Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index toponymique

Saint-Louis-de-Blandford
1 - 25 sur 190 résultats Imprimer
1 No d'identification : 95

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, suite (6) :
Les récoltes de l'automne permettent bientôt de passer des hivers plus facilement.
- Après 5 ou 6 ans de privation, les marchands réussissent à garder suffisamment de marchandises pour fournir la population.
- Construction d'un moulin à Somerset, arrivée du premier prêtre.
- Les obstacles ont altéré de nombreuses santés, mais la colonisation a résisté aux épreuves.
- Importance de l'organisation paroissiale, en particulier en milieu de colonisation.
- Importance des industries de potasse et perlasse, dont le premier établissement est dû à un colon de Bécancour. Première messe de Somerset, 1837, par le curé de Gentilly. Moulin à farine, qui sert aussi pour la messe.
- Chapelle en 1840-41.
- Éloge du premier curé de Somerset. Dessert aussi la mission de Saint-Louis de Blanford. Ses voyages entre les deux lieux.
- Arrivée du notaire (venu de Bécancour), qui instaure la première école, puis du médecin (venu d'Yamachiche).

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 11 (24 février 1900) : 1.
2 No d'identification : 164

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La débâcle a eu lieu le 19 avril à Lourdes et a attiré comme tous les ans un grand nombre de curieux. Le postillon a été le dernier à traverser sur la glace cette année. Il n'y a pas eu d'embâcle à Lourdes et personne n'a souffert d'une perte de billots: la glace est allée s'accumuler près de l'église de Saint-Louis de Blanford. Cependant, le pont entre Lourdes et Sainte-Julie a été ébranlé et on prévoit des réparations coûteuses.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 20 (28 avril 1900) : 3.
3 No d'identification : 4 939

Collection
Archives du séminaire de Nicolet

Information documentaire
[Archives séminaire Nicolet: Année [ou date approx.]: 1992. Dimensions: 21.5X16.5. Photographe: Reproduction Photomaje. Couleur: noir/blanc. Descripteurs/résumé: St-Louis-de-Blandford: église, façade, façade latérale droite, clocher, coq, fenêtre, porte, parvis, clôture, neige, presbytère, bâtiment, personnage, caveau. Reproduction à partir d’un négatif sur verre F085/P8230, cf. F085/P9504. 284.]

Référence
Archives du Séminaire de Nicolet. Inventaire des fonds de photos des archives du séminaire de Nicolet, 31 décembre 1992, F085/P5250.
4 No d'identification : 4 941

Collection
Archives du séminaire de Nicolet

Information documentaire
[Archives séminaire Nicolet: Année [ou date approx.]: 1877 v. Dimensions: 8X6. Photographe: P.V. Ayotte. Couleur: noir/blanc. Descripteurs/résumé: St-Louis-de-Blandford: église, façade, façade latérale droite, clocher, coq, fenêtre, porte, parvis, clôture, neige, presbytère, bâtiment, personnage, caveau. Cf. F085/P5250.]

Référence
Archives du Séminaire de Nicolet. Inventaire des fonds de photos des archives du séminaire de Nicolet, 31 décembre 1877, F085/P9504.284.
5 No d'identification : 5 610

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Trois lots sont disponibles dans la paroisse de Saint-Louis-de-Blandford. L’annonce mentionne l'étendue en acres, la valeur des propriétés, le taux d’imposition des taxes scolaires et municipales et le montant dû sur les propriétés.

- Le secrétaire-trésorier de cette municipalité est T. Côté.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 3 (11 décembre 1862) : 3.
6 No d'identification : 5 731

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un compte-rendu de l'assemblée publique tenue par les habitants de la paroisse de Saint-Germain-de-Grantham. On a pris en considération les résolutions adoptées à la réunion de St-Hyacinthe concernant la mise sur pied d'une banque de crédit foncier dans le Bas-Canada.

Les habitants du comté de Grantham ont approuvé et ratifié la proposition en vue de l’établissement de cette banque. Elle rendra de fiers services aux agriculteurs et cela favorisera la colonisation de cette grande étendue de terre inculte dans les townships du Bas-Canada. Cela permettra aux colons de se procurer de l'argent à des conditions avantageuses. On espère que M. J. B. E. Dorion appuiera ce projet en chambre.

- Les habitants du village de Plessisville et de Saint-Calixte-de-Somerset ont tenu une assemblée le 8 février 1863, pour la même raison (voir 1, 15, p. 3; le 5 mars 1863). Les habitants se sont également montrés en faveur du crédit foncier.

- Les habitants de Saint-Louis-de-Blandford ont fait de même le 9 février 1863 (voir 1, 15, p. 3; le 5 mars 1863).

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 11 (05 février 1863) : 3 (suite: 1, 15, p. 3).
7 No d'identification : 5 906

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal annonce la vente de terres pour le non paiement de taxes municipales dans le comté d'Arthabaska. Des terres sont à vendre dans la municipalité de Saint-Louis-de-Blandford, de Warwick et de Victoriaville. L’annonce comprend le nom du propriétaire, le numéro du lot et du rang, le nombre d'acres, la taxe générale, la taxe spéciale, la taxe d'école, de même que l'arrérage en 1862 et le montant total.

- Voir la suite de ces annonces, cette fois pour Bulstrode, Wickham, L'Avenir, Durham, Grantham, Wendover et Simpson (2, 3, p. 3).

Référence
«Bureau du Conseil municipal du comté d’Arthabaska», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 2 (10 décembre 1863) : 3-4 (suite:2, 3, p. 3; 2, 5, p. 4).
8 No d'identification : 5 986

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À propos de Saint-Louis de Blanford (d'après un extrait de l'ouvrage de M.S. Drapeau).

Il y a un prêtre résident depuis 1862 et une chapelle a été érigée vers 1836. Elle mesure 70 pieds de longueur. Elle est située près de la rivière Bécancour, au nord-est.

Cette paroisse est composée du canton de Blandford, d'une partie de celle de Bulstrode, de l'augmentation de Somerset et des 7e, 8e, 9e, 10e et 11e rangs dans l'ouest de Maddington. La paroisse est enclavée entre les comtés d'Arthabaska et de Nicolet.

La population de Saint-Louis de Blanford est composée de 75 familles ou 508 habitants, «tous d'origine canadienne-française, à l'exception d'une seule personne».

Les terres défrichées comprennent 1 600 âcres. On y produit 12 825 minots de grains, 7 127 minots de patates et navets et 85 tonneaux de foin.

Une grande route traverse le canton. Elle part de Gentilly et va jusqu'à Saint-Norbert d'Arthabaska, à la station du chemin de fer du Grand Tronc. «M. St-Germain, conducteur des travaux de ce chemin, dit que cette route, bien qu'elle ne soit pas complètement parachevée, offre cependant une bonne voie de communication avec les Trois-Rivières, vu qu'elle est praticable pour les voitures d'été dans toute son étendue».

Référence
«Colonisation, comté d’Arthabaska», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 11 (11 février 1864) : 1.
9 No d'identification : 6 265

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À propos de la milice active et de la réserve du comté de Drummond

Le journal publie un tableau qui indique le nombre de miliciens de 1e classe, 2e classe et de réserve, à Saint-Guillaume, Kigsey, Durham, L'Avenir, Saint-Germain, Wickham, Grantham, Wendover et Simpson. Le nombre total des miliciens pour toutes les localités est de 2 566.

Le journal fournit les mêmes renseignements sur la milice du comté d'Arthabaska qui comprend Chester Est et Ouest, Tingwick, Warwick, Saint-Norbert d'Arthabaska, Arthabaskaville, Saint-Valère de Bulstrode, Princeville et Saint-Louis de Blandford.

Seules les municipalités de Victoriaville, Saint-Christophe d'Arthabaska, Saint-Albert de Warwick et Sainte-Clothide de Horton n'ont pas encore transmis les informations (3, 2, p. 3).

Référence
«La milice», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 52 (24 novembre 1864) : 2 (suite: 3, 2, p. 3).
10 No d'identification : 6 355

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie une notice nécrologique sur Françoise Malhiot, une des premières habitantes de Saint-Louis de Blanford. Elle serait arrivée avec son mari, Antoine Marchand, vers 1829. Elle a aidé son mari «avec toute la persévérance, tout le courage et tout le dévouement propre à son sexe».

On dit qu'elle a hébergé les premiers missionnaires qui considéraient Mme Malhiot comme leur mère.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 26 (24 mai 1865) : 2.
11 No d'identification : 6 391

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Un enfant monstre vient de naître dans les environs de St-Louis de Blandford. Il a la tête aussi large que celle d'un adulte mais plate ; ses yeux, s'il en a, sont recouverts d'une épaisse couche de chair ; il n'a pas de nez. Les médecins espèrent qu'il vivra».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 2 (12 octobre 1877) : 3.
12 No d'identification : 6 669

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Il n'y a pas eu d'élections de conseillers à St. Louis de Blandford. L'un des candidats ayant objecté à son adversaire, qu'il ne pouvait pas être conseiller, parce qu'il était estimateur, le président a cru devoir réserver cette question et a ajourné l'assemblée à 15 jours. Cet ajournement eut naturellement l'effet de faire manquer l'élection. Les nouveaux conseillers devront être nommés par le Lieutenant Gouverneur».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 18 (31 janvier 1878) : 3.
13 No d'identification : 6 791

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Mardi dernier, la Cour criminelle a condamné les Corporations des villages d’Arthabaska et de Victoriaville à une amende de 25 $ et celle de Saint-Norbert à 5,000 $ à cause des rues mal entretenues. Aujourd'hui, ce sont les Corporations de Saint-Louis de Blandford et de Stanfold qui devront se défendre des mêmes accusations. Le Journal d'Arthabaska mentionne que les « municipalités sont trop pauvres pour payer de pareilles sommes au gouvernement sans en souffrir ».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 21 (21 février 1878) : 4 (suite: 1, 22, p. 4).
14 No d'identification : 6 908

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À l'approche des élections, «M. Watts a parlé à Chénier», «M. Rainville a parlé à Ste. Clothilde» et «M. le notaire Laliberté de Warwick a rencontré à St. Albert MM. J. O. Bourbeau et A. Beaubien». De son côté, «M. Auguste Beaudry, Étudiant en droit de ce village, a fait un début des plus heureux à St. Louis de Blandford. Il y a prononcé un discours, qui a produit beaucoup d'effet». Aussi, «À St. Norbert, il y a eu rencontre entre MM. D. O. Bourbeau et M. J. Lavergne». «(MM. Léonard, Nantel et Polette) se sont rencontrés à St. Germain après la messe, à Drummondville après vêpres et à St. Cyrille dans la soirée». «M. L. A. Bernard, le Maire de la paroisse, termina l'assemblée par un magnifique discours en faveur de M. Watts». À Drummondville, il y avait peu d'électeurs, mais ils étaient presque tous partisans de M. Watts». Un certain Hébert, un trouble-fête, a été mis entre les mains de la police. «L'assemblée de St. Cyrille a été favorable à M. Watts». «Nous avons rarement rencontré une population plus calme et plus polie que celle de St. Cyrille». «Somme toute, la journée de dimanche a été excellente pour M. Watts».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 27 (04 avril 1878) : 3-4.
15 No d'identification : 6 993

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Plusieurs assemblées ont été tenues dans le cours de «la semaine dernière». À Stanfold, il y avait une telle unanimité en faveur de M. Watts, que M. Léonard a clos l'assemblée en demandant trois hourras pour l'orateur libéral, M. Lavergne. À St. Louis de Blandford, il y eut rencontre entre l'Hon. M. Gaudette et M. le notaire Rainville. La lutte fut courtoise, et tout à l'avantage de M. Rainville».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 29 (18 avril 1878) : 3.
16 No d'identification : 7 022

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«M. Méthot, un enfant encore des Trois-Rivières s'était rendu à St. Louis de Blandford, mais les électeurs l'ont envoyé promener. Ce monsieur est allé étudier avec M. McDougall».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 30 (25 avril 1878) : 6.
17 No d'identification : 7 073

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Samedi dernier, une autre enquête a eu lieu à St. Louis de Blandford, sur le corps d'un nommé Narcisse Boisvert, mort d'apoplexie foudroyante».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 34 (31 mai 1878) : 3.
18 No d'identification : 7 172

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«MM. Joseph Poisson, Jules Héon et Zéphirin Marchand, de St. Louis de Blandford, viennent d'être nommés juges de paix».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 42 (25 juillet 1878) : 3.
19 No d'identification : 7 332

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Lettre d'un lecteur à propos de la Société d'agriculture du comté d'Arthabaska. L'assistance à la réunion du 30 décembre montre l'apathie des cultivateurs à cet égard. Le président de l'année 1869, Adolphus Stein, présidait. On raconte le vote où M. Stein est réélu. L'auteur déplore ce choix, car il soutient que le président est «banal» et qu'il est d'ordinaire réélu par des directeurs qui se réélisent entre eux. Il dit cependant qu'une opposition progressionniste surgit (incarnée par le rival du président lors de l'élection). Plusieurs lignes sont consacrées à l'incompétence du président et au fait que la société d'agriculture est stationnaire depuis sa création il y a 12 ans, tandis que ses voisines prospèrent. On rapporte (noms donnés) les résultats des élections du vice-président, des directeurs et du secrétaire-trésorier. Les directeurs proviennent des paroisses de Saint-Louis de Blanford, Saint-Eusèbe de Stanfold, Saint-Norbet d'Arthabaska, Sainte-Hélène de Chester, Saint-Christophe d'Arthabaska, Sainte-Clothilde de Horton, Sainte-Victoire, Saint-Albert de Warwick, Saint-Valère de Bulstrode, Saint-Patrice de Tingwick, Saint-Médard de Warwick. On s'objecte à la participation de ce dernier directeur: il réside dans une municipalité appartenant au comté de Drummond, et même si elle est dans les limites paroissiales de Saint-Médard de Warwick, cet homme est protestant et on soutient que les limites paroissiales ne le touchent pas; de plus, on croit et on espère que les anglophones constitueront leur société agricole séparée.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 4, no 7 (20 janvier 1870) : 2.
20 No d'identification : 7 666

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«La paroisse Saint-Louis de Blandford s'apprête à célébrer le centenaire du premier colon des Bois-Francs, Charles Héon».

Référence
Le Nouvelliste «Répertoire de sources journalistiques. Faits saillants en Mauricie» (20 mai 1925) : 5.
21 No d'identification : 7 781

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un article sur l'importance de l'enseignement religieux à l'école. On soutient que cette matière qui est le fondement de l'éducation, doit être enseignée avant même de toucher à la géographie, au calcul, etc.

En juillet 1868, dans une assemblée des commissaires (certains sont nommés), le curé de Saint-Louis a introduit dans sa paroisse le «Guide de la bonne institutrice», écrit par le curé de Sainte-Gertrude, P. De Villiers. À l'assemblée du 14 février 1870, les commissaires d'école (liste des commissaires présents) ont passé la résolution que tous les règlements passés avant ce jour concernant la conduite des institutrices pour la municipalité de Saint-Louis de Blandford soient annulés et que le règlement (soit le guide ci-dessus) soit le seul observé par elles à l'avenir.

Quelques clauses sont mentionnées: conduite modeste et pieuse, ne pas entretenir de longues fréquentations, s'habiller modestement, ne visiter que des familles respectables, ne pas se présenter aux danses ou noces sans y être explicitement invitée, ne pas se promener seule avec un jeune homme, ne faire de remarques sur personne, ne pas développer de prédilection pour certains élèves, etc.

L’article comprend un extrait tiré du rapport du commissaire Alexandre ventant la bonne tenue des élèves et de l'école no 1 de Saint-Louis et l'amélioration de l'école no 2, et enjoignant aux maîtresses de suivre les recommandations du curé à propos de l'enseignement religieux.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 4, no 14 (10 mars 1870) : 2.
23 No d'identification : 7 954

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Horaire détaillé des visites paroissiales de Mgr D'Anthédon, qui commence à Bécancour le 1er juin et se termine à Saint-Pierre les Becquets, le 4 juillet. Voici, dans l'ordre, les villages rencontrés (pour voir les dates, retourner à l'article) entre les deux destinations nommées précédemment: Saint-Grégoire, Saint-Célestin, Saint-Léonard, Saint-Wenceslas, Sainte-Clothilde, Saint-Valère de Bulstrode, Sainte-Victoire d'Arthabaska, Saint-Albert, Saint-Christophe d'Arthabaska, Saint-Paul et les Saints-Anges, Saint-Norbert d'Arthabaska, Sainte-Hélène de Chester, Saint-Eusèbe de Stanfold, Saint-Louis de Blandford, Sainte-Gertrude et Saint-Edouard de Gentilly. En tout, 19 localités seront visitées et la visite dure entre 2 et 4 jours.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 26 (03 juin 1868) : 2.
24 No d'identification : 7 984

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y a eu une distribution des prix au collège commercial de Princeville, le 25 juin, pour une trentaine d'élèves. Mgr d'Anthédon était présent. Le collège de Princeville est commercial, industriel et agricole. Les matières enseignées: langues française et anglaise, arithmétique, tenue des livres, géographie, histoire, algèbre, etc. Une comédie (Le Sansonnet de Sylvio) a été jouée pour l'occasion. Puis, Mgr d'Anthédon a fait un discours sur l'harmonie nécessaire entre les classes de la société, harmonie selon lui inexistante au Canada. Monseigneur s'est ensuite rendu à Saint-Louis de Blandford, «escorté par la compagnie des pompiers et suivi de plusieurs citoyens». Plus loin, il y a la liste des prix et des élèves qui les reçoivent, de même que la matière académique en cause.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 30 (01 juillet 1868) : 2-3.
25 No d'identification : 8 002

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Nombre de personnes confirmées durant la récente visite pastorale de Mgr d'Anthédon: Bécancour, 403; Saint-Grégoire, 253; Saint-Célestin, 85; Saint-Léonard, 23; Saint-Wenceslas, 40; Sainte-Clothilde, 33; Saint-Valère, 121; Sainte-Victoire, 239; Saint-Christophe, 301; Saint-Paul de Chester, 273; Saint-Norbert, 281; Saint-Louis de Blandford, 77; Sainte-Gertrude, 120; Gentilly, 360 et Saint-Pierre, 350.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 32 (15 juillet 1868) : 2.
1 - 25 sur 190 résultats