Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index toponymique

Drummond
1 - 25 sur 1233 résultats Imprimer
1 No d'identification : 335

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Louis Lavergne est finalement élu par acclamation dans Drummond et Arthabaska.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 46 (03 novembre 1900) : 2.
2 No d'identification : 1 570

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La crue des eaux a causé des dommages importants. Des champs entiers ont été envahis et plus de vingt-cinq maisons ont été entourées d'eau. Les chemins sont également impraticables à plusieurs endroits, entre St-Eugène, St-Germain, Drummond et St-Cyrille.

Référence
La Gazette d'Arthabaska, vol. 3, no 14 (04 mars 1910) : 3.
3 No d'identification : 3 605

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y a de la culture de tabac dans le comté de Nicolet. On réclame actuellement la nomination d'un inspecteur de tabac dans le district dont fait partie ce comté. Depuis un an, l'arrondissement d'Yamaska, Drummond, Richelieu, etc, a son inspecteur. Cette loi devrait être respectée aussi dans le district comprenant Nicolet. D'ailleurs, cela cause des problèmes, car les cultivateurs qui s'aventurent en ville pour vendre du tabac non estampillé risquent d'être arrêtés par les agents du gouvernement, de se le voir confisquer, ainsi que leurs chevaux et voitures, s'ils ne peuvent payer les frais sur-le-champ. C'est un état de choses intolérable, surtout en sachant que la culture du tabac est en expansion.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 29 (28 juillet 1881) : 2.
4 No d'identification : 3 774

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Rumeurs d'élection dans les pages du Messager, semblable en cela à plusieurs journaux. On rapporte une assemblée de citoyens dans le comté de Drummond la semaine dernière : les journaux ne s'entendent pas sur le nom du candidat, M. Watt ou M. Préfontaine. Rumeurs électorales du comté de Nicolet : il y aurait de nombreux aspirants au poste de député, on en nomme quelques-uns en faisant des suppositions sur certains de leurs appuis (l'un aurait Nicolet, l'autre Saint-Grégoire et Bécancour).

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 42 (27 octobre 1881) : 3.
5 No d'identification : 3 809

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Publication d'un bulletin électroral portant sur les comtés de Nicolet, Richelieu, Saint-Maurice, Champlain, Yamaska Drummond et Arthabaska. Dans Nicolet, on annonce que l'un des candidats s'est retiré et qu'il est remplacé par un autre pour lutter contre le député sortant. Le Messager souligne que ce n'est pas une bonne chose et que tous les conservateurs devraient s'unir, ce qui laisse à penser que les 3 hommes en question appartiennent à ce parti. Dans Yamaska, le député sortant ne rencontre d'opposition ni parmi ses ennemis ni parmi son propre parti. Dans le comté de Drummond et Arthabaska, il y aura un opposant conservateur au député libéral sortant, M. Watt, à qui on souhaite une défaite. Deux rencontres, à Drummondville et Ulverton, ont prouvé la valeur du candidat conservateur.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 45 (17 novembre 1881) : 2.
6 No d'identification : 3 816

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Cette semaine a lieu la mise en candidature officielle dans la province. Le député provincial de Yamaska est élu par acclamation, puisqu'aucun candidat ne s'est opposé à lui. Dans le comté de Nicolet, il y aura une lutte entre 2 conservateurs : MM. Dorais et Houle, député actuel. Il se sont affrontés à Saint-Célestin. Des textes présentent les 2 candidats de Nicolet et celui de Yamaska.
- Long article décrivant la stratégie des libéraux dans cette élection.
- Bulletin électoral : on annonce qu'une candidature libérale vient d'être déposée à la dernière minute dans le comté de Yamaska. Il y a eu une grande assemblée dans le comté de Drummond et Arthabaska, à Warwick précisément, entre les 2 candidats, accompagnés chacun par des proches supporteurs , deux avocats de Montréal pour le conservateur et M. Lavergne d'Arthabaska pour le libéral. Résumé des nouvelles électorales pour les comtés de Trois-Rivières, Saint-Maurice et Champlain.
- Publication de la lettre de M. Wurtele, député d'Yamaska, annonçant sa candidature.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 46 (24 novembre 1881) : 2.
7 No d'identification : 3 827

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Plusieurs articles sur les élections. Le premier présente le candidat Houle, député actuel du comté de Nicolet, et résume ses qualités et les luttes qu'il a menées. L'assemblée des électeurs de Bécancour a semblé lui être favorable. Les autres portent sur le comté d'Yamaska : on y présente le candidat libéral en le discréditant, on chante les louanges du député actuel et candidat M. Wurtele, qui a travaillé à l'établissement de relations financières entre le Québec et la France, du Crédit foncier, etc. La vente du chemin de fer provincial est un enjeu électoral. Puis le journal propose quelques considérations sur les réalisations des conservateurs et des libéraux, en donnant bien sûr le beau rôle aux premiers. Liste des candidats élus par acclamation dans la province, tableau des candidats de tous les comtés de la province. Rapport des activités électorales dans le comté de Drummond et Arthabaska, où s'affrontent un libéral et un conservateur. Rapport des comtés de Champlain et Saint-Maurice.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 47 (01 décembre 1881) : 2.
8 No d'identification : 3 830

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les élections sont finies. Résultats dans le comté de Nicolet : M. Houle est réélu avec une majorité de 11 voix (tableau donnant les résultats par villages). Résultats dans le comté d'Yamaska : M. Wurtele est réélu avec 245 voix de majorité (tableau donnant les résultats par villages). Résultats provinciaux : les conservateurs ont gagné par 52 sièges contre 11 aux libéraux. Un article à propos du candidat défait dans Yamaska. Quatre articles racontant la défaite des libéraux / la victoire des conservateurs dans plusieurs comtés. Tableau résumant les élus du 2 décembre dans tous les comtés de la province. Le libéral Watts l'a emporté dans le comté de Drummond et Arthabaska par 48 voix de majorité : il n'y a ni commentaires ni tableaux des votes.
- Il y a eu une révision par la cour des votes dans Nicolet : Houle demeure élu, par une majorité de 23 voix.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 48 (07 décembre 1881) : 2 (suite: 1, 48, p. 3; 1, 49, p. 3).
9 No d'identification : 3 956

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On reproduit en plusieurs parties le discours du député de Drummond et Arthabaska sur la motion de Laurier demandant à enlever les droits sur le blé et la farine étrangère. Étant protectionniste, le député Bourbeau n'est de toute évidence pas d'accord avec le député Laurier. Cette semaine, on apprend plusieurs anecdotes sur les élections et les votes antérieurs des deux députés, mais peu sur la question de la farine. On parle un peu des conditions de l'achat de la farine dans Arthabaskaville en 1877, puis on brosse un tableau général du commerce, de l'importation et de l'exportation de denrées agricoles, au point de vue de l'agriculteur. On relate aussi les grandes lignes des difficultés économiques qui peuvent mener les cultivateurs et les ouvriers jusqu'à l'émigration. On parle ensuite de l'amélioration des conditions de vie des agriculteurs, et on tente de prouver que la politique nationale est un bienfait pour le pays. Cette section conclut l'article.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 2, no 13 (06 avril 1882) : 2 (suite: 2, 14, p. 2; 2, 15, p. 2).
10 No d'identification : 5 293

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Éloge du travail de M. Méthot, député conservateur du comté de Nicolet à Ottawa. Il n'y a pas encore de candidat désireux de lui mener bataille dans le comté. Dans le comté d'Yamaska, la lutte est engagée entre le député conservateur actuel, M. Vanasse, et un opposant libéral, M. Gladu. Éloge du travail, des réalisations dans le comté (écluse sur la rivière Yamaska, travaux dans la rivière Saint-François, pont de Saint-David, exploration de la baie de la Vallières pour l'assainir) et du programme de M. Vanasse, critique du programme de M. Gladu. Dimanche, les représentants de M. Vanasse étaient dans toutes les paroisses pour informer le public. On apprend en cours d'article que M. Vanasse réside à Montréal.
- On publie également un tableau des candidatures dans la province. Le comté de Nicolet n'a qu'un candidat, ceux de Yamaska et de Drummond et Arthabaska seront le théâtre d'une lutte électorale entre conservateurs et libéraux.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 2, no 21 (01 juin 1882) : 2.
11 No d'identification : 5 340

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Depuis le mois d'avril dernier, il a régné beaucoup d'anxiété dans les comtés de Drummond et d'Arthabaska par l'annonce officielle, faite alors, que toutes les terres de la couronne seraient vendues à l'encan, même celles qui étaient occupées par des colons et dont le paiement n'avait pas été fait au gouvernement.». En tout, cela fait plus de 700 lots. Les colons ont demandé que l'encan soit reporté en juillet dernier, puis encore reporté en décembre. Les colons qui en avaient les moyens ont pu racheter leur terre, en payant au minimum un cinquième de la somme chaque année. Les autres devront partir. Une grande partie des terres vendues à l'encan (voir 1, 2, p.3) est occupée par des colons. Les autres sont des rébus, terres basses ou boisées, dont le défrichement est difficile. En fait, « les colons qui occupent les meilleures terres les ont presque toutes achetées du gouvernement ». La vente des terres publiques est gérée par des agences locales, ce qui occasionne des dépenses importantes pour les deux comtés.

Dans un autre ordre d'idées, les colons ont formulé des plaintes à l'effet qu’en raison de l'établissement du chemin de fer, la coupe de bois sur les terres de la couronne leur déplaisait. De nouvelles évaluations des terres seront donc effectuées pour déterminer la valeur des terres sans le bois. Cela retardera encore le paiement des terres par les colons au gouvernement. En fait, l'examen des réclamations débutera le 10 décembre et la vente se fera le 18, à Arthabaska, pour le comté d'Arthabaska (la vente à Drummond aura lieu le 27 décembre). M. Dorion sera alors disponible pour aider les colons. Le journaliste dit que les cultivateurs devraient se presser d'acheter avant que les spéculateurs ne s'emparent des terres et fassent tripler les prix.

Référence
«Colonisation, grande vente de terres», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 2 (04 décembre 1862) : 2.
12 No d'identification : 5 385

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« Cour de circuit »
Il n'y a pas de juge résident dans le comté de Drummond. Le juge Short réside à Sherbrooke et vient rarement à Drummond. Selon l'article, il serait venu en juin 1861, puis en juin 1862. La population est donc mécontente.

« Nous espérons [...] que le gouvernement va mettre ordre à cela d'une manière ou d'une autre. Mieux vaudrait ne pas avoir de cour du tout que d'en avoir une qui ne siège qu'une fois tous les ans en occasionnant tant de désappointements, de contretemps et de frais inutiles. La justice civile, administrée comme elle l'a été depuis deux ans ici, est un déni de justice ».

Référence
«Cour de circuit», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 2 (04 décembre 1862) : 2.
13 No d'identification : 5 527

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« Colonisation du Bas-Canada »

Jean-Baptiste Éric Dorion publie un article qui a été lu devant une assemblée publique de l'Institut canadien à Montréal, en mars 1861. L’article fait référence à la population des townships.

En 1840, il y avait 52 000 âmes d'origine anglaise dans les townships du sud dont environ 11 000 Canadiens. La population française composait donc un peu plus du cinquième de la population.

La population des townships du sud était de 79 183 âmes en 1944, soit 16 681 Canadiens et 62 322 personnes d'origine étrangère. C'est depuis 1848 qu’on dénote un mouvement de la population canadienne vers les townships.

En 1851, les comtés de Missisquoi, Brome, Shefford, Stanstead, Compton, Sherbrooke, Richmond, Wolfe, Drummond, Arthabaska, Mégantic et les townships dans les comtés de Beauce, Bellechasse, Dorchester, Montmagny, L'Islet, Kamouraska, Témiscouata et Rimouski contenaient 40 304 Canadiens français et 71 600 âmes d'autres origines.

Tandis que la population anglaise des townships s'est accrue de 10 235 personnes en 8 ans, soit l’équivalent de 17 %, la population française qui totalisait 16 861 âmes en 1844 s'est élevée au joli chiffre de 40 304. Cela équivaut à 130 % d’augmentation dans un court laps de temps. La population des townships du sud était donc de 111 913.

En 1861, il y avait 80 000 Canadiens et 90 000 personnes d'origine anglaise.

Pour les comtés de Mégantic, Arthabaska, Drummond et Wolfe, en 1844, il y avait 8 023 Canadiens et 8 124 colons de d’autres origines. En 1851, on passait à 17 690 Canadiens et 10 937 personnes d’autres origines. Pour 1861, ces chiffres augmentent à 35 088 Canadiens et 13 860 d’autres origines.

Dans le comté de Nicolet (il n'est pas écrit en quelle année), sur 19 000 habitants, il y a eu une augmentation de 1 800, essentiellement dans les nouveaux comtés. Dans la paroisse de la Baie du Febvre, « il y a des terres subdivisées au point de n'avoir qu'un quart d'arpent de front sur 18 de profondeur et l'une d'elles sans bâtisse s'est vendu 600 $. Il faut soit partir ou se résigner à avoir à traîner la vie peu enviable et peu indépendante de prolétaire ».

Selon l'auteur, les nouveaux acquéreurs de terres « sont des agriculteurs aisés qui renoncent aux propriétés subdivisées des seigneuries pour élargir leur patrimoine et établir leurs enfants ».

Dorion parle aussi de l'exode des jeunes et plus généralement de l'importance d'empêcher l'émigration aux États-Unis. Les jeunes vont étudier hors des townships et ne reviennent pas. Pour lui, le fait que l'industrie manufacturière n'ait pas encore pris racine, explique en partie ce phénomène. Pour y remédier il faudrait bâtir des écoles primaires, secondaires et supérieures dans la région. Dorion ajoute : « Nous avons des terres, des bonnes terres incultes et en quantité que l'on pourrait livrer à la jeunesse ».

Suite de l'article (18 déc. 1862).
Selon Dorion, les townships du sud sont accessibles à des prix abordables et peuvent permettre à des familles nombreuses de s'établir. De plus, dans chaque localité « un peu avancée », il y a une église, un moulin, des magasins, etc. D'après l'auteur, si le prix des terres dans les townships est au-dessous de sa valeur, c'est que les Canadiens français hésitent à venir s'établir dans un endroit où « la population est mixte », c'est-à-dire à la fois anglophone et francophone. L’autre raison serait que les cultivateurs d'origine britannique vendent leurs terres pour aller rejoindre leurs enfants dans le Haut-Canada ou aux États-Unis. Ils ne sont pas attachés au Bas-Canada, d'où le prix peu élevé de leur terre.


Dorion affirme que « les comtés de Shefford, Richmond, Wolfe, Compton, Drummond, Arthabaska et Mégantic offrent [...] des occasions favorables aux petits capitalistes ». Il ajoute que « le colon sans capital, avec des bras robustes, une connaissance des travaux de la campagne et de l'énergie, trouvera dans l'exploitation du sel de potasse une rémunération pour ses travaux et les moyens de faire vivre sa famille immédiatement ».

Afin d'inciter les gens à venir s'établir dans les townships, Dorion affirme que les terres sont fertiles, faciles à cultiver, qu’elles s'égouttent naturellement et ne demandent pas de grands travaux d'irrigation. Dorion fait ensuite mention du « plan de l'association des townships », mais sans donner de détails.

- Pour plus de renseignements sur cet article et pour voir des tableaux indiquant la population des townships du sud (sans la population des seigneuries) en 1844, 1851 et 1861, voir l’édition du 24 décembre 1862, p. 3.

Référence
«Colonisation du Bas-Canada», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 3 (11 décembre 1862) : 1 (suite: 1, 4, p. 1; 1, 5, p. 3).
14 No d'identification : 5 609

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un avis qui indique « qu'une application sera faite à la législature, durant sa prochaine session, par les habitants de St. Germain, comté de Drummond, pour obtenir un acte pour leur permettre de se cotiser pour creuser la rivière noire dans les townships de Grantham et Wickham ».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 3 (11 décembre 1862) : 2.
15 No d'identification : 5 675

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Une proclamation du lieutenant-gouverneur fixe le 7 et le 16 mai comme «le jour de la fête des arbres»: les habitants de la province, les corporations municipales, religieuses et scolaires sont priés de planter des arbres ces jours. La province est divisée en 2 sections. Les comtés «du haut de la province jusqu'à Yamaska inclusivement sur la rive du sud et aux Trois-Rivières sur la rive du nord», incluant tous les townships sauf Wolfe et Mégantic, célèbrent le 7 mai (division de l'ouest). Les comtés du bas de la province célèbrent le 16 (division de l'est).

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 3, no 14 (19 avril 1883) : 3.
16 No d'identification : 5 700

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L’article traite de la prochaine session qui aura pour objet la représentation parlementaire. Il est question plus particulièrement de la sous-représentation des comtés de Drummond et d’Arthasbaska.

En 1853, lorsque les derniers changements dans la représentation ont été faits, ces comtés contenaient alors 14 000 âmes. Ils en contiennent aujourd'hui 26 500. « Ces deux comtés sont assez grands pour former une petite province. Ils contiennent 22 paroisses. » Si le système de représentation est réajusté, « les comtés de Drummond et d’Arthabaska, représentés par un seul membre, [...] seront sans nul doute séparés avec droit d'envoyer chacun un représentant ».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 4 (18 décembre 1862) : 2.
17 No d'identification : 5 702

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Lors d'une assemblée des membres de « l'Institut du comté de Drummond », qui a eu lieu dans les salles de l'Institut de L'Avenir, les officiers et les membres du comité de régie ont été élus.

- L’article présente la liste des noms et des postes occupés. J. B. E. Dorion en est le président.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 4 (18 décembre 1862) : 2.
18 No d'identification : 5 728

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« Le bureau des examinateurs pour les comtés de Richmond, Drummond et Wolfe s'assemblera au collège Saint-François, à Richmond, mardi le 3 février prochain ». On y parlera de l'examen des instituteurs.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 10 (29 janvier 1863) : 3.
19 No d'identification : 5 731

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un compte-rendu de l'assemblée publique tenue par les habitants de la paroisse de Saint-Germain-de-Grantham. On a pris en considération les résolutions adoptées à la réunion de St-Hyacinthe concernant la mise sur pied d'une banque de crédit foncier dans le Bas-Canada.

Les habitants du comté de Grantham ont approuvé et ratifié la proposition en vue de l’établissement de cette banque. Elle rendra de fiers services aux agriculteurs et cela favorisera la colonisation de cette grande étendue de terre inculte dans les townships du Bas-Canada. Cela permettra aux colons de se procurer de l'argent à des conditions avantageuses. On espère que M. J. B. E. Dorion appuiera ce projet en chambre.

- Les habitants du village de Plessisville et de Saint-Calixte-de-Somerset ont tenu une assemblée le 8 février 1863, pour la même raison (voir 1, 15, p. 3; le 5 mars 1863). Les habitants se sont également montrés en faveur du crédit foncier.

- Les habitants de Saint-Louis-de-Blandford ont fait de même le 9 février 1863 (voir 1, 15, p. 3; le 5 mars 1863).

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 11 (05 février 1863) : 3 (suite: 1, 15, p. 3).
20 No d'identification : 5 752

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le bureau des examinateurs pour les comtés de Richmond, Drummond et Wolfe s'assemblera au Collège Saint-François de Richmond pour l'examen des candidats pour les diplômes des écoles élémentaires. « Les districts scolaires employant des instituteurs non licenciés seront privés de leur part ordinaire de l'argent public. »

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 22 (23 avril 1863) : 3.
21 No d'identification : 5 769

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il s’agit d’une réquisition provenant de 126 électeurs de Warwick et datée du 1er juin 1863: «Nous soussignés, Électeurs des comtés de Drummond et Arthabaska, prions M. Chs. De Cazes de vouloir bien se retirer de la lutte électorale actuelle afin d'éviter une contestation inutile et ridicule, vu que plus des trois quarts des électeurs entendent renvoyer au parlement leur ancien représentant, J. B. E. Dorion, Écuier.»

- Le Défricheur affirme qu’il s’agit «d’une invitation d'un nouveau genre qui démontre, on ne peut mieux, le sentiment populaire dans le comté d'Arthabaska.»

Référence
«Réquisition», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 28 (04 juin 1863) : 2-3.
22 No d'identification : 5 779

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un tableau illustrant le nombre de candidats qui se présentent dans les différents comtés dont ceux de Nicolet (3); de Drummond et Arthabaska (5) et de Yamaska (8).

Référence
«Élections générales», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 28 (04 juin 1863) : 2.
23 No d'identification : 5 780

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un article décrivant de façon plus ou moins subjective (étant donné que le candidat principal est J. B. E. Dorion, propriétaire du Défricheur) le déroulement de la journée où a eu lieu la nomination des candidats aux élections provinciales dans le comté de Drummond et Arthabaska. L'article rapporte le contenu du discours de chacun des candidats et ce qu'ont dit les différents orateurs appuyant ces mêmes candidats.

Il est aussi fait mention des préjudices subis par les électeurs libéraux en 1857, entre autres à Drummondville, «quand on soudoyait les étrangers pour étouffer la discussion et même s'emparer des polls par la force brutale!».

Référence
«Drummond et Arthabaska», Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 29 (09 juin 1863) : 1.
24 No d'identification : 5 798

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Lors de sa récente visite dans le comté de Drummond, l’honorable M. Guévremont s'est fait accompagner par « un fort à bras de Sorel ». Cela expliquerait la juste indignation des habitants de Saint-Germain et de Saint-Guillaume « qui lui ont reproché d'être venu dans leurs localités avec la même précaution qu'il aurait adopté s'il eut été en expédition chez les sauvages!».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 29 (09 juin 1863) : 2.
25 No d'identification : 5 907

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les élections générales des conseillers municipaux auront lieu le 11 janvier 1864. «Les nouvelles municipalités de Wendover & Simpson, de Grantham dans le comté de Drummond, de même que les nouvelles municipalités de Chênier, Tingwick, Ste. Clothilde de Horton, St. Albert de Warwick et St. Valère de Bulstrode devront procéder aux élections le même jour. C'est aux régistrateurs des comtés de Drummond et d'Arthabaska à donner l'avis public de la première élection et à nommer les présidents des assemblées, dans chacune de ces municipalités pour leur comté respectif. [...] Dans le cas où le régistrateur, ou son député, ne donnerait pas l'avis requis, les électeurs s'assembleront, nommeront le plus ancien juge de paix ou [...] une autre personne pour présider l'élection».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 4 (24 décembre 1863) : 2.
1 - 25 sur 1233 résultats