Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index toponymique

Durham
1 - 25 sur 123 résultats Imprimer
1 No d'identification : 5 479

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«On a posé les rails sur l'embranchement de l'Avenir, depuis Wickham jusqu'à Durham.»

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 2, no 36 (14 septembre 1882) : 3.
2 No d'identification : 5 512

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Terres publiques »

Le journal publie la liste des lots qui sont à vendre dans les comtés de Drummond et de Bagot. Il y a des terres à vendre à Durham (township), Wendover et Kingsey. Pour les comtés d'Arthabaska et de Nicolet, des terres sont à vendre à Warwick, Tingwick, Chester (township), Arthabaska (township), Blandford, Aston, Maddington, Gore de Stanfold et Bulstrode.

Il y a une note de l'assistant commissaire au « Département des Terres de la Couronne » qui dit qu’aucun lot ne sera retiré de la vente excepté si l'on exhibe un témoignage, par affidavit, pendant les trois jours qui précéderont la vente. Le témoignage doit être remis à l'officier du département qui surveillera la vente. Il faut démontrer qu'au moins cinq pour cent de la quantité de terre réclamée a été défrichée et enclose.

On ne peut s'assurer la terre qu'en payant le versement requis d'un cinquième du prix d'achat selon l'évaluation spéciale qui sera déterminée. Ceux qui réclament des parties de lots irréguliers ou des parties irrégulières doivent être munis de plans convenables et des procès-verbaux de leurs possessions respectives.

Référence
«Terres publiques», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 2 (04 décembre 1862) : 4.
3 No d'identification : 5 713

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les travaux des mines de cuivre de Durham et de Wickham qui avaient été suspendus l'été dernier ont été repris.
- Les deux compagnies possédant ces mines ont toutes deux obtenu une incorporation (voir 1, 11, p.3). Il s’agit de la « Compagnie des Mines de Durham » et de la « Compagnie des Mines de Wickham ».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 5 (24 décembre 1862) : 3 (suite: 1, 11, p. 3).
4 No d'identification : 5 727

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« M. Joseph Yale, propriétaire de la mine de cuivre dans le 7e rang du township de Durham, municipalité de L'Avenir, vient de vendre sa propriété à la compagnie des mines de Durham pour la somme de 4 700 $ avec le droit d'exploiter la partie cultivable de la terre pendant deux ans ».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 10 (29 janvier 1863) : 3.
5 No d'identification : 5 733

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Moulin à farine à vendre.

Il appartenait à Mathias Elwin. Il est situé au centre du township de Durham, sur la Rivière Noire. Il ne manque jamais d'eau, selon la publicité. «Il est en parfait ordre pour moudre le blé, le sarrasin et le blé d'Inde ». Ce moulin est au milieu d'un township à blé et rapporte un revenu considérable tous les ans. On vend le moulin avec 50 acres de terre dans un excellent état de culture, une maison, une grange et une remise. Il s’agit d’un placement avantageux.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 11 (05 février 1863) : 3.
6 No d'identification : 5 738

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le Gouverneur général a déclaré que la paroisse de Saint-Pierre de Durham, dans le comté de Drummond, serait une municipalité scolaire séparée portant le nom de «Municipalité scolaire de St-Pierre». Elle est bornée en front par la Rivière St-François; au nord, par la ligne séparant le lot de terre no 3 du lot de terre no 4, dans chacun des huit premiers rangs du township de Wickham et de Durham, jusqu'au lot de terre no 14 du township de Durham et au sud, par la ligne de terre no 15 du lot de terre no 14 dans les huit premiers rangs du township de Durham.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 16 (12 mars 1863) : 3.
7 No d'identification : 5 758

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Les électeurs de Drummond et d'Arthabaska sont appelés à choisir entre MM. Dorion et De Cazes pour les représenter dans le prochain parlement. [...] M. Dorion a pris M. De Cazes par la main, dimanche dernier, et lui a fait faire la tournée dans le comté d'Arthabaska». MM. Dorion et De Cazes se sont rencontrés aussi à Saint-Norbert et à Arthabaskaville «où plus de 200 personnes attendaient [...] l'arrivée des candidats». La nomination des candidats se fera officiellement le 5 juin et la votation aura lieu les 12 et 13 de ce même mois. L'assemblée préliminaire se fera à Drummondville. En attendant, M. Dorion prononcera des discours à Saint-Guillaume, Saint-Germain, Tingwick et Warwick.

- Lors des deux jours de votation, les «polls» seront ouverts dans les localités suivantes: (pour le comté de Drummond) Drummondville (pour Grantham, Wendover et Simpson), Saint-Germain, Saint-Guillaume et Saint-Bonaventure, Wickham, L'Avenir, Durham, Kingsey; (et dans le comté d'Arthabaska) Arthabaskaville, Saint-Christophe, Victoriaville, Saint-Norbert, Stanfold, Maddington et Blanford, Chester Est, Chester Ouest, Bulstrode, Warwick et Tingwick.

Référence
«Drummond et Arthabaska», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 27 (28 mai 1863) : 2.
8 No d'identification : 5 799

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Jean-Baptiste-Éric Dorion a été réélu dans Drummond et Arthabaska. Bien qu'il n'ait pas remporté la majorité des votes dans toutes les paroisses, il a néanmoins obtenu dans l'ensemble une majorité de 750 voix contre M. De Cazes. Voici les résultats dans chacune des localités.

Nous mentionnerons d'abord les votes accordés à Dorion, puis ceux accordés à De Cazes: Drummondville (pour Grantham, Wendover et Simpson), 46 et 74; Saint-Germain, 84 et 34; Saint-Guillaume et Saint-Bonaventure, 216 et 44; Wickham, 17 et 12; L'Avenir, 226 et 6; Durham, 63 et 0; Kingsey, 56 et 30. Dans le comté d'Arthabaska: Arthabaskaville, 27 et 18; Saint-Christophe, 61 et 51; Victoriaville, 61 et 12; Saint-Norbert, 45 et 22; Stanfold, 93 et 44; Maddington et Blanford, 34 et 7; Chester Est, 49 et 26; Chester Ouest, 40 et 23; Bulstrode, 24 et 25; Warwick, 69 et 59; Tingwick, 59 et 5.

Puis, l'auteur de l'article dit que De Cazes a, en quelque sorte, acheté des votes dans certaines paroisses, dont Warwick, en donnant du travail à des électeurs et en mettant une voiture à la disposition de ceux qui voteraient voter pour lui.

M. Dorion a fait son discours de la victoire le 14 juin, à Drummondville. Plus de 300 personnes étaient présentes pour l'accueillir. Après le discours, il y eut «toute la nuit [...] de la musique, des chansons et des mots pour rire».

Référence
«Drummond et Arthabaska», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 30 (17 juin 1863) : 2.
9 No d'identification : 5 813

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y eu une assemblée des habitants de Durham et Wickham pour «réorganiser» la Société St-Jean-Baptiste. Les officiers ont été élus.

J. B. E. Dorion en est le président.

Référence
«Société Saint-Jean-Baptiste», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 31 (25 juin 1863) : 2.
10 No d'identification : 5 820

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Les townships d'Arthabaska, de Chester et de Ham ont été en proie à la fièvre des mines depuis le printemps et il s'est opéré plusieurs transactions qui promettent de devenir avantageuses pour ces localités. M. Russell, de l'hôtel Russell de Québec, a été le principal agent de toutes ces transactions, agissant pour une compagnie américaine. On est occupé à sonder les différentes mines ainsi acquises et plusieurs d'entre elles offrent des apparences de fortune réelle».

Une mine de cuivre aurait été découverte à «vingt arpents» de L'Avenir. Selon des connaisseurs, le minerai y serait aussi riche que celui de la mine d'Acton.

«Le propriétaire de la terre où est située cette mine, M. Casimir Gagnon, marchand de notre village, se propose de la sonder pour l'exposer en vente [...] et attirer des capitalistes pour l'exploitation de cette industrie précieuse. [...] La compagnie des mines de Durham continue l'exploitation de la mine de Yale et elle a dernièrement acquis une machine à broyer pour éliminer le minerai de la grande masse de pierres qu'elle a extraite de sa mine depuis l'an dernier».

La mine de Wickham continue à être exploitée et on vient de découvrir plusieurs autres mines dans les environs dont une à Durham.

Référence
«Mines de cuivre», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 32 (02 juillet 1863) : 2.
11 No d'identification : 5 830

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal annonce la tenue d’une assemblée générale des actionnaires de la Compagnie des mines de Durham. Elle aura lieu à Standstead, à 13 heures, le 13 juillet 1863. On veut élire les directeurs pour l'année suivante, augmenter le capital de la compagnie et transiger d'autres affaires «ayant rapport aux intérêts de la dite compagnie». L'avis public est signé par B. S. Rotch, L. A. Plummer, Albert Knight, Mathew Cox, Carlos Pierce, Abbott Lawrence et Aaron A. Adams.

Référence
«Avis public», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 32 (02 juillet 1863) : 3.
12 No d'identification : 5 876

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. J. Alfred Malhiot a vendu le droit de mines qu'il avait acquis de M. Henry Mullins, propriétaire d'une partie du lot no 16, dans le 4e rang de Durham ». Ce lot est situé dans la municipalité de L'Avenir.

«Ces mines [...] donnent les meilleures espérances et [...] sont entre les mains de messieurs qui ont pour but de former une compagnie entièrement canadienne». L'article dit aussi que «le monsieur qui représente la compagnie ici, par l'entremise de M. Malhiot, s'est assuré d'autres droits à des mines non moins valables [près de L'Avenir], sur une étendue de plus de 750 âcres. L'intention de la compagnie étant d'obtenir un acte d'incorporation durant cette session même, s'il était possible».

Référence
«Les mines», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 39 (20 août 1863) : 2.
13 No d'identification : 5 881

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie la liste des conseillers législatifs nommés par la Couronne pour Drummondville, L'Avenir, Durham, Durham Sud, Kingsey, Wickham, Saint-Germain-de-Grantham, Saint-Bonaventure d'Upton, Saint-Guillaume d'Upton, Saint-Christophe d'Arthabaska, Saint-Norbert d'Arthabaska, Victoriaville, Chester Est, Chester Ouest, Stanfold, Princeville, Warwick, Saint-Albert de Warwick, Tingwick, Leeds, Somerset, Sainte-Julie, Halifax, Halifax Nord, Ireland et Plessisville.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 40 (27 août 1863) : 2.
14 No d'identification : 5 893

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Les honorables MM. Howland, Receveur général, et Mc Dougall, commissaires des Terres publiques, ont séjourné dans notre village [L'Avenir], vendredi dernier [jusqu'à samedi matin]. Ces messieurs ont visité quatre ou cinq places de mines de cuivre dans le township de Durham dont le droit d'exploration a été acquis durant l'été dernier par une compagnie de capitalistes de Toronto dont ils font partie. Leur visite va assurer de suite le commencement d'opérations sur une échelle qui promet d'être avantageuse pour la localité. Les travaux de sondage doivent commencer immédiatement sur deux points particuliers si les apparences de la surface du sol sont une preuve de la richesse intérieure de ces deux places. Nous sommes convaincus que la nouvelle société sera amplement rémunérée pour tous les travaux d'exploration qu'elle pourra entreprendre».

- Après cette visite, trois nouvelles mines ont été ouvertes dans le township de Durham. Pour deux de ces mines, les travaux sont «assez avancés» et le cuivre est «mêlé au roc à la surface même». Le nombre d'hommes employés est «restreint», mais sil sera «porté à 60, aussitôt que l'organisation des opérations le permettra». Le Défricheur encourage les Canadiens à se lancer dans l'exploitation du cuivre (1, 50, p. 2).

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 49 (29 octobre 1863) : 2 (suite: 1, 50, p. 2).
15 No d'identification : 5 897

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À Ulverton, des soumissions sont demandées pour défricher et rendre les routes accessibles aux voitures d'hiver. Le tout « se fera suivant les exigences du procès verbal réglant l'établissement et l'entretien du chemin de front entre les 10e et 11e rangs du township de Durham. Les parties du dit chemin appartiennent à la moitié du lot N.-O. du lot no 6; la moitié N.-O. du lot no7 et la moitié S.-O. et S.-E. du lot no 8 dans le 10e rang de la municipalité du Durham ». Les soumissions sont acceptées jusqu'au 9 novembre 1863.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 50 (05 novembre 1863) : 2.
16 No d'identification : 5 899

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La compagnie de chemin de fer du Grand Tronc a acheté «le reste du bois de corde qu'il y avait dans Durham, haché l'an dernier et il y a deux ans pour le prix de 1.20 $ à 1.35 $ la corde». L'article dit que le Grand Tronc fait en sorte de paralyser l'industrie du bois de corde pour «exercer un monopole qui permet à la compagnie d'acquérir le bois pour une valeur minime». Ainsi, le prix du bois franc serait passé de 2.04 $ et 2.50 $ la corde à 1.20 $ et 1.35 $ la corde.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 51 (12 novembre 1863) : 2.
17 No d'identification : 5 906

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal annonce la vente de terres pour le non paiement de taxes municipales dans le comté d'Arthabaska. Des terres sont à vendre dans la municipalité de Saint-Louis-de-Blandford, de Warwick et de Victoriaville. L’annonce comprend le nom du propriétaire, le numéro du lot et du rang, le nombre d'acres, la taxe générale, la taxe spéciale, la taxe d'école, de même que l'arrérage en 1862 et le montant total.

- Voir la suite de ces annonces, cette fois pour Bulstrode, Wickham, L'Avenir, Durham, Grantham, Wendover et Simpson (2, 3, p. 3).

Référence
«Bureau du Conseil municipal du comté d’Arthabaska», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 2 (10 décembre 1863) : 3-4 (suite:2, 3, p. 3; 2, 5, p. 4).
18 No d'identification : 5 915

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le prix de l'avoine est de 42 centins pour 34 lbs (le minot légal) à Richmond, à Durham et aux stations du chemin de fer. L’avoine est en grande demande à ce prix.

Référence
«Avoine», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 6 (07 janvier 1864) : 2.
19 No d'identification : 5 920

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un extrait de l'ouvrage de M. S. Drapeau sur la colonisation (Études sur les développements de la colonisation du Bas-Canada depuis dix ans, 1851-1861).

L'auteur dit que la terre est propice à de nombreuses cultures. Les espèces d'arbres présentes sont: l’érable, le hêtre, le bouleau, le noyer, le pin, le frêne, le cèdre et le chêne. Les «plus grands développements» de la paroisse datent de 1853, ce qui coïncide à peu près avec la mise sur pied du village de L'Avenir. Le village a été nommé ainsi en raison de «l'espoir qu'on nourrissait alors d'en faire bientôt le siège important d'un centre de progrès matériel et intellectuel».

Dix ans plus tard, ce village possède une population composée de gens de métier et une industrie comportant des moulins à scie, des moulins à grains et une fonderie.

Pour le développement de l'instruction populaire, il y a l’Institut littéraire. Le bâtiment de l’organisme comprend une salle de lecture, une bibliothèque et 3 écoles françaises. Les écoles anglaises sont en «grand nombre».

L’Avenir possède une église de 100 pieds de longueur, où réside un prêtre depuis 1854.

Il y a dix ans, la population était de 2 208 habitants, dont 418 Canadiens français. Dix ans plus tard, on compte 3 152 habitants, dont 566 Canadiens français.

Le terrain mis en état de culture est de 11 134 acres, produisant 46 128 minots de grains et 69 357 minots de patates et de navets. En 1861, le nombre d'acres était de 15 947, produisant un surplus de 74 058 minots de grains et de 73 681 minots de patates. On évalue la production du beurre à 109 767 livres et celle des sucres à 55 433 livres.

La valeur actuelle de la propriété foncière du canton de Durham est de 439 525 $. La valeur des instruments agricoles est de 16 817 $ et celle du bétail de 113 768 $.

Deux nouvelles routes ont été construites. Elles partent toutes deux de la station de chemin de fer de Durham, l’une allant jusqu'au canton d'Ely et une l’autre traversant Durham et Wickham pour aboutir à Drummondville.

«Une paroisse nouvelle commence aussi à se développer dans la partie sud du canton Durham, laquelle renferme une population d'environ 900 âmes, dont la moitié de Canadiens français et l’autre moitié d'origine étrangère. Cette mission est placée sous le titulaire de Saint-Fulgence et possède une chapelle de 36 pieds sur 30, construite dans le 10e rang du canton, près de la station de chemin de fer. C'est M. le curé de Saint-André d'Acton qui est chargé de cette desserte.»

Référence
«Colonisation», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 7 (14 janvier 1864) : 2.
20 No d'identification : 5 923

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un avis disant que la paroisse de St-Fulgence regroupe désormais une partie du township de Durham et une partie du township d'Acton. L’étendue du territoire est d’environ 9 milles de front par 7 milles de profondeur. Au nord-est, les bornes sont situées sur la ligne qui sépare les 7e et 8e rang du township de Durham; au sud, elles sont délimitées par le township d'Ély; au sud-ouest, par le township de Melbourne alors qu’au nord-ouest et à l'ouest, elles sont délimitées par la ligne qui sépare Wickham de Durham.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 8 (21 janvier 1864) : 3.
21 No d'identification : 5 924

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L’assemblée annuelle des actionnaires de la Compagnie des mines et de la fonte de Durham aura lieu le 2 février 1864, au bureau de la trésorerie à Boston. La réunion est convoquée par le clerc W. Tracy Eustis.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 7 (14 janvier 1864) : 3.
22 No d'identification : 5 925

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Autre extrait de l'ouvrage de M. S. Dupuis (Études sur les développements de la colonisation du Bas-Canada depuis dix ans, 1851-1861), qui porte sur le comté de Drummond.

L'auteur dit que les terres de M. Lindsay et autres dans Wickham ont été «accordées à de vieux militaires, après la guerre de 1812 ». Elles furent presque toutes remises au gouvernement parce que les conditions d'établissement n'avaient pas été accomplies.

Les conditions n'ont pas été remplies non plus dans Durham où un dénommé T. Scott (qui est mort sans héritier) et ses associés devaient distribuer 31 000 acres de terres. Sur ces terres, l’engagement qui avait été pris était qu’un colon soit établi chaque 200 acres. La plupart de ces terres sont désormais peuplées mais, selon l'auteur, il y a encore place à la colonisation pour les dix prochaines années. En 1861, le gouvernement possédait encore 40 000 acres et il y avait 12 000 habitants. L'auteur ajoute que le recensement sous-estime le nombre de francophones dans les Cantons de l'Est, «car dans beaucoup d'endroits on a employé des personnes qui ne savaient pas un mot de français et qui ont estropié les noms français d'une manière horrible».

Référence
«Colonisation», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 8 (21 janvier 1864) : 2.
23 No d'identification : 5 993

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie la liste des compagnies organisées à Boston pour exploiter les mines de cuivre.

Un tableau illustre les endroits où sont situées les mines, le nombre d'actions, leur prix et le capital investi.

Pour la région, on retrouve des mines aux endroits suivants: Bedford (125 000 actions, prix et capital inconnus), Durham (200 000 actions à 2.50 $, pour un capital de 500 000 $) et Wickham (200 000 actions à 5 $, pour un capital de 1 000 000 $).

Le journaliste ajoute ce commentaire: «Pendant que la masse de nos hommes d'affaires dort sur les ressources naturelles de notre pays, nos voisins s'organisent, fournissent les capitaux et viennent exploiter avantageusement nos mines, nos forêts et nos pêcheries. Quand nous réveillerons-nous?».

Référence
«Les mines de cuivre», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 11 (11 février 1864) : 2.
24 No d'identification : 6 077

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un article sur l'ouverture des mines de cuivre de Durham. L’article raconte que les explosions ont brûlé les mains d'un des ouvriers (Pierre Verrier) et ont failli en rendre un autre aveugle (Félix Leclaire). Ces deux colons de Durham «ont pu recevoir les soins immédiats du médecin et de leurs amis à leur propre résidence».

L'article mentionne aussi les techniques utilisées pour ouvrir les mines. Par exemple, les trous sont percés par des ciseaux de castille. Deux hommes s'en chargent, un tient le ciseau et l'autre frappe ce ciseau avec un marteau. «On perce ces trous de manière diagonale afin de donner plus de force à la mine lorsqu'elle éclate. Ces trous ont généralement trois pieds de profondeur; la charge de poudre est de 12 pouces et les autres deux pieds sont remplis de sable fin, massé pour tenir lieu de beurre».

Référence
«Accident», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 12 (18 février 1864) : 2.
25 No d'identification : 6 208

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À propos des mines de cuivre:

Un article dit «qu’elles subissent un échec considérable actuellement par la baisse continuelle du papier-monnaie des États-Unis. La moitié des hommes employés à Acton, Wickham et Durham ont été renvoyés en conséquence de cet état des choses. La mine de la compagnie de Durham, qui est exploitée depuis trois ans sans résultat avantageux pour ses actionnaires, est sur le point de produire le métal en quantité suffisante pour le rendre profitable, parait-il. On a enfin frappé la veine que l'on cherchait en vain depuis le commencement des opérations de la compagnie».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 33 (14 juillet 1864) : 2.
1 - 25 sur 123 résultats