Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index toponymique

Wôlinak (Réserve indienne)
1 - 6 sur 6 résultats Imprimer
1 No d'identification : 15 071

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
"Bécancour, la réserve Abénakis Wôlinak"

Référence
Le Nouvelliste «Répertoire de sources journalistiques. Faits saillants en Mauricie» (28 juin 1986) : 14a, 19a.
2 No d'identification : 27 625

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
TABLE DES MATIÈRES

Bécancour

Aperçu historique
Le paysage
Les premières implantations et le peuplement de la seigneurie
[ 1ers octrois des fiefs Dutort et Cournoyer en 1637 et 1647. Vers 1680, des Abénaquis chassés du Maine s'installent à l'île Montesson et s'avèrent de précieux alliés pour les colons. En 1684, Pierre Robineau de Bécancour acquiert le fief de la rivière Puante, qui deviendra la seigneurie de Bécancour, et installe sa résidence à l'île Montesson. Il y concède des terres aux Abénaquis à partir de 1708. Son successeur (son gendre Charles Le Gardeur) les chassera de l'île et les Abénaquis s'installeront sur la terre ferme vers 1735, au lieu de leur territoire actuel (Wôlinak?). (0249a_N_0004-0008)]

Développement socio-économique et religieux
« Puis, il y a le magasin, le moulin à farine et les deux moulins à scie d’Antoine Mayrand, négociant, et de Marie-Louise Levasseur. Ses entreprises emploient, à l’époque, 150 ouvriers et ses moulins à scie produisent annuellement environ 200 000 madriers, 100 000 planches, 700 cordes de lattes et 40 000 cubes d’épinette rouge.» (p.13).

Attraits patrimoniaux
Maison Angus Macdonald, île Montesson
Nicolas Perrot à Bécancour
La maison Damase Bertrand dit Saint-Arnaud
La maison Letiecq
Les sites religieux de la paroisse de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge

Gentilly

Aperçu historique
Le paysage
Les premières implantations et le peuplement de la seigneurie
[Seigneurie concédée en 2 fiefs en 1647: Pierre Lefebvre et Nicolas Marsolet; les 2 fiefs sont réunis en une seigneurie (de Gentilly) en 1671 et appartiennent à Michel Pelletier, sieur de Laprade. En 1681: 25 personnes à Gentilly (4 familles). Noms des 1ères familles. ... (0249b_N_0004-0006)]

Développement socio-économique et religieux
Attraits patrimoniaux
Les sites religieux de Gentilly
La maison du notaire Édouard de Foy
Le moulin Michel
La linerie coopérative de Gentilly

Précieux-Sang

Aperçu historique
Le paysage
Les premiers développements du territoire
[ forêts de Précieux-Sang visitées par des entrepreneurs dès 1812. Ezékiel Hart, seigneur de Bécancour, 1er entrepreneur à tirer profit des ressources forestières de Précieux-Sang, 1ère 1/2 du XIXe. En 1812, construction d'un moulin à scie sur la rivière Blanche. Une partie de l'équipement vient du vieux moulin sur la rivière Bécancour. En 1841: construction d'un nouveau moulin sur le même site par Moses Hart. (0249c_N_0004)]
Autres moulins: famille Derouin: à farine en 1858; à carder en 1860; à scie en ?; famille Raymond à la fin XIXe; famille Perreault en 1900. (0249c_N_0006)]

Peuplement et création de la paroisse
[Occupation dispersée dès le début du XIXe: colons isolés voulant tirer profit des rares bonnes terres et des emplois forestiers. Établissement plus important dans la 2e moitié du XIXe; les colons vendent les arbres abattus sur leur lot aux moulins à scie de la rivière Blanche. Lieu appelé "petit Missouri de Bécancour". Érection canonique en 1903; Précieux-Sang compte alors 550 âmes; 1909: 635 âmes. (0249c_N_0008)]

Attraits patrimoniaux
Les sites religieux de la paroisse de Très-Précieux-Sang-de-Notre-Seigneur
Un aîné raconte
Les ponts couverts de Précieux-Sang


Saint-Grégoire

Aperçu historique
Le paysage
Les premières implantations et le peuplement de la seigneurie
[Concession d'une 1ère seigneurie à Jean Godefroy de Linctôt en 1637 en face de Trois-Rivières. Son fils Pierre obtient la seigneurie de Roquetaillade en 1675. Jean Godefroy n'a pu distribuer de lots à défricher avant 1667 en raison des guerres iroquoises. Les seigneuries qui formeront Saint-Grégoire sont encore peu peuplées au mi-XVIIIe mais l'arrivée des Acadiens entre 1758 et 1767 conduit à la formation d'un noyau social sur la rive sud. Les 3 contingents d'Acadiens, qui s'établissent surtout au lac Saint-Paul, au village Sainte-Marguerite (Saint-Grégoire) et à la Pointe-aux-Sables (Port Saint-François). Dès son érection en 1802, la paroisse de Saint-Grégoire forme la + importante communauté acadienne du Québec. 3400 personnes au milieu du XIXe. Ce groupe est responsable de l'implantation de nouvelles activités techniques sur la rive-sud: construction navale, charpenterie, sculpture, menuiserie. (0249d_N_0004-0008)]

Développement socio-économique et religieux
Attraits patrimoniaux
La ferme Sainte-Thérèse
La maison Hébert
Les sites religieux de la paroisse de Saint-Grégoire-le-Grand
La construction navale
[Déjà au début du XVIIIe, le bois de chêne de la région de Bécancour est réservé au roi... employé pour la construction navale à Québec. Mais sous l'impulsion des Acadiens, la construction navale au lac St-Paul émerge dès la fin du XVIIIe. La famille Cormier établit un chantier à l'île Désilets (pointe sud). La forêt est à 50 arpents, le bois peut flotter sur le lac. On donne un aperçu de la production. (0249d_N_0022-0024)]

La maison Poirier
économique et religieux
[L'histoire de l'occupation de son territoire se confond avec celle de Bécancour. Habitants dès la fin du XVIIe: Jacques Aubuchon. Parmi les agriculteurs, plusieurs Acadiens de Port-Royal et Beaubassin. Paroisse érigée en 1868 et commandée par la croissance des activités économiques (beaucoup en liens avec T.-R.) 1230 habitants en 1870. (0249f_N_0004)]

Attraits patrimoniaux
La maison Doucet
La traverse de Sainte-Angèle
La maison Doucet-Thibodeau
Les sites religieux de Sainte-Angèle-de-Laval
La pêche à Sainte-Angèle-de-Laval

Sainte-Gertrude

Aperçu historique
Le paysage
Le développement de la paroisse
[Nouveaux habitants dès le début du XIXe. En 1847: 200 familles sur le nouveau territoire, érigé canoniquement en 1845. Paroisse composée d'une partie des fiefs Cournoyer, Dutord et partie du canton Maddington. Entre 1851 (1105 hab.) et 1881 (2030 hab.), elle absorbe une partie du débordement des paroisses riveraines. Noms d'anciennes familles. (0249g_N_0004)]
Attraits patrimoniaux
Le paysage agraire
Les sites religieux de la paroisse de Sainte-Gertrude
La maison Laberge
Les chutes Thibodeau
Sainte-Angèle

Aperçu historique
Le paysage
[Comme les autres paroisses du littoral, le territoire de Sainte-Angèle est très fertile, conséquence du passage de la mer de Champlain. (0249f_N_0002)]

Développement socio-éco

Référence
Marc et François Lachance Gadoury, Bécancour, une ville au riche patrimoine, Bécancour, Ville de Bécancour, 1995, Monographies CDQ CD10-0249.
1 - 6 sur 6 résultats