Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index toponymique

Upton
1 - 25 sur 55 résultats Imprimer
1 No d'identification : 5 584

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'évêque de Trois-Rivières, par une lettre lue en chaire dimanche dernier à Nicolet et qui sera lue vendredi à Saint-Zéphirin, indique que la paroisse qu'on veut former au côteau Saint-Thomas ne sera pas constituée, parce qu'il n'y a aucune raison canonique de l'accorder. L'évêque apprend avec peine qu'on veut fusionner une partie de la Baie, une partie de Saint-Zéphirin, une partie de Saint-Thomas, le bassin de Saint-Thomas, le gore d'Upton et le gore de Wendover en municipalité sous le nom de Municipalité de paroisse de Saint-Benoît, car cette paroisse n'existe pas. L'évêque souligne qu'on ne lui forcera pas la main de cette façon. Il annonce que le bassin de Saint-Thomas va être fusionné à Saint-Zéphirin. Cette annexion aurait été demandée depuis longtemps par les habitants de ce territoire et le début immédiat des procédures tranchera toutes les difficultés.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 2, no 48 (07 décembre 1882) : 3.
2 No d'identification : 6 292

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le gouvernement a décidé de mettre sur pied une milice active. Cette milice sera composée de miliciens déjà formés qui seront tirés au sort.

Le nombre de miliciens que devra fournir chacun des comtés est déjà déterminé. Dans le comté de Drummond, L'Avenir devra envoyer dans cette milice 52 hommes, Durham 55, Saint-Germain 54, Grantham 20, Kingsey 72, Upton 87, Wendover et Simpson 17 et Wickham 23, pour un total de 380 hommes.

Dans le comté d'Arthabaska, Arthabaska devra fournir 71 hommes, Arthabaskaville 19, Aston 10, Blandford 9, Bulstrode 16, Chester Est 47, Chester Ouest 58, Horton 6, Maddington 1, Stanfold 66, Tingwick 69 et Warwick 43. Un article affirme que ce tirage au sort a fait craindre aux gens l'imminence d'une guerre et que «plusieurs» seraient partis aux États-Unis de peur d'être appelés à combattre.

L'auteur de l'article cherche donc à rassurer ses lecteurs. Il dit que les troupes envoyées sur les frontières ont pour «but de faire respecter la neutralité, dans le but d'empêcher les maraudeurs du sud de s'armer ici, d'aller aux États-Unis, attaquer des villes, les piller et venir se cacher au Canada, après avoir exercé leur dépravation» (3, 5, p. 2).

Pour connaître le nom des 52 miliciens de L'Avenir désignés par le tirage au sort, voir la liste (3, 6, p. 2).

Pour connaître le nom des miliciens désignés par le tirage au sort dans les municipalités de Grantham, Wendover et Simpson, Saint-Germain, Durham, Kingsey et Saint-Guillaume, voir la liste (3, 7, p. 3).

Référence
«La milice», Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 4 (21 décembre 1864) : 2 (suite: 3, 5, p. 2; 3, 6, p. 2; 3, 7, p. 3).
3 No d'identification : 6 334

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Un nommé Mathewson de Durham est parti aujourd'hui avec 60 hommes qui ont été engagés pour aller travailler aux mines de cuivre du lac Supérieur. Ils ont tous reçu 10.00 $ d'avance et leurs frais de voyage. Il part un grand nombre de Canadiens tous les jours par les convois du Grand Tronc de St. Hyacinthe, Upton et Acton».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 21 (19 avril 1865) : 3.
4 No d'identification : 6 712

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un avis public à l’effet qu'une demande sera faite au Parlement durant sa prochaine session. On veut faire ériger la municipalité d'Upton (partie nord-est) en deux municipalités séparées, l'une devant être formée de la paroisse de St. Guillaume et l'autre de la paroisse de St. Bonaventure.

Référence
«Avis parlementaire», Le Défricheur (Avenir), vol. 4, no 9 (31 janvier 1866) : 2.
5 No d'identification : 6 737

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L’article parle des manufactures dans les Cantons de l’Est. D'abord, on y apprend que le moulin à scie de Victoriaville qui avait été incendié l'automne dernier, a été reconstruit plus grand. Ce moulin appartient à M. Thibits de Québec.

Dans le voisinage, il y a aussi une manufacture servant à extraire l'essence d'écorce de pruche. Cette manufacture appartient à la compagnie américaine «Shaw and Miller». Cette compagnie aura «bientôt» 4 manufactures, à Roxton, Durham, Upton et Victoriaville. Pour les alimenter, ces manufactures nécessiteront 50 000 cordes d'écorce par année, à 2.50 $ la corde.

À Bulstrode, le premier moulin a été construit par deux colons, MM. Lemire. Ce moulin prépare le bois et les grains pour la localité.

Référence
«Les manufactures», Le Défricheur (Avenir), vol. 4, no 19 (11 avril 1866) : 2.
6 No d'identification : 8 009

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Hemming, député de Drummond et Arthabaska, a eu l'idée de construire un chemin à lisses de bois, «qui relierait les stations d'Upton et d'Arthabaska en passant par Drummondville». Ce serait un chemin presque en ligne droite, donc un raccourci. Le projet sera bientôt présenté au Conseil de comté. L'article parle également du progrès qui souffle sur ce comté depuis 15 ans, en raison des commerces et industries qui s'y installent. On dit que Drummondville est devenu «un petit centre d'activité». Il y a entre autres les moulins à farine des héritiers Watts, les moulins à scie de Siméon Bérard, la manufacture de tannin, propriété de M. Steers, et une autre qui est en construction et sera fonctionnelle à partir de l'automne, propriété de G.L. Marler. On dit que ce dernier vient de Drummondville mais reste actuellement à Montréal. Les pouvoirs d'eau de la rivière Saint-François sont grandement vantés. Pourquoi ne sont-ils que partiellement exploités? Parce que le chemin de fer est éloigné et par ce que le propriétaire ne veut pas vendre à un prix raisonnable.
- Texte sur les avantages du chemin à lisse de bois, en tant que moyen de communication rapide qui favorisera l'émergence de nouvelles manufactures, qui elles attireront de nouveaux colons. On dit aussi que ce chemin ne sera pas bon uniquement pour Drummondville, mais pour tous les villages environnants. M. Hemming estime que le coût de ce chemin ne dépasserait pas 50 000$ (2, 34, p. 2). D'après un correspondant, l'idée de M. Hemming a déplu aux francophones du conseil, alors qu'elle a plu aux anglophones. «On nous informe en même temps que la majorité dans le conseil est anglaise. Nous ne nous réjouissons pas du fait en lui-même, mais pour le succès de l'entreprise dont il s'agit et pour cette fois seulement, nous n'en sommes pas fâchés» (2, 34, p. 3).
- Le projet a finalement été accepté au conseil municipal de Grantham. La résolution de la session spéciale, qui a eu lieu le 17 août, est intégrale. Commentaire du journal: «Nous voyons par cette résolution que l'on a mieux compris les choses depuis la dernière session du conseil, au moins nous aimons mieux attribuer le succès à cette dernière cause de la part de nos conseillers franco-canadiens à Drummondville, qu'aux efforts opportuns et bien dirigés de la majorité anglaise qui à sa louange a toujours bien vu le projet». On dit par la suite que Grantham devra faire «de grands sacrifices» pour mettre à terme un tel projet. Une compagnie sera formée prochainement pour la construction du chemin et M. Hemming devra demander la permission de la législature. Le conseil municipal de Wendover et Simpson a voté une résolution pour aider financièrement de 15 000$ la construction du chemin. Grantham investi pour sa part 10 000$ (2, 37, p. 3).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 2, no 33 (22 juillet 1868) : 2 (suite: 2, 34, p. 2; 2, 37, p. 3).
7 No d'identification : 9 183

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À propos du chemin de Wickham et Grantham: Montant octroyé: 200$. Conducteur: W. Brack. «Deux milles de chemin ont été ouverts sur toute la largeur et rendus propres au roulage. Les fossés des deux côtés sont encore à faire». 150 à 200$ reste à investir, pour 6 milles de chemin entre Acton et Upton. On vante le minerai de fer et les pouvoirs d'eau de la rivière Saint-François.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 3, no 49 (11 novembre 1869) : 3.
8 No d'identification : 9 759

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Prix des billets de retour pour Saint-Hyacinthe, en direction de: Sainte-Julie (1,50$); Somerset et Stanfold (1,25$); Arthabaska, Warwick, Kingsey, Danville et Richmond (1,00$); South Durham (0,90$); Acton Vale (0,60$) et Upton (0,40$). «Un train partira de Doucet Landing à 7h30 A.M. Billet à toutes les stations à 1,25$. Le train passe à Arthabaska à 9h22 A.M».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 22 (11 juin 1887) : 2.
9 No d'identification : 11 584

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Liste des terres à vendre pour taxes et autres charges dues aux municipalités (Upton, Saint-Eugène de Grantham, Saint-Germain de Grantham, Wickham, Durham) dans le comté de Drummond. Informations disponibles: nom du propriétaire, no. sur le rôle d'évaluation, rang, désignation des terrains, nombre d'acres et montant dû. L'avis public est signé par le secrétaire-trésorier Joseph Trefflé Caya. La vente aura lieu le 7 mars 1889. Dans la même page, il y a les mêmes informations (sauf le no. sur le rôle d'évaluation, qui est remplacé par le no. du cadastre) pour les comtés de Mégantic (Inverness, Nelson et Leeds). L'avis public est signé par le secrétaire-trésorier Jean-Baptiste Rousseau.
- Certaines erreurs se sont glissées dans la liste. Pour les connaître, voir 22, 4, p.1.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 2 (12 janvier 1889) : 3 (suite: 23, 4, p. 1).
10 No d'identification : 12 812

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Félix Hébert, francophone né à Upton, avocat et ancien magistrat ayant vécu au Rhode Island depuis son enfance, a été élu sénateur républicain de cet État (malgré le fait que sa population ait voté démocrate).

Référence
La Voix des Bois Francs, vol. 1, no 10 (27 décembre 1928) : 2.
11 No d'identification : 13 670

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Une dame Miller est morte à Upton jeudi dernier et devait être enterrée lundi matin. On a retardé les funérailles car on a cru remarquer dans la matinée des signes que la défunte vivait toujours: son corps est encore chaud, ses membres flexibles et les couleurs commencent à revenir.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 5, no 22 (04 mai 1871) : 2.
12 No d'identification : 13 718

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La compagnie du chemin à lisses des comtés de Richelieu, Drummond et Arthabaska annonce qu'elle a déposé au greffe de la paix du district d'Arthabaska le livre et le plan de renvoi de la section No 3 du chemin depuis la ligne qui sépare les cantons d'Upton et Grantham jusqu'au village de Drummondville, conformément à la loi. Signé A.C. Wurtele, de la société.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 5, no 23 (11 mai 1871) : 3.
13 No d'identification : 14 141

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Annonce de l'Hôtel de la Province de Québec, près de la station du Grand Tronc, à Upton. O. Boisvert, propriétaire.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 6, no 3 (21 décembre 1871) : 4.
19 No d'identification : 5 927

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le nombre d'hommes engagés dans les chantiers (forêt) du comté de Drummond n'a jamais été aussi élevé. La compagnie américaine des moulins à vapeur de Saint-Guillaume a besoin de 100 000 billots (par année?). M. Sénécal, pour ses moulins à vapeur et à eau, a également de grands besoins en billots. (L’article n’indique pas le nombre).

« Drummondville est le centre des opérateurs en bois quarré et MM. Cooke, Boisvert, Blacklook, etc., ont déjà de grandes quantités de pin équarri placées sur les bords de la rivière St. François. Simpson et Wendover fournissent leur contingent de billots sur la rivière Nicolet. Dans Kingsey, il y a au-delà de 300 hommes occupés à couper des billots, principalement pour l'établissement de M. Hall de Québec. Ces billots sont actuellement déposés sur les bords de la rivière Nicolet pour être descendus par eau au printemps. On estime qu'il se fabrique de 1 000 à 1 200 billots par jour dans ce seul endroit. En outre, il sort des townships de Wickham, Grantham, Upton, Durham, Kingsey et de Warwick de grandes quantités de courbes d'épinette rouge aussi bien que du bois quarré et plat de la même espèce. L'épinette rouge est transformée aux différentes stations du chemin de fer pour être dirigée sur le marché de Portland. [...] Somme toute, cette activité dans le bois de commerce contribue beaucoup à la prospérité générale en employant tous les bras disponibles et une quantité de chevaux et de boeufs qui gagnent au-delà de leur hivernement.»

Référence
«Les chantiers», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 8 (21 janvier 1864) : 2.
20 No d'identification : 41116

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Le choix du candidat dans Bagot »

M. Cyrille Dumaine, notaire d’Upton, a été désigné candidat libéral pour la prochaine élection fédérale dans Bagot.

Référence
«Le choix du candidat dans Bagot», La Parole (23 janvier 1930) : 4.
21 No d'identification : 43103

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Origine des noms donnés à des lieux »

Le journal publie un article sur l’origine des noms donnés aux municipalités ou aux villages de Milton, de Sweetsburg, d’Upton, d’Ulverton et de South Durham.

Référence
«Origine des noms donnés à des lieux», The Spokesman (27 octobre 1939) : 1.
22 No d'identification : 44183

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Au pénitencier »

Charles-Edouard et Lionel Couture de St-Guillaume ont écopé de 18 et 20 ans de prison pour vols avec effraction. Ils ont commis des méfaits à St-Liboire, Upton, St-Pie-de-Bagot, St-Denis sur Richelieu, Drummondville et Richmond. Les prévenus devront à nouveau comparaître devant les cours criminelles d’Arthabaska et de St-Hyacinthe.

Référence
«Au pénitencier», La Parole (24 décembre 1931) : 5.
23 No d'identification : 44486

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Colère qui a conduit un cultivateur aux assises »

Arsène Morin, cultivateur de St-Théodore d’Acton, a été arrêté pour voies de faits graves sur M. Elphège Paradis, d’Upton. Ce dernier avait fait saisir la terre du prévenu.

Référence
«Colère qui a conduit un cultivateur aux assises», La Parole (27 juillet 1933) : 1.
24 No d'identification : 44626

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Nouvelle commission de la paix »

Pour le district de St-François : John Plyart et George Alexander de Durham; James F. Brady, James Duncan, William Robins, James Menzies et George Manby de Grantham; R. Beard, Edmond Cox, Henry Sackville et Henry Evans de Kingsey; Thomas Vanasse d’Upton.

Référence
«Nouvelle commission de la paix», Le Canadien (13 juin 1842) : 2CE- 3A.
25 No d'identification : 44627

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Nouvelle commission de la paix »

Nominations de juges de la paix. Pour le district des Trois-Rivières : William Robins et James F. Brady de Drummondville; James Duncan, James Menzies et George Manby de Grantham; John Ployart de Durham; Richard Beard, Heury Evans et Henry Sackville Brown de Kingsey; Thomas Vanasse d’Upton.

Référence
«Nouvelle commission de la paix», Le Canadien (13 juin 1842) : 2CE - 3A.
1 - 25 sur 55 résultats