Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index thématique

1 - 25 sur 205 résultats Imprimer
1 No d'identification : 2

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
- Présentation du 1er numéro du journal local, le Mégantic, de Plessisville. Abonnement : 50¢ par année, publié le samedi.

- Maxime : « Encourageons nos industries locales ».

- Orientation : Sera un journal libéral. « M. Laurier et M. Marchand recevront notre appui...».

- La municipalité de Plessisville est présentée comme débouché naturel de 4 ou 5 localités voisines, un centre important...

- 1ereparution du journal The Megantic Gazette, le vis-à-vis anglais du Megantic, à Lyster Station, 7 déc. 1899.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 1 (09 décembre 1899) : 2.
2 No d'identification : 24

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Municipalité de Stanfold manifeste son appui (mitigé?) au journal le Mégantic de Plessisville. Énumération des autres journaux de la région: Arthabaskaville a l'Union des Cantons de l'Est; Victoriaville a l'Écho des Bois-Francs; Lyster/Sainte-Anastasie a The Megantic Gazette.
- On déplore l'absence de journal à Stanfold.
- Réaction à la ligne éditoriale : « Vous vous dites franchement libéral? C'est mieux que d'être mi chair mi poisson. »

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 2 (23 décembre 1899) : 3.
3 No d'identification : 40

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« Le projet d'établissement d'un chemin de fer électrique devant relier notre village à Victoriaville a échoué. Il est probable que nous n'en verrons jamais la réalisation. » Échec attribué à l'esprit de parti qui guide l'action de certains citoyens.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 4 (06 janvier 1900) : 3.
4 No d'identification : 59

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Mgr Gravel, de Nicolet, et Mgr. Brunault, son coadjuteur, se sont unis à Mgr Bruchési pour condamner les articles séditieux de la Semaine Religieuse de Québec.
- Articles outrageaient la Couronne britannique et le sentiment national de nos compatriotes. Mgr Bégin lui-même désapprouve cet organe conservateur.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 6 (20 janvier 1900) : 2.
5 No d'identification : 118

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On attend le rapport d'un comité chargé d'étudier s'il serait opportun d'interdire aux corporations municipales le droit d'accorder des subventions aux entreprises industrielles, lorsque ces municipalités le jugent à propos. Le journal se déclare opposé à cette tentative de limitation des pouvoirs des conseils municipaux. Le maire de Plessisville s'y oppose également.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 14 (17 mars 1900) : 2.
6 No d'identification : 161

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le député libéral de Mégantic à la Chambre des communes a prononcé un discours pour répliquer à un conservateur. Le journal félicite l'orateur, reproduit les éloges à son discours et la version intégrale du texte.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 20 (28 avril 1900) : 2 (suite: 1, 21, p. 1; 1, 22, p. 1; 1, 23, p. 1).
7 No d'identification : 310

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il se prépare une grande assemblée politique publique à l'hôtel de ville de Plessisville. L'hon. M.E. Bernier, ministre du Revenu de l'intérieur de cabinet Laurier, sera présent et fera un discours. Un comité de citoyens se prépare en outre à l'arrivée du train.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 42 (29 septembre 1900) : 2.
8 No d'identification : 314

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Assemblée libérale en face de l'hôtel de ville. M. George Turcot, député de Plessisville, a fait un discours pour inciter la population à voter pour Laurier à la prochaine élection. Puis, le Dr Triganne lit à M.E. Bernier, ministre de l'Intérieur, une lettre où il souligne l'appui de la population locale au parti libéral, comme par le passé. Ensuite, M. Lavergne, M.J.E. Marcile, M.N.K. Laflamme, M.J.C. Noël, M.F.T. Savoie, M. James Wallas, M. George Belleau ont respectivement pris la parole. Leurs titres et les autres partisans dignes de mention (maires, avocats , préfets, etc.) sont inscrits.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 43 (06 octobre 1900) : 2.
9 No d'identification : 315

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« Un comité de citoyens libéraux de ce village s'est réuni [...] en vue de préparer la réception de l'honorable M.E. Bernier, ministre du revenu de l'intérieur. » Le président, le vice-président et le secrétaire sont élus. Leur nom est mentionné, ainsi que celui de quelques membres.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 43 (06 octobre 1900) : 3.
10 No d'identification : 365

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La Gazette d'Arthabaska énonce sa mission, ses buts et le contenu de ce journal qui en est à son premier numéro. Le journal se dit indépendant, mais il semble prendre parti pour Henri Bourassa: « Le programme de M. Bourassa se recommande de lui-même. Sa campagne a eu pour résultat de mettre en évidence les questions provinciales, et elle a semé dans les foules des idées nouvelles qui ne peuvent faire autrement que de porter de l'intérêt dans notre politique locale. »
- Le prix d'abonnement est de 1,00$ au Canada et de 1,50$ aux États-Unis. Le tarif des annonces : la première insertion est de 0,12$ par ligne et la deuxième, de 0,08$ par ligne (1, 2, p.2).

Référence
La Gazette d'Arthabaska, vol. 1, no 1 (23 novembre 1907) : 2.
11 No d'identification : 563

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Présentation du premier numéro du journal. Le directeur-propriétaire, Camille Duguay, signe lui-même cet article.
- L'auteur énumère d'abord un grand nombre d'institutions locales pour démontrer qu'il ne manque à peu près qu'un journal à la ville. Il remercie ensuite un grand nombre de personnes qui ont encouragé la création du journal (énumération de religieux et d'élus).
- Objectifs identifiés : « extérioriser les activités de sa vie [celle de Nicolet] morale, éducationnelle, sociale, commerciale et industrielle » et promouvoir le bien. « Le Nicolétain est né pour servir. » Il veut en faire un point de ralliement.
- Allégeances : se présente comme « attaché au mouvement religieux et éducationnel », c'est-à-dire soumis à l'Église. Il se déclare indépendant en matière de politique et se réserve le droit de soutenir l'homme, le parti ou le projet de son choix dans le meilleur intérêt du public.
- Toute personne est libre de s'y exprimer moyennant certaines restrictions énumérées.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 1 (06 décembre 1933) : 1.
12 No d'identification : 599

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Publication de plusieurs lettres d'appui au Nicolétain et à son propriétaire M. Camille Duguay (déjà propriétaire et directeur de La Voix des Bois-Francs). Une partie de ces lettres proviennent de journaux :
- L'Écho du Saint-Maurice;
- L'Événement;
- La Chronique (de Trois-Rivières);
- Le Canada;
- Le Bien Public.
Ils approuvent la création de ce journal, se déclarent d'accord sur les principes directeurs exprimés dans le texte de présentation et certains appuient l'éditorial sur les loteries présentées dans le premier numéro.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 2 (20 décembre 1933) : 1.
13 No d'identification : 628

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Lettres et articles d'appréciation émanant de diverses sources. Certaines viennent de membres de la presse :
- Le Guide;
- La Parole;
- Le Progrès de l'Ouest;
- Le Petit Journal, de Montréal.
Le député d'Yamaska au provincial (Antonio Élie) se joint à eux. Ils saluent tous le courage, l'enthousiasme de M. Duguay et souhaitent longue vie au Nicolétain. La majorité le félicite de sa position « franchement indépendant[e] et sincèrement attaché[e] au mouvement religieux et éducationnel ».

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 3 (03 janvier 1934) : 4.
14 No d'identification : 635

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Discours de M. Duguay, propriétaire du Nicolétain. Il parle entre autres en faveur des collèges classiques, mais appelle à ce que l'on sache qu'ils ne conduisent pas qu'à la prêtrise ou aux professions libérales. Il souligne l'importance pour les jeunes d'entrer dans d'autres professions avec une bonne base scolaire : agriculture, entreprise, journalisme, etc. Il détaille les bienfaits des journaux et « leur mission nécessaire et divine », et assure que l'écrit sert à préserver « ce que nous avons de plus sacré : notre religion, notre langue, nos droits ».

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 5 (07 février 1934) : 1.
15 No d'identification : 861

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Texte sur le civisme, le patriotisme et l'achat chez nous. L'auteur rappelle l'importance de l'attachement à la patrie, à la religion, et souligne la ferveur qui devrait se démontrer à la Saint-Jean Baptiste. Il espère que celle de cette année sera suivie d'action concrètes. Il fait appel à l'achat à Nicolet même pour soutenir les industries locales et les commerçants de la ville. Il souligne que ce sont eux qui fournissent du travail aux habitants et font crédit durant ces temps de crise, qui sont aussi très durs pour eux. Il faut donc les encourager et les payer plutôt que de faire des achats par catalogue, par exemple.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 16 (18 juillet 1934) : 1.
16 No d'identification : 1 050

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le premier article, signé par Camille Duguay, le directeur, explique les conditions de fondation du journal Le Regard. Il provient d'une querelle qui a séparé les dirigeants du journal de Drummondville La Parole. Les péripéties de cette affaire sont rapportées. Il en ressort que les propriétaires de La Parole ne s'intéressent pas aux habitants de Drummondville et ne prisent pas l'attachement du fondateur M. Duguay, à leur endroit, ni la popularité dont jouit ce dernier. Il a fini par quitter La Parole et fonder Le Regard. Il se permet de répliquer et de se moquer d'un article de M. P.E. Rioux, de La Parole, qui semble être son principal détracteur. En fin d'article, il annonce qu'il veut poursuivre avec Le Regard l'oeuvre entreprise dans les premiers temps de La Parole, en collaboration avec les citoyens de Drummondville. Il entend aussi soutenir les causes éducationnelles, patriotiques et religieuses qui lui tiennent à coeur.

Référence
Le Regard, vol. 1, no 1 (07 avril 1927) : 1.
17 No d'identification : 1 634

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Article de présentation du nouveau journal. L'auteur insiste sur la légitimité de la publication d'un tel journal, alors qu'il y en a déjà de très bons dans les villes. La presse locale est moins bien organisée, elle qui pourrait promouvoir les intérêts d'un ou deux comtés, rechercher ce qui contribuerait à leur développement, attirer l'attention des résidents sur ce qui les touche de près, se faire l'écho de leurs réclamations. C'est donc pour favoriser les intérêts des comtés de Nicolet et Yamaska qu'on entreprend cette publication. But : rendre tous les services possibles, répandre les connaissances les plus utiles et les plus pratiques en popularisant les meilleures méthodes de culture, en prémunissant les lecteurs contre l'émigration aux États-Unis, en favorisant la colonisation et l'industrie dans notre beau pays. Vont parler de deux sujets d'intérêt général, la religion et la patrie. En politique : franchement conservateurs, mais en rendant justice à ceux qui ne partagent pas cette opinion. Fidèlement attachés à notre drapeau, à nos chefs et seront modérés s'ils venaient à ne pas partager les vues de ces derniers. Espèrent remplir leur tâche à la satisfaction de tous et surtout de ceux qui leur offrent leur sympathie et leurs souscriptions.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 1 (18 janvier 1881) : 2.
18 No d'identification : 1 635

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Second article au sujet de cette première publication : on veut développer certains points mentionnés dans le premier article. Importance des comtés de Yamaska et particulièrement de Nicolet. En tant que catholiques, veulent combattre les bons combats. Soutiennent les conservateurs, mais sans excès. Veulent avant tout des dirigeants qui « ouvrent les portes de l'Agriculture, de la Colonisation et de l'Industrie au peuple pour favoriser le retour des Canadiens-français des États-Unis », le développement du pays, « la constante exploitation de ses inépuisables ressources, le défrichement de ses grandes régions désertes mais riches et fertiles ». Revendiqueront « la part légitime d'influence et de patronage due aux Canadiens » dans les affaires publiques, les distributions des charges, des emplois et des travaux. Informeront sur le pays et le vieux monde (Europe), ajouteront des morceaux choisis sur la religion, la littérature, l'histoire, l'agriculture et la science, la chronique et le roman. Publication hebdomadaire, 1.00$ par an.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 1 (18 janvier 1881) : 2.
19 No d'identification : 1 639

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le Messager de Nicolet a été créé d'abord pour les cultivateurs. Éloge de l'agriculture et de la colonisation. On renseignera les cultivateurs sur les méthodes agricoles, sur les marchés et leur fluctuation, sur les denrées et animaux. Vont se dévouer pour rendre la feuille intéressante et utile et faire de la classe agricole une classe grande, riche et prospère.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 1 (18 janvier 1881) : 2.
20 No d'identification : 1 829

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal a reçu une correspondance au sujet des affaires locales de la ville de Nicolet et ils ne peuvent la publier. Cet écrit répondait à un article de la Concorde où l'on ne ménageait personne. Le journal pense qu'il est mieux de ne pas répondre : les accusations portées en l'air tombent d'elles-mêmes. De plus, le ton de l'article n'était pas assez mesuré et les accusations parfois blessantes. Comme la devise est « in veritate et charitate », il faut refuser cet article. On avertit les gens de mesurer leurs propos pour se conformer aux normes du journal et de leur épargner ainsi le chagrin de refuser des articles.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 4 (03 février 1881) : 3.
21 No d'identification : 1 929

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Des embaucheurs sont venus à Nicolet et le journal veut les dénoncer au public. Ils veulent engager les chefs de famille à aller travailler dans les « briqueries » (briqueteries?) de Haverstraw (NY). Selon le journal, ces industries ont trop de personnel, les salaires sont faibles et on y appréhende une grève. D'ailleurs, les ouvriers auront du travail sur place : les grandes scieries vont bientôt rouvrir et on prévoit en construire d'autres. Le journaliste termine son article pour brosser le tableau de ceux qui partent, ne trouvant pas d'ouvrage et errant de ville en ville.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 16 (28 avril 1881) : 2.
22 No d'identification : 1 946

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La Minerve à propos du Messager de Nicolet, au sujet de l'opinion de la presse sur la session : « Nous nous plaisons à reconnaître que ce journal est l'un des meilleurs organes de nos populations rurales, en même temps qu'un vaillant défenseur de la cause conservatrice. »
- La Minerve à propos du Messager de Nicolet constate avec plaisir l'importance qu'il tend à prendre dans la presse canadienne-française, malgré sa fondation récente et son éloignement des grands centres. Excellent journal de district. Rédaction sérieuse, a publié plusieurs études de longue haleine très remarquables. Appelé à rendre des services considérables comme organe du district de Nicolet.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 17 (05 mai 1881) : 3 ( suite: 1, 19 p. 2).
23 No d'identification : 1 944

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La session parlementaire de Québec est ouverte et Le Messager de Nicolet a une correspondance parlementaire. Le correspondant en question est un ancien élève du Séminaire de Nicolet. Cette semaine, on parle de l'ouverture parlementaire et on reproduit le discours du trône.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 17 (05 mai 1881) : 2.
24 No d'identification : 1 968

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y a encore des agents recruteurs pour les manufactures des États-Unis dans les environs, notamment à Sainte-Clothilde. On parle encore des méfaits du travail aux États-Unis, avec le récit d'un témoin. On claironne qu'il faut s'emparer du sol que nos pères nous ont laissé. Il y a encore beaucoup de paroisses jeunes : Sainte-Clothilde, Sainte-Eulalie, Saint-Wenceslas, Saint-Samuel, Saint-Léonard, de même que dans la vallée du lac Saint-Jean. Quelques phrases triomphales sur les merveilles et les possibilités de notre beau pays.
- Suivent 2 longs articles sur la question. Le premier sur le chômage des Canadiens aux États-Unis et la honte de ceux qui se font recruteurs. Le second sur 800 Canadiens partis aux États-Unis, les promesses qu'on leur avait faites et la réalité de ce qu'ils ont eu. On mentionne les villes de Jersey City, Biddeford.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 19 (19 mai 1881) : 2 (suite :1, 19, p. 3).
25 No d'identification : 3 499

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le Messager de Nicolet prône la colonisation dans nombre de ses numéros. Dans ce cas, on y retrouve les thèmes récurrents qui sont présentés.
- Texte extrait de La Minerve, dans lequel ce journal explique son projet de mettre sur pied une société de colonisation et en présente les grandes lignes. Le Messager de Nicolet encourage ce genre de projet. Il souhaiterait en faire autant, mais n'a pas les moyens. Il souligne combien la colonisation est nécessaire à tout le district des Trois-Rivières. Il mentionne qu'il y a encore de beaux cantons à coloniser au Sud, mais que c'est surtout dans le Nord (Vallée de la Saint-Maurice, Batiscan, etc.) que le besoin de colonisation se fait sentir. De plus, le journal en profite pour réitérer son appui à la colonisation, le meilleur remède à l'émigration qui se fait cruellement sentir dans le district.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 20 (25 mai 1881) : 2 (suite: 1, 37, p. 2; 1, 40, p. 3; 1, 42, p. 2; 1, 51, p. 2; 1, 52, p. 2; 2, 1, p. 2; 2, 1, p. 3; 2, 3, p. 2; 2, 5, p. 2; 2, 17, p. 2).
1 - 25 sur 205 résultats