Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Farah-Lajoie
1 - 4 sur 4 résultats Imprimer
1 No d'identification : 44211

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Il subira son procès »

Georges Farah Lajoie, autrefois détective de Montréal, a été condamné par le magistrat Marchildon. Il est accusé de conspiration pour avoir fabriqué une preuve judiciaire dans l’incendie de la manufacture de la « Victoriaville Furniture Co. », à Daveluyville.

Référence
«Il subira son procès», La Parole (05 juillet 1934) : 1.
2 No d'identification : 44214

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Un procès de grand intérêt à Arthabaska »

Le journal publie le compte-rendu du jugement de l’ancien détective Georges Farah Lajoie. Il est accusé d’avoir fabriqué de fausses preuves dans l’affaire Paradis en rapport avec l’incendie d’une manufacture à Daveluyville.

Référence
«Un procès de grand intérêt à Arthabaska», La Parole (29 novembre 1934) : 1.
3 No d'identification : 44489

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Assises d’Arthabaska »

Les assises débuteront le 3 décembre sous la présidence de l’honorable juge Adolphe Stein. On procédera aux causes de Gérard Gouin, accusé de meurtre et de Georges Farah-Lajoie, accusé de fabrication de preuve.

Référence
«Assises d’Arthabaska», La Parole (14 novembre 1935) : 1.
4 No d'identification : 44491

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Lajoie, accusé sera son propre avocat »

Georges Farah-Lajoie, ancien sergent détective à la Sûreté de Montréal, se défendra lui-même. Il est accusé de fabrication de preuves en rapport avec l’incendie à la «  Victoriaville Furniture Company » de Daveluyville. Il subira son procès aux assises d’Arthabaska.

Référence
«Lajoie, accusé sera son propre avocat», La Parole (28 novembre 1935) : 1.
1 - 4 sur 4 résultats