Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index toponymique

Saint-Raphaël-d’Aston
1 - 9 sur 9 résultats Imprimer
1 No d'identification : 1 523

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Une classe au village de Saint-Raphaël-d'Aston (Aston-Jonction) est confiée à une institutrice.

Référence
Le Regard, vol. 1, no 3 (21 avril 1927) : 3.
2 No d'identification : 1 524

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Un citoyen de Saint-Raphaël-d'Aston (Aston-Jonction) vend ses propriétés pour prendre possession de l'hôtel de Daveluyville.

Référence
Le Regard, vol. 1, no 3 (21 avril 1927) : 3.
3 No d'identification : 7 714

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Notes historiques sur la fondation de la paroisse de St-Raphaël d'Aston Jonction. Fondation de la paroisse en 1902, à l'instar d'une nouvelle mission de Mgr Gravel dans la région. Les premiers citoyens provenaient de Saint-Wenceslas, de Sainte-Eulalie et de Sainte-Anne du Sault (Daveluyville), les localités près de la jonction d'Aston. Mise en place de la nouvelle paroisse décidée par Mgr Brunault, en 1905. Première messe le 14 septembre 1915 chez Jos P. de Courval, un marchand, car l'église n'était pas encore construite. La chapelle est bâtie sur le terrain de M. Hector Lupien, qui en a fait don. La chapelle fut ouverte le 30 octobre 1915. On mit en place un cimetière sur le terrain de Johnny Vandal qui en a fait don. «La Mission fut officiellement érigée en paroisse, en février 1916». Création du corps politique municipal en avril 1916. Construction du presbytère au cours de l'été 1916. Mise en place d'une Commission Scolaire en juillet 1917 (voir les noms des dirigeants). Il y a 50 maisons dans la nouvelle paroisse, dont 15 dans les 5 dernières années. Les commerçants M. Alexandre Gaudet de Sainte-Eulalie et MM. Jos Tardif, Bruno Morin et Donat Boucher, s'y sont installés pour profiter du transport des marchandises par le train «Canadien National». Mise en place d'une école dirigée par les Révérendes Soeurs de l'Assomption de Nicolet, depuis septembre dernier. Les cinq autres écoles sont dirigées par des institutrices laïques. «La population totale est de 600 âmes, composant cent familles, dont 75 s'occupent d'agriculture». Mgr Brunault ordonne la construction d'une église pour 1929. Mise en place d'une succursale de la Banque Provinciale du Canada, succursale surveillée par Mlle M. LeMarier. Le fondateur de la paroisse est le curé Albert Clair, lequel a quitté la paroisse pour Saint-Félix de Kingsey. L'abbé Belcourt le remplacera à Saint-Raphaël d'Aston Jonction. Voir la liste des nouveaux conseillers élus en février dans le cadre de la vie politique municipale.

Référence
La Voix des Bois Francs, vol. 1, no 5 (22 novembre 1928) : 1.
4 No d'identification : 8 478

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«La population de Victoriaville a appris, avec une douloureuse surprise, la mort de Monsieur l'abbé Joseph-Aristide Brûlé, curé de St-Sylvère, survenue subitement à bord d'un rapide du C. N. R., en destination pour Montréal. Monsieur l'abbé Brûlé, en compagnie de son médecin, le Dr Ricard, de St-Sylvère s'en allait à Montréal pour requérir les soins de spécialistes. Les jours précédents, il avait eu à quelques reprises, des hémorragies nasales. Quelques minutes après avoir pris le train, une syncope l'emportait. Monsieur l'abbé Brûlé aurait eu 50 ans le 21 janvier. Il était donc dans toute la force de son âge, et ses activités en faisait un curé modèle. Musicien à ses heures, le regretté défunt possédait une jolie voix de basse, qu'il maniait avec aisance. Ses funérailles ont eu lieu lundi matin, dans sa paroisse, à dix heures. Nous publierons plus tard le rapport».
- L'abbé Brûlé était sur le point d'atteindre sa 25e année de prêtrise. Cours classique au Séminaire de Nicolet, puis professeur au même collège. Il est le prêtre fondateur de la paroisse de Saint-Edmond de Grantham, avant d'être transféré à Saint-Sylvère, où l'on dit qu'il a fait plusieurs améliorations et a aidé à la prospérité actuelle des cultivateurs de la paroisse. A formé une chorale remarquable. C'est Mgr Courchesne, évêque de Rimouski, qui a fait l'oraison funèbre. «Le service funèbre fut chanté, à dix heures, lundi matin, le 14 janvier, en l'église paroissiale de St-Sylvère. C'est un confrère de classe, Monsieur l'abbé Henri Belcourt, curé de St-Elphège, qui présida l'office, assisté de MM. les abbés Roland Belcourt, curé de St-Raphaël d'Aston, et Evariste Noël, curé de Lemieux». Présence des curés (nommés) de La Visitation, de Durham-Sud, de Sainte-Eulalie et de Daveluyville, de Saint-Grégoire, Saint-Léonard, Sainte-Gertrude, Princeville, Saint-Célestin, Notre-Dame du Bon Conseil, L'Avenir, Saint-Fulgence de South Durham, Saint-Wenceslas, Manseau, Saint-Samuel, Saint-Louis de Blandford, Drummondville, l'évêque de Nicolet et des représentants de plusieurs communautés de Nicolet (Séminaire, école normale, Pères de Marie). Il y a un Père du Saint-Sacrement, mais il n'est pas explicitement dit qu'il vient de Nicolet. Présence importante de citoyens et de personnalités.

Référence
La Voix des Bois Francs, vol. 1, no 13 (17 janvier 1929) : 1 (suite: 1, 14, p. 1, 4; 1, 15, p. 2).
5 No d'identification : 9 366

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Victoriaville : Concours littéraire lancé par la «Voix des Bois Francs», dont le thème est «Le Printemps».
- Le numéro 26 révèle qu'il y a eu 74 réponses à ce concours.
- Le numéro 29 dévoile le nom des gagnants. Il y a trois prix pour les adultes et un pour les enfants. Il y a également un prix spécial. Les gens qui ont participé au concours provenaient d'Arthabaska, de Princeville, de Saint-Raphaël d'Aston, du Séminaire de Trois-Rivières, de Victoriaville, d'Amos (Abitibi), du couvent de Compton, de Nicolet, de Compton Station, de Sherbrooke, de Québec, de Plessisville, de Sainte-Perpétue et de Saint-Jean d'Iberville.

Référence
La Voix des Bois Francs, vol. 1, no 22 (21 mars 1929) : 1 (suite: 1, 23, p. 3; 1, 24, p. 3; 1, 26, p. 3; 1, 29, p. 3).
6 No d'identification : 26 261

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 30 août dernier, la bénédiction de la nouvelle église de Saint-Raphaël d'Aston avait lieu. C’est l'évêque de Nicolet qui a procédé à cette bénédiction.

- L’article fournit des détails sur la cérémonie et présente quelques notes sur l'histoire de la paroisse.

Référence
La Voix des Bois Francs, vol. 4, no 46 (01 septembre 1932) : 4.
7 No d'identification : 43092

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Le cercle de l’A.C.J.C. à Aston Jonction »

Le journal inaugure une série de chroniques sur la vie sociale à St-Raphaël d’Aston.

- Dans cet article, l’auteur affirme que l’A.C.J.C. de Saint-Raphaël est un cercle qui montre beaucoup de vigueur et d’enthousiasme.

Référence
«Le cercle de l’A.C.J.C. à Aston Jonction», La Parole (01 mars 1934) : 7.
8 No d'identification : 43137

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« St-Raphaël-d’Aston »

Notes sur la paroisse de St-Raphaël-d’Aston.
Photo de l’Église et de M. l’abbé L.-P. Binette, curé de St-Raphaël

Référence
«St-Raphaël-d’Aston», La Parole (19 juin 1941) : 27.
9 No d'identification : 10 062

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«On nous prie d'annoncer, qu'un carillon de trois cloches, sera béni, mercredi, le 5 juin, à St-Félix de Kingsey (Kingsey French). Sa Grandeur Mgr J.-S.-H. Bruneault sera présent et la fête comporte outre la bénédiction des cloches, un banquet et une séance récréative. M. l'abbé Albert Alain, fondateur de la paroisse St-Raphaël d'Aston est le curé actuel de Kingsey. Il a lui-même présidé à l'organisation de cette fête qui sera très belle et très intéressante».

Référence
La Voix des Bois Francs, vol. 1, no 32 (30 mai 1929) : 1.
1 - 9 sur 9 résultats