Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index toponymique

Notre-Dame-de-Bécancour
1 - 2 sur 2 résultats Imprimer
1 No d'identification : 1 812

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Texte sur la paroisse de « Bécancourt », dont une partie viendrait des notes inscrites sur le premier registre de la paroisse par le premier curé, il y a près de 200 ans. On y ajoute des détails provenant du volume de l'abbé J.A. Maurault, publié en 1866. « La paroisse, la Nativité de Notre-Dame, vulgairement Bécancourt, district de Trois-Rivières, diocèse de Québec, est bornée au Nord-Est à la paroisse Saint-Édouard de Gentilly, au sud par les terres non concédées du Roi, au Sud-Ouest du fief Godefroy, au Nord, par le fleuve Saint-Laurent. » Elle contient trois lieues de front, sur les différentes profondeurs des seigneuries. D'après les anciens, elle aurait été érigée en 1699, mais cela ne peut être vérifié, car les archives ont brûlé en août 1757 dans l'incendie de l'église de Saint-François Xavier de la mission des «s auvages » en la seigneurie de Bécancourt. Le père jésuite Simon Pierre Gonnon était missionnaire « des deux nations », c'est-à-dire les Montagnais et les Abénakis, depuis environ 4 ans. Le père jésuite a résidé ensuite chez les Français jusqu'à sa mort accidentelle durant une traversée vers le Cap. Il est inhumé à Deschambault. Il est arrivé au Canada en 1752, a été envoyé à Bécancourt en 1753 et s'est occupé de « ses sauvages » jusqu'à sa mort en 1764. On rapporte les circonstances du naufrage en détail et l'article est à suivre.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 11 (24 mars 1881) : 3.
2 No d'identification : 25 864

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal présente un bref historique de la paroisse de Notre-Dame de Bécancour. L’article décrit sa première mission, nomme les premiers colons, mentionne la date de l’érection canonique, etc.

Référence
La Voix des Bois Francs, vol. 2, no 32 (29 mai 1930) : 3.
1 - 2 sur 2 résultats