Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index toponymique

Saint-Christophe-d’Arthabaska
1 - 25 sur 112 résultats Imprimer
1 No d'identification : 4 974

Collection
Archives du séminaire de Nicolet

Information documentaire
[Archives séminaire Nicolet: Année [ou date approx.]: 1992. Dimensions: 16.5X21.5. Photographe: Reproduction Photomaje. Couleur: noir/blanc. Descripteurs/résumé: St-Christophe d’Arthabaska: église, clocher, clocheton, façade, façade latérale gauche, fenêtre, porte , parvis, escalier, personnages, clôture, neige, presbytère, galerie, lucarne. Reproduction à partir d’un négatif sur verre F085/P8219, cf. F085/P9504.237.]

Référence
Archives du Séminaire de Nicolet. Inventaire des fonds de photos des archives du séminaire de Nicolet, 31 décembre 1992, F085/P5239.
2 No d'identification : 4 984

Collection
Archives du séminaire de Nicolet

Information documentaire
[Archives séminaire Nicolet: Année [ou date approx.]: 1877 v. Dimensions: 7.3X7.5. Photographe: P.V. Ayotte. Couleur: noir/blanc. Descripteurs/résumé: St-Christophe d’Arthabaska: église, clocher, clocheton, façade, façade latérale gauche, fenêtre, porte, parvis, escalier, personnages, clôture, neige, presbytère, galerie, lucarne. Cf. F085/P5239.]

Référence
Archives du Séminaire de Nicolet. Inventaire des fonds de photos des archives du séminaire de Nicolet, 31 décembre 1877, F085/P9504.237.
3 No d'identification : 5 881

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie la liste des conseillers législatifs nommés par la Couronne pour Drummondville, L'Avenir, Durham, Durham Sud, Kingsey, Wickham, Saint-Germain-de-Grantham, Saint-Bonaventure d'Upton, Saint-Guillaume d'Upton, Saint-Christophe d'Arthabaska, Saint-Norbert d'Arthabaska, Victoriaville, Chester Est, Chester Ouest, Stanfold, Princeville, Warwick, Saint-Albert de Warwick, Tingwick, Leeds, Somerset, Sainte-Julie, Halifax, Halifax Nord, Ireland et Plessisville.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 1, no 40 (27 août 1863) : 2.
4 No d'identification : 5 913

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À la prochaine session de la législature, une demande sera faite «pour faire annexer à la municipalité de St. Christophe d'Arthabaska, la partie de la municipalité de Victoriaville récemment annexée à la dite paroisse».

Référence
«Avis public», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 5 (31 décembre 1863) : 3.
5 No d'identification : 7 124

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Dans la liste des «changements ecclésiastiques du diocèse des Trois-Rivières connus jusqu'à ce jour», il y a M. J.N. Héroux à Sainte-Victoire, M.O. Beaubien à Saint-Grégoire et M. Ed. Béliveau, vicaire de Baie-du-Febvre. Autres changements: Le vicaire V. Charest à Saint-Norbert d'Arthabaska, El. Béliveau à La Baie du Febvre, P. Roberge à Saint-Michel d'Yamaska, P. Champagne à Saint-Guillaume et M.P. Brassard à Saint-Christophe d'Arthabaska.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 1, no 43 (03 octobre 1867) : 2 (suite: 1, 44, p. 3).
6 No d'identification : 7 199

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'élection fédérale de 1878 de M. Bourbeau est annulée. Le Journal d'Arthabaska affirme que M. Bourbeau a admis que cette annulation est due à la corruption des conservateurs. Cela fait suite à une pétition demandant l'annulation de ladite élection. Lors de cette élection, M. Bourbeau a eu une majorité de 22 voix. Selon le Journal, des gens de Victoriaville auraient voté sans avoir les qualités d'électeurs. Aussi, le secrétaire général de Saint-Christophe d'Arthabaska aurait omis de produire une copie de la liste électorale au bureau d'Enregistrement de l'endroit. Ce fut donc l'ancienne liste qui fut utilisée pour l'élection. Selon le Journal, cette situation a nuit à la victoire libérale. Corruption à Saint-Guillaume. Il est à noter que l'élection de 1877, selon le Journal, a aussi été volée.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 44 (08 août 1878) : 2.
7 No d'identification : 7 511

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Comté d'Arthabaska: liste des terres à vendre dans l'encan public qui se tiendra à Arthabaskaville, le 3 février 1868, chez l'arpenteur provincial Antoine Gagnon. Ces terres sont à vendre «pour les cotisations et charges dues aux Municipalités», à moins que le propriétaire paie au moins 2 jours avant. Il s'agit de terres appartenant aux municipalités de Stanfold, Chester Ouest, Saint-Albert de Warwick, Tingwick, Warwick, Victoriaville, Sainte-Clothilde de Horton, Simpson, Saint-Christophe d'Arthabaska. Les renseignements disponibles: le no. du rang, le no. du lot, l'étendue et le montant dû sur chaque lot. Il y a aussi parfois une description de la terre et de son emplacement.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 1 (11 décembre 1867) : 3.
8 No d'identification : 7 827

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À propos du feuilleton qui commence la semaine suivante. Il s'agit en fait de l'histoire de Saint-Christophe d'Arthabaska. «Ce travaille que nous devons à une plume patriotique, bien renseignée, à la tournure élégante et facile». L'auteur est en fait le prêtre Ph. H. Suzor. Le fondateur de Saint-Christophe d'Arthabaska est Charles Beauchesne (voir article pour biographie de M. Beauchesne: son enfance, son expérience dans l'armée, la famille qu'il a fondée et ce qu'il l'a amené à partir pour Arthabaska) qui s'y est installé le 18 mars 1835. Sa propriété était située environ à 10 arpents de la future église, donc près de la montagne appelée alors Mont Christo (d'où probablement Saint-Christophe). Trois jours après l'arrivée de Beauchesne à Arthabaska, des hommes de Gentilly et des Grondines vinrent le rejoindre, certains en visite, d'autres pour s'établir. Parmi eux: Joseph Lavigne, Louis Lavigne et Louis Garneau. Beauchesne repartit ensuite chercher sa femme et ses 6 enfants, qu'il avait laissés à Bécancour (2, 21, p. 1). La suite de l'histoire ne donne pas d'informations sur la région. Il est plutôt question des durs labeurs du défricheur (1, 22, p. 1). Courte biographie de Louis Garneau, qui était un ami de Charles Beauchesne (2, 23, p. 1). D'autres renseignements sur Louis Garneau (1, 24, p. 1).
- Suite: On apprend que les premiers colons de Saint-Christophe, n'ayant pas d'église, ont converti en oratoire la maison de Charles Gosselin (dans le numéro 28, on dit que c'est dans la maison de Valère Lavigne). Étant le plus instruit, on l'avait nommé président des assemblées religieuses. Autre renseignement: «Pour se rendre à Arthabaska, les premiers colons passaient par Gentilly, montaient au domaine, se rendaient à la rivière Bécancour, et de là à Stanfold. Ils se dirigeaient ensuite sur les pointes de Bulstrode et de là encore, toujours à travers la forêt, sur la rivière Nicolet» (1, 25, p. 1). Le premier curé à avoir desservi Arthabaska est Olivier Larue. Par contre, il ne résidait pas à Arthabaska et devait se rendre aussi à Blandford, Stanford, Somerset, Warwick et Bulstrode. Il y a par la suite le recensement (1839) de la population de Somerset et Stanford, avec le nom de tous les hommes célibataires et des pères de famille, ainsi que le nombre de communiants (2, 26, p. 1) . -Suite du recensement de la population, cette fois d'Arthabaska, Bulstrode et Warwick. Puis, il y a une récapitulation: Somerset, 172 personnes (121 communiants); Stanfold, 432 (251); Arthabaska, 206 (113); Bulstrode, 92 (45) et Warwick, 53 (41). «Si l'on ajoute à ces nombres, la population des cantons de Blandford et Maddington qui formaient à cette époque 230 âmes et 127 communiants, on aura pour la population totale de ce territoire connu aujourd'hui sous le nom de Cantons de l'Est. 1 192 âmes et 698 communiants». Puis, on donne les résultats des recensements de 1851 et 1861, fournis par Étienne Parent, sous-secrétaire d'État (1, 27, p. 1). Il est question du premier cimetière, près de la maison de Valère Lavigne, dans le 12ème lot du 8ème rang de Bulstrode. Le premier curé résident a été Clovis Gagnon, à l'automne 1840. On parle ensuite du travail difficile des curés dans les endroits reculés (2, 28, p. 1). On apprend que les deux premiers mariages célébrés à Saint-Christophe ont été ceux de François Martin et de Jean Gagnon. Le premier magasin (et «perlasserie») «sur un pied convanable» a été mis en place en 1839, par Jean-Baptiste Labonté (il sera repris par James Goodhue). Quelques mois plus tard apparaît le premier moulin à farine, propriété de Valère Lavigne. Du 8 au 16 février 1863 eut lieu une retraite, prêchée par le père Mainghi de la compagnie de Jésus. La retraite s'est terminée par la plantation d'une croix de 30 pieds à l'intersection de la route qui mène au chemin de fer. La croix a été bénie par le père Alexandre Bouchard, de Aylmer (2, 29, p. 1). Cette publication sera interrompue en raison du départ de l'auteur, P.H. Suzor, pour Rome avec les Zouaves (2, 29, p. 2). Le récit reprend le 2, 46, p. 1. On parle essentiellement de la chapelle, construite en 1843. Pour réaliser ce projet, 47 contribuables se sont rassemblés et ont décidé que la chapelle serait située sur les bras de la rivière Nicolet, sur la terre de Pierre Bernier (il a donné sa terre), dans le 10ème lot du 4ème rang d'Arthabaska. Autre décision: l'entrepreneur serait Paul Beaudet, pour 23 livres courant. Les deux surveillants de travaux seraient Louis Garneau et Eusèbe Babineau. Il a également été décidé que «chacun des habitants fournirait une somme proportionnée à ses moyens, dont une moitié payable en argent et l'autre en grain à la Toussaint suivante». L'église a finalement été bénie à l'automne 1843, par M. Gagnon (curé résidant à Saint-Norbert). Il est par la suite question du premier mariage célébré dans la chapelle, soit celui de Maire Courtois et Pierre Béliveau. Il est aussi question du cimetière situé à côté de la nouvelle église. Le premier chemin de la croix a été érigé en 1847, par le curé Clovis Gagnon. Il y a la liste des premiers syndics reconnus de la mission de Saint-Christophe. Jusqu'en 1848, la population s'est éloignée chaque année de la rivière Nicolet en se rapprochant de Chester. Il est question aussi du départ de Clovis Gagnon, nommé curé dans la paroisse des Éboulements, en automne 1848. Son successeur, Moïse Duguay, s'est établi à Saint-Norbert et venait dire la messe à Saint-Christophe «à peu près tous les mois». Vu la population de plus en plus nombreuse, M. Duguay proposa en février 1849 de bâtir une autre chapelle, sacristie et presbytère. L'endroit désigné: le 4ème lot du 3ème rang d'Arthabaska, environ à 70 arpents de l'ancienne chapelle. (2, 47, p.1) En juillet 1849, M. Duguay a béni les travaux en cours. On parle alors de cette bénédiction. On dit aussi qu'en trois jours, le presbytère était debout: il ne restait qu'à le couvrir. Moïse Fournier le fit pour 34 $. Une assemblée des marguilliers a été convoquée pour décider de la translation des articles encore présents dans la première chapelle. Il y a la signature des marguilliers ayant accepté ce déménagement. Au mois d'octobre 1849, la nouvelle chapelle a été terminée. Le premier curé résidant sera Moïse Duguay. Ce dernier s'est d'abord établi chez Antoine Baril. M. Duguay fut transféré à Bécancour dès l'année suivante (2, 48, p. 2). À propos d'un autre curé ayant desservi Saint-Christophe, M. Paul de Villers. Il y a l'intégral d'une lettre que ce dernier a envoyé à l'auteur pour lui parler de son arrivée dans le village et de sa première mission à Warwick. Il affaire qu'en 1849, il y avait 120 habitants, 368 communiants et 291 non communiants à Saint-Christophe. Il est aussi question de la première église en bois de Saint-Norbert. Une église qui devait avoir «75 pieds de longueur par 40 pieds de largeur avec deux lambris, une couverture en planches et bardeaux, quatre châssis dans les longs pans, un solage en cèdre et un plancher à volonté». C'est le curé de Stanfold, Antoine Racine, qui la bénira en octobre 1851 (2, 49, p. 1).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 20 (22 avril 1868) : 2 (suite: 2, 21, p. 1; 2, 22, p. 1; 2, 23, p. 1; 2, 24, p. 1 p. 1 p. 1; 2, 25, ? p. ).
9 No d'identification : 7 840

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Des volées de tourtes (allant parfois jusqu'à 3 arpents) ont été observées à Saint-Christophe d'Arthabaska, le 26 avril. Elles paraissaient venir du Sud Sud-Ouest et se sont arrêtées sur le rang St-Antoine. «Les tourtes reviendraient-elles par hasard visiter un pays qu'elles ont habité autrefois en si grand nombre que les premiers colons nous disent qu'ils avaient peine à s'en défendre. Nous ne le désirons pas, mais nous serions bien aise que l'on vit un peu plus que par le passé, car depuis plusieurs années elles sont passablement rares».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 21 (29 avril 1868) : 3.
10 No d'identification : 7 938

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La visite pastorale de Mgr Laflèche dans les Cantons de l'Est commencera à Saint-Christophe d'Arthabaska, entre le 17 et le 19 juin. Les différentes étapes de la visite sont indiquées en détail. La prochaine destination sera Saint-Paul de Chester. On ne donne aucune information sur cette deuxième visite.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 23 (13 mai 1868) : 1.
11 No d'identification : 8 395

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Ovide Houde, mari d'Apolline Ducharme, poursuit en justice les Commissaires d'écoles de Saint-Christophe d'Arthabaska pour avoir rompu le contrat de son épouse institutrice, parce qu'elle s'était mariée et même s'il y avait urgence de trouver une maîtresse d'école. Dans cette cause, où le jugement a été rendu le 9 octobre, la Cour de circuit «déclara combien il était regrettable de voir des hommes aussi peu qualifiés, élus à remplir la charge de commissaires d'écoles [...]; que le fait de dire que l'institutrice était disqualifiée comme institutrice parce qu'elle était mariée, était chose odieuse. Que les femmes mariées était [sic] les plus propres à faire des institutrices et mieux qualifiées que des jeunes filles; que cette affaire révélait comment fonctionne l'acte des écoles et expliquait pourquoi l'éducation élémentaire faisait si peu de progrès, malgré les sommes considérables dépensées pour l'éducation du peuple, enfin qu'une réforme était non seulement nécessaire mais urgente. Jugement pour 1 mois de salaire et les dépens, sauf à se pourvoir pour les autres mois au fur à mesure qu'ils deviendront dû».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 48 (05 novembre 1868) : 3.
12 No d'identification : 8 598

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le mois de Marie s'est ouvert à l'église de Saint-Christophe d'Arthabaska, le 2 mai 1869.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 3, no 22 (05 mai 1869) : 2.
13 No d'identification : 8 602

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 11 mai 1869, Jos. Garneau, Lazare Laroche, J.-Bte. Bergeron, Pierre Bernier, Balthasar Frenet, Nazaire Houle et Treffé Nault «ont été élus syndics pour mettre à exécution le décret canonique rendu le 30 du mois de janvier dernier, par Mgr. Th. Cooke, pour la construction d'une nouvelle église et d'une nouvelle sacristie en pierre, dans la paroisse de St. Christophe d'Arthabaska».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 3, no 23 (13 mai 1869) : 2.
14 No d'identification : 8 645

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Un article relate les problèmes entre la corporation de la ville de Victoriaville et M. Bergeron de St-Christophe d'Arthabaka, concernant une promesse de vente de terre sur laquelle se trouve des sources d'eau potable. M. Bergeron déclare que sa promesse de vente est illégale et nulle. M. Bergeron a engagé des avocats.

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 12, no 24 (11 novembre 1905) : 1.
15 No d'identification : 8 783

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
- Faillite en 1869 de William Campbell, meunier et commerçant du canton de Durham.
- Vente par autorité de justice des biens de la succession de feu Trefflé Bergeron dans le canton de Chester, paroisse de Saint-Christophe d'Arthabaska.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 4, no 26 (02 juin 1870) : 3.
16 No d'identification : 9 728

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On demande des soumissions pour la construction d'un presbytère à Saint-Christophe d'Arthabaska. Date limite: 25 mai. Les plans et devis se trouvent chez M. le curé. Le marguillier en charge du projet est W. Blanchet.
- Le contrat a finalement été accordé à M. Rousseau de Saint-Hyacinthe, le soumissionnaire le plus bas à 5000$. «Les travaux vont commencer instamment» (21, 20, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 19 (21 mai 1887) : 3 (suite: 21, 20, p. 2).
17 No d'identification : 10 162

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Résultat du jugement de la Cour du Banc de la Reine lors de la séance du 20 février dernier, envers les corporations municipales de Saint-Christophe d'Arthabaska, de Warwick et de Saint-Norbert, dans l'affaire des chemins d'hiver. Ces dernières corporations ayant refusé d'entretenir leurs chemins selon les règlements en vigueur, elles ont finalement été condamnées, après une année d'indulgence de la part de la Cour à leur égard, à payer une amende de 200$. On énonce de quelle manière les corporations doivent entretenir leurs chemins, selon les règlements du code municipal en vigueur. On dénonce la mauvaise volonté des autorités municipales, et on prend l'exemple du comté de Drummond où les voies de circulation semblent toujours en excellent état.
- Les municipalités condamnées par la Cour du Banc de la Reine au dernier terme, ont payé le montant du jugement porté contre elles. Warwick a demandé un bref d'appel, mais le Procureur Général a refusé (16, 15, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 10 (25 février 1882) : 3 (suite: 16, 15, p. 2).
18 No d'identification : 10 929

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Conditions du Couvent de la Congrégation Notre-Dame de Saint-Christophe d'Arthabaska: pension, enseignement, couture, broderie, 5,00$ par mois; anglais, 0,50$ par mois; musique, 2,00$ par mois. Chapeau et robe noire unie, pour le dimanche. Les parents qui désirent fournir la nourriture à leurs enfants s'entendront avec la Supérieure.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 29 (08 juillet 1882) : 2.
19 No d'identification : 11 607

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Population totale de la paroisse de Saint-Christophe d'Arthabaska : 2 018 personnes.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 7 (16 février 1889) : 2.
20 No d'identification : 11 639

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 24 février, à une assemblée des paroissiens de Saint-Christophe d'Arthabaska, il a été décidé «d'imposer une répartition au montant de 6,000$ pour payer un tiers de la dette de la fabrique. Il a aussi été résolu [...] d'augmenter de 20,000$ l'assurance de l'église».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 9 (02 mars 1889) : 2.
21 No d'identification : 11 661

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Conditions d'entrée au couvent de Saint-Christophe d'Arthabaska, dirigé par les Dames de la Congrégation de Montréal, Sr Saint Dosithée, supérieure locale. Le cours comprend: langue française, langue anglaise, musique, dessin, peinture, couture unie, tricot, ouvrages de goût, etc. Année scolaire de 10 mois 1/2.
- Pensionnaires: nourries par la communauté paient 5,00$ pas mois contre 1,25$ par mois pour celles qui sont nourries par les parents. La communauté exige les provisions de 1 minot de pois, 6 lbs de riz, 4 minots de patates, 1 corde de bois de 3 pieds, thé, pain, beurre et viande à volonté; les pensionnaires fournissent leur lit garni. - Demi-pensionnaires: dîner et collation fournis par la communauté, paient 2,50$ par mois. - Quart-pensionnaires: aucun repas dans la maison, paient 0,50$ par mois, suivent la règle des pensionnaires pour le temps passé au couvent. Les dames de la classe des externes sont rétribuées par les commissaires. L'étude de la langue anglaise, de la musique, du dessin et de la peinture demande des arrangements particuliers avec la directrice. Aucune réduction pour une absence de 3 ou 4 jours. Costume des pensionnaires noir.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 4, no 51 (24 novembre 1870) : 3.
22 No d'identification : 11 688

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Il y a actuellement huit prisonnier dans la prison commune de Saint-Christophe d'Arthabaska».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 13 (30 mars 1889) : 2.
23 No d'identification : 12 761

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les paroissiens de Saint-Christophe d'Arthabaska, représentés par l'élite de la société de ce village, ont célébré dimanche dernier la fête de Saint-Joseph, patron de leur curé, messire J.N. Héroux. Une foule nombreuse s'est réunie dans l'église paroissiale à 5 hrs. p.m., pour présenter à monsieur le curé une adresse ainsi qu'un magnifique cadeau. C'est M. B. Théroux fils, maire d'Arthabaskaville, qui a lu l'adresse, à laquelle le curé ému a répondu en termes enthousiastes. Messire Héroux dirige la paroisse depuis maintenant cinq ans.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 13 (10 mars 1883) : 2.
24 No d'identification : 13 011

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Avis public aux habitants de la municipalité de paroisse de Saint-Christophe d'Arthabaska, qu'il y aura, lundi le 3 septembre prochain à 2 hrs. p.m., au lieu ordinaire des séances, examen et révision de la liste supplémentaire des jurés par le Conseil. Signé Louis Rainville, secrétaire-trésorier.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 36 (18 août 1883) : 3.
25 No d'identification : 13 074

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. le curé Héroux, de la paroisse de Saint-Christophe d'Arthabaska, a recommandé dimanche aux paroissiens de faire leurs aumônes aux pauvres de la paroisse par l'entremise de la conférence Saint-Vincent de Paul. Le journal affirme que la mendicité est sainte, et qu'il ne faut jamais refuser de donner aux pauvres qui frappent à nos portes. «Mais réservons la part du lion aux pauvres de la paroisse auxquels nous sommes plus obligés, à titre de co-paroissiens, de voisins, de frères». On suggère de donner des provisions, du bois de chauffage, des vêtements et toute chose utile à l'entretien de la vie et du corps.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 42 (29 septembre 1883) : 2.
1 - 25 sur 112 résultats