.
- 2, 20 , p.1 À la suite du départ de M. Prince, la paroisse fût sans prêtre résidant. En 1861, Wickham demande une paroisse distincte de Saint-Pierre de Durham. M. l'abbé Gouin est nommé curé de Saint-Pierre de Durham en 1862.
Cette même année Saint-Pierre de Durham devient l'Avenir.

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 1, no 31 (29 décembre 1894) : 1 (suite: 1, 33, p. 1 ; 1, 34, p. 1 ; 1, 35, p. 1 - 1, 37, -1, 38, 2, 2, 19, p. 1 2, 18, p. 1 2, 17, p. 116, p. 12, 7, p. 12, 5, p. 1 2, 4, p. 12, 3, p. 11, 51, p. 11, 51, p. 11, 50, p. 11, 49, p. 11, 48, p. 11, 47, p. 11, 46, p. 1-1, 45, p. 1-1, 44, p. 1-1, 43, p. 1-1, 40, p. 1 p. 1 p. 1 p. 1p p. 1p1; 1, 35pp p. 1; 1, 36, . p. 1 p. 1; 1, 37; 18951).
2 No d'identification : 44820

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
La nomination de Henry Harding au gouvernement du Canada a, d’après le Mercury, causé des surprises. Cet homme, on tory, aurait étudié dans sa jeunesse avec sir Raimbeau, curé de Château-Richer. Il fut également secrétaire en Irlande. (sire Raimbeau = Jean Raimbault)

Référence
Le Canadien (14 février 1838) : 2B.
3 No d'identification : 42969

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Premier missionnaire à Drummondville (supplément) »

M. Jean Raimbault, curé de Nicolet et supérieur du séminaire. Premier missionnaire à Drummondville, né en France, il avait été professeur de philosophie au Séminaire d’Orléans avant de traverser en Amérique.

Référence
«Premier missionnaire à Drummondville (supplément)», La Parole (03 octobre 1940) : 5.
4 No d'identification : 43117

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« St-Frédéric de Drummondville »

Notes sur la paroisse de St-Férédric - Photos des 1ère, 2e et 3e églises de St-Frédéric et de M. Jean Raimbault, premier missionnaire de Drummondville.

Référence
«St-Frédéric de Drummondville», La Parole (19 juin 1941) : 2.
5 No d'identification : 42975

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Première messe »

Messire Jean Raimbault qui célébrera pour la première fois la messe à Drummondville, le jour de la Fête-Dieu 1815, il y a donc eu 132 ans dimanche passé.

Référence
«Première messe», La Parole (12 juin 1947) : 18.
6 No d'identification : 37419

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Lettre ouverte »

L’Association des élèves d’arts et métiers de Drummondville remercie le président, le cercle A.C.J.C. et Jean Raimbault, pour leur avoir construit un centre récréatif.

Référence
«Lettre ouverte», La Parole (28 février 1952) : 3.
7 No d'identification : 42998

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Missionnaire à Drummondville »

Photo : divers curé, aujourd’hui décédés, qui se sont succédés à St-Frédéric, après l’érection canonique et civile de la paroisse en 1856. Depuis la fondation de Drummondville en 1815, ces prêtres d’élite avaient été précédés par les neuf missionnaires que l’on voit plus haut. M. Jean Raimbault : 1815-1819. (photo)

Référence
«Missionnaire à Drummondville», La Parole (30 août 1956) : 5.
9 No d'identification : 21 625

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Extrait de la table des matières de la monographie paroissiale

Chapitre deuxième : Premiers missionnaires
I. M. Jean Raimbault
II. M. le vicaire-général J. P. Kelly
III. M. John Holmes
IV. M. Michael Power
V. M. Hugh Paisley
VI. M. Hubert Robson

Chapitre quatrième
I. M. John O’Grady
II. M. J.-Hercule Dorion
III. M. Jean-Baptiste Leclair

Deuxième partie
Luttes et conquêtes
Chapitre premier : Événements religieux depuis 1853
I. Fin d’une ère – Prêtres résidants
II. M. J.-B Leclair
III. M. J.-O. Prince
IV. Un procès fameux
V. M. T.P. Gouin
VI. Biographie de Mgr Laflèche
VII. Faits divers
VIII. Le culte protestant

Chapitre deuxième : Événements civils depuis 1941
III. Le mémoire des douze missionnaires

Référence
Joseph-Charles Saint-Amant, Un coin des Cantons de l'Est, histoire de l'envahissement pacifique mais irrésistible d'une race, 2e édition rev. et augm, Drummondville, La Parole, 1932.
10 No d'identification : 7 619

Collection
Archives du séminaire de Nicolet

Information documentaire
RAIMBAULT. Jean (1770-1841) prêtre. curé, supérieur, Orléans, Nicolet.

MANUSCRITS: originaux, copies conformes, copies, imprimés. s.d., 1709-1842, 313 pièces.

ÉTENDUE LINÉAIRE/NOMBRE DE PIÈCES: 48 cm.

Né à Orléans en France, le 4 février 1770, Jean Raimbault est le fils d'Étienne Raimbault, militaire, et de Françoise Doucet. Après avoir complété ses études classiques à Meung et à Orléans, et à cause de la Révolution française, il émigra au Bas-Canada en 1794 et fut ordonné à Longueuil par Mgr Pierre Denaut le 26 juillet 1795.

D'abord professeur au Séminaire de Québec (1795-1797), il devient vicaire de Mgr Jean-François Hubert à Château-Richer (1797), puis curé de L'Ange-Gardien (1797-1805), de la Pointe-aux-Trembles (1805-1806) et de Nicolet (1806-1841). À Nicolet, l'abbé Raimbault cumula les fonctions de supérieur et procureur du Séminaire (1806-1841) et fut chargé des missions de Drummondville (1815-1819), L'Avenir (1815-1820) et Sherbrooke (1816--1823).

L'abbé Raimbault est décédé à Nicolet le 16 février 1841.

•TITRES DE SÉRIES:

Succession: originaux, copies conformes, copies. s.d., 1841-1842. 39 pièces.

Correspondance: originaux, copies. s.d., 1796-1840. 40 pièces.

Séminaire: originaux. s.d., 1807-1827. 19 pièces.

La Fabrique de Nicolet: originaux, imprimés. s.d., 1817-1840. 11 pièces.

Lettres d'attestation et de désignation: originaux. 1794-1826. 3 pièces.

Passeports: originaux. 1794. 4 pièces.

Actes légaux: originaux, copies conformes. s.d., 1807-1839. 38 pièces.

Sermons et discours: originaux, imprimés. s.d., 1796-1838. 80 pièces.

Poésies: originaux. s.d., 1796-1815. 26 pièces.

Association de prière: original, imprimé. 1794-1833. 2 pièces.

Divers: originaux, imprimés. s.d., 1709-1827. 6 pièces.

Société ecclésiastique de Saint-Michel: originaux. 1805-1840. 45 pièces.

ACCESSIBILITÉ: Libre.

INSTRUMENTS DE RECHERCHE: Répertoire sommaire.

SOURCES COMPLÉMENTAIRES:

F174 Claude-Gabriel Courtin.

Référence
Archives du Séminaire de Nicolet. Archives du Séminaire de Nicolet / État général des fonds et collections conservés aux archives du Séminaire de Nicolet, F100.
11 No d'identification : 7 668

Collection
Archives du séminaire de Nicolet

Information documentaire
FOURNIER, Charles-Vincent (1772-1839), prêtre, curé, Orléans, Baie-du-Febvre.

MANUSCRITS: originaux, copies conformes, copies. s.d., 1813-1849. 133 pièces.

ÉTENDUE LINÉAIRE/NOMBRE DE PIÈCES:24 cm.

Fils de Pierre-Laurent Fournier et de Marie-Anne Péguy, Charles-
Vincent Fournier est né à Orléans (France) le 24 janvier 1772 et fit ses
études au même endroit.

L'abbé Fournier décida, lors de la Révolution française, de ne pas
prêter serment à la constitution civile du clergé et même de quitter
l'habit ecclésiastique pour un temps. Il s'enrôla dans l'armée comme pourvoyeur, en même temps que son ami Jean Raimbault comme clerc du chirurgien du même régiment. Ils s'évadent le 26 décembre 1793. Après avoir fait face à de
nombreux dangers, l'abbé Fournier décida de partir pour le Bas-Canada et
débarqua à Québec le 24 octobre 1796.

Il compléta alors sa théologie à Montréal et fut ordonné le 23 août
1797. D’abord vicaire à Vaudreuil (1797-1798), et à Chambly, il devint curé
de Longue-Pointe (1800-1810) et de Baie-du-Febvre (1810-1836).
Il est décédé à Baie-du-Febvre le 26 mai 1839.

•TITRES DE SÉRIES:

Papiers de la succession: originaux, copies conformes. 1835-1849. 27 pièces.

Lettre de désignation: original. s.d. 1 pièce.

Actes légaux: copies conformes, copies. 1818-1838. 12 pièces.

Comptes: originaux. s.d., 1813-1838. 65 pièces.

Reçus: originaux. 1816-1839. 28 pièces.

ACCESSIBILITÉ: Libre.

INSTRUMENTS DE RECHERCHE: Répertoire sommaire.

SOURCES COMPLÉMENTAIRES:

F174 Claude-Gabriel Courtin.

Référence
Archives du Séminaire de Nicolet. Archives du Séminaire de Nicolet / État général des fonds et collections conservés aux archives du Séminaire de Nicolet, F113.
1 - 12 sur 12 résultats