Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index toponymique

Saint-Édouard-de-Gentilly
1 - 14 sur 14 résultats Imprimer
1 No d'identification : 1 812

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Texte sur la paroisse de « Bécancourt », dont une partie viendrait des notes inscrites sur le premier registre de la paroisse par le premier curé, il y a près de 200 ans. On y ajoute des détails provenant du volume de l'abbé J.A. Maurault, publié en 1866. « La paroisse, la Nativité de Notre-Dame, vulgairement Bécancourt, district de Trois-Rivières, diocèse de Québec, est bornée au Nord-Est à la paroisse Saint-Édouard de Gentilly, au sud par les terres non concédées du Roi, au Sud-Ouest du fief Godefroy, au Nord, par le fleuve Saint-Laurent. » Elle contient trois lieues de front, sur les différentes profondeurs des seigneuries. D'après les anciens, elle aurait été érigée en 1699, mais cela ne peut être vérifié, car les archives ont brûlé en août 1757 dans l'incendie de l'église de Saint-François Xavier de la mission des «s auvages » en la seigneurie de Bécancourt. Le père jésuite Simon Pierre Gonnon était missionnaire « des deux nations », c'est-à-dire les Montagnais et les Abénakis, depuis environ 4 ans. Le père jésuite a résidé ensuite chez les Français jusqu'à sa mort accidentelle durant une traversée vers le Cap. Il est inhumé à Deschambault. Il est arrivé au Canada en 1752, a été envoyé à Bécancourt en 1753 et s'est occupé de « ses sauvages » jusqu'à sa mort en 1764. On rapporte les circonstances du naufrage en détail et l'article est à suivre.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 11 (24 mars 1881) : 3.
2 No d'identification : 7 954

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Horaire détaillé des visites paroissiales de Mgr D'Anthédon, qui commence à Bécancour le 1er juin et se termine à Saint-Pierre les Becquets, le 4 juillet. Voici, dans l'ordre, les villages rencontrés (pour voir les dates, retourner à l'article) entre les deux destinations nommées précédemment: Saint-Grégoire, Saint-Célestin, Saint-Léonard, Saint-Wenceslas, Sainte-Clothilde, Saint-Valère de Bulstrode, Sainte-Victoire d'Arthabaska, Saint-Albert, Saint-Christophe d'Arthabaska, Saint-Paul et les Saints-Anges, Saint-Norbert d'Arthabaska, Sainte-Hélène de Chester, Saint-Eusèbe de Stanfold, Saint-Louis de Blandford, Sainte-Gertrude et Saint-Edouard de Gentilly. En tout, 19 localités seront visitées et la visite dure entre 2 et 4 jours.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 26 (03 juin 1868) : 2.
3 No d'identification : 13 938

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Profession religieuse au couvent de Saint-Grégoire. Douze jeunes filles ont pris le voile le 15 août. Il s'agit d'une communauté vouée à l'enseignement des enfants de la paroisse. On rapporte qu'elle a été fondée par une native ou tout au moins une résidente de Saint-Grégoire. Il y a eu 2 professions de derniers voeux (l'une venant de la paroisse de Saint-Pierre Célestin, l'autre de Sainte-Anne de la Pérade), 9 professions de premiers voeux (provenant des paroisses de Saint-Grégoire le Grand, Saint-Zéphirin, Saint-Antoine de la Baie du Febvre, Saint-Jean Deschaillons, Saint-Édouard de Gentilly), 1 vêture ( Saint-Antoine de la Baie du Febvre) et 4 entrées au postulat (provenant de Saint-Jean Baptiste de Nicolet, Saint-Antoine de la Baie du Febvre, Saint-Édouard de Gentilly).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 5, no 38 (24 août 1871) : 2.
4 No d'identification : 17 706

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un article sur la journée champêtre de l'association des jeunes ruraux, à Victoriaville. Des participants de plusieurs villes environnantes étaient présents. Parmi ces villes on note Warwick, Saint-Guillaume, Saint-Edouard et Saint-Valère. Lors de cette journée, il y a eu des jeux, un concours agricole et un banquet. 460 membres de 19 cercles différents ont assisté à cette journée.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 88, no 36 (26 août 1954) : 7.
5 No d'identification : 25 876

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal présente un bref historique sur Saint-Edouard de Gentilly. On y parle de la mission, du premier curé, de l’érection canonique, etc.

Référence
La Voix des Bois Francs, vol. 2, no 37 (03 juillet 1930) : 1.
7 No d'identification : 53838

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Au déraillement de Saint-Edouard (photo »

Photo prise lors du déraillement de 22 wagons d’un convoi de marchandises du CN survenu à Saint-Edouard dernièrement

Référence
«Au déraillement de Saint-Edouard (photo», La Parole (03 juin 1954) : 14.
8 No d'identification : 13 546

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Long article sur Saint-Louis-de-Blandford écrit par l'abbé C.F. Baillargeon. Ce village a inauguré son église (la plus vieille église des Cantons de l'Est, qui a été rénovée) le 22 novembre. Puis, il est question des premiers colons de l'endroit: 5 noms sont mentionnés. Ensuite, l'auteur y va du récit de leur installation: la rencontre avec des sauvages dans la forêt, leur arrivée aux limites des cantons de Blandford et Maddington le 27 mars 1825, les premières cultures (blé, patates
et blé d'Inde). Puis, le gouvernement a donné une grande étendue de terre à un des premiers colons, Charles Héon. Comme l'étendue était trop grande pour qu'il la défriche seul, il en a donné une partie à d'autres colons. Puis, en 1927, trois nouveaux colons arrivèrent (les noms sont mentionnés). En 1826, des colons avaient commencé à construire un chemin de 12 milles entre Blandford et Maddington, se prolongeant jusqu'à Gentilly. En 1827, les colons ont planté une croix au bord de la rivière pour en faire un lieu de prière, n'ayant pas d'assistance religieuse les dimanches et les fêtes. C'est en 1828 que fut fondée la première mission à Blandford. Le nom des différents curés en charge est écrit. C'est le curé Courtin de Saint-Édouard de Gentilly qui en était responsable. Le 6 février 1838, le curé Larue de Gentilly «fut le premier qui mit le pied dans le canton de Stanfold, dit la messe et baptisa sept enfants dans la maison de monsieur Pierre Bercasse, alias Pierre Landry». L'auteur ne dit pas en quelle année, mais Charles Héon a fini par bâtir un petit moulin à scie, ce «qui permettait aux défricheurs de faire préparer le bois dont ils avaient besoin pour construire leurs maisons et leurs bâtiments de ferme». Le même homme qui avait fait construire le moulin à scie fit construire un moulin à farine. Ainsi, les colons n'avaient plus à se rendre à Gentilly pour faire moudre leurs grains. Plus tard, Charles Héon (qui est décédé le 16 mail 1882) «dressa lui-même le plan d'une chapelle». Puis, les colons ont coupé le bois nécessaire à sa construction. Un certain Louis Massue de Québec fit don de la peinture, des vitres et des ferrures. La chapelle fut terminée en 1833. Liste des premiers syndics élus. À l'intérieur de la chapelle, il y avait un tableau sur toile,
don du peintre Légaré. Sur le clocher de l'église, on pouvait voir une croix en fer. En 1833, la pétition pour demander à Mgr de Québec la permission de construire la chapelle a été signée par 35 personnes (les noms sont indiqués). La mission de Blandford a été érigée canoniquement le 11 juillet 1848. La «paroisse fut formée d'une certaine partie de terres sises et situées dans les cantons de Maddington, de Bulstrode et de Blandford, et comprend une étendue de terre de forme irrégulière d'une longueur moyenne d'environ vingt milles sur une largeur moyenne d'environ douze milles». En 1838, les colons ont construit une maison pour le curé à côté de la chapelle. En 1866, l'évêque de Trois-Rivières, Mgr Cooke, décida une addition de 12 pieds au presbytère, «une cave convenable, une nouvelle couverture, deux lambris, de nouvelles ouvertures, de nouveaux planchers, une galerie sur la face principale». Le presbytère sera aussi relevé de 3 pieds. C'est
en 1849 que le premier corps de marguilliers fut formé. Les noms sont mentionnés. La paroisse de Saint-Louis de Blandford devint une municipalité en 1861. Cette municipalité est formée de «la partie des différents cantons de Blandford et Maddington, qui est située dans les limites du comté d'Arthabaska, ensemble avec les premier et deuxième rangs du canton de Bulstrode et de son augmentation». Le premier curé résident: Charles Olivier Arthur Sicard de Carufel. Le second curé: David Ovide Sicard de Carufel. Le troisième curé: Charles Théodore Bellemare. Le quatrième curé: Henry Julien. Le cinquième: Georges Brunelle. En 1863, l'archiconfrérie du Saint Coeur de Marie a été érigée par Mgr Cooke, le jubé a été construit et l'église peinturée. Les travaux ont été exécutés par Charles Héon.
Le 22 juillet 1874, la cloche a été bénie. Il y eut aussi plusieurs baptêmes. En 1888, Saint-Louis de Blandford a été érigée en cure sous le vocable de Sainte-Anne du Sault. En 1885, Georges Brunelle fit construire une cuisine adjacente à la chapelle. En 1887, grandes réparations à la sacristie, installation d'un autel ciselé et doré (donné par Mgr Baillargeon), qui appartenait auparavant à l'Église de Notre-Dame des Victoires. De plus, trois statues du Sacré-Coeur de Jésus, de la Sainte Vierge et de Saint-Joseph ont été installées. Autres détails sur les améliorations apportées à la chapelle dans le texte. Les travaux ont été exécutés sous la surveillance de David Deshaies, de Stanfold. L'école du village est tenue par Corine Poisson.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 25, no 49 (10 décembre 1891) : 1-4.
14 No d'identification : 56172

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Adolphe Rho.
Jacques Boisvert, L’Église St-Édouard de Gentilly. Architecture, sculpture, peinture, Nicolet, Séminaire de Nicolet, 2006, p. 61, (extrait).


Référence
Jacques Boisvert, L’Église St-Édouard de Gentilly. Architecture, sculpture, peinture, Nicolet, Séminaire de Nicolet, 2006, 61.
1 - 14 sur 14 résultats