Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index thématique

1 - 25 sur 175 résultats Imprimer
1 No d'identification : 1 743

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La manufacture de bobines de M. Becket à Drummondville va être transportée au Nouveau-Brunswick, car le bouleau dont on se sert pour faire ces bobines est maintenant épuisé.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 8 (03 mars 1881) : 3.
2 No d'identification : 1 874

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Article sur les fromageries du Québec, leur expansion rapide et les gains réalisés. Dans l'un des paragraphes, l'auteur (L.M. Blondin de Saint-François-du-Lac) affirme que son associé et lui font du fromage depuis 5 ans dans la paroisse de la Baie-du-Febvre et qu'ils peuvent prouver que pour chaque fournisseur de lait, les recettes ont été satisfaisantes, même si le prix du fromage a parfois été « d'une modicité désolante ». Depuis 2 ans, il y a 4 fromageries dans la paroisse, il y en aura 6 ce printemps. Cet accroissement prouverait qu'il y a plus de gain pour un cultivateur à faire du fromage que du beurre.
- L'article du no 15 parle un peu de l'entretien du bétail, des conditions pour avoir une bonne fromagerie et de l'importance de l'information pour le fromager, qui se doit de connaître les derniers perfectionnements de la méthode.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 13 (07 avril 1881) : 2 (suite: 1, 13, p. 3; 1, 15, p. 2).
3 No d'identification : 1 953

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y a actuellement 10 à 12 fromageries dans le comté de Yamaska, toutes très florissantes. Dans la paroisse de La Baie, il y en a 6, qui fonctionnent très bien et produisent un fromage de qualité supérieure.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 17 (05 mai 1881) : 3.
4 No d'identification : 3 661

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Suite et fin de l'article de M. Blondin sur les fromageries. Il explique les méfaits de la multiplication de ces petites fabriques locales, les manigances des marchands qui achètent les fromages pour les payer le moins cher possible. Il soutient que cela empêche le développement d'une bonne industrie fromagère. Il y ajoute le rapport du secrétaire de l'Association fromagère du haut de La Baie, dans lequel cet homme démontre l'avantage qu'a un fermier de produire du fromage plutôt que du beurre.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 18 (12 mai 1881) : 3.
5 No d'identification : 3 662

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Lettre de la Gazette des Campagnes, qui a reproduit les articles sur les fromageries écrits par M. Blondin. On décrit les bienfaits de la meilleure connaissance du travail de fromager et de la fabrication du fromage. Les conseils donnés aideront à prévenir les échecs des nombreuses fromageries qui ouvriront leurs portes dans le mois suivant.
- Longue chronique sur les beurreries, la fabrication du beurre et les marchés (locaux, nationaux et internationaux).

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 21 (02 juin 1881) : 3 (suite: 1, 41, p. 2).
6 No d'identification : 5 651

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Article extrait du Courrier de Montréal à propos du tabac. On devrait enlever la lourde taxe, car elle dissuade les gens de le cultiver. Le sol de la province est cependant propre à la culture du tabac (on donne des explications à ce sujet). On croit que le tabac canadien ferait d'excellents cigares et que les manufactures de cigares devraient se développer. On fait quelques comparaisons avec d'autres producteurs de tabac. Il est important d'encourager la production de tabac.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 3, no 9 (15 mars 1883) : 2.
7 No d'identification : 5 660

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les députés de la province de Québec à Ottawa ont tenu un conciliabule pour étudier et élaborer un projet de loi sur le tabac canadien. On demande que cette culture, en tant qu'industrie naissante et source future de richesse, soit favorisée en lui laissant toute la latitude possible. Comme notre culture est surtout propice à la fabrication du tabac noir, il faut d'abord encourager les industries à utiliser ce tabac et à produire un produit de qualité. Cette confection résulterait du droit exclusif de manufacturer le tabac canadien et diverses résolutions seraient prises.

On demande le droit de faire la culture et la vente de tabac canadien en feuille libre; d'accorder des droits exclusifs pour vendre ce tabac aux manufactures; de conserver un droit différentiel important entre le tabac canadien et étranger; d'accorder aux manufactures le droit de manufacturer le tabac canadien et le tabac étranger dans le même établissement tout en accordant une prime d'encouragement pour la culture du tabac canadien. Comme les droits sur le tabac américain ont diminué de 8 cents aux États-Unis, on s'attend à une baisse de la part du gouvernement d'Ottawa. On propose de demander 4 cents pour le tabac américain entrant dans les manufactures et 3 cents de plus à sa sortie de l'établissement; le tabac canadien entrant gratuitement.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 3, no 10 (22 mars 1883) : 2.
8 No d'identification : 6 250

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le Défricheur donne des conseils aux colons qui voudraient s'installer dans les Cantons de l'Est. Ils peuvent ‘installer dans les cantons de Beauce, Mégantic, Arthabaska, Wolfe, Drummond, Compton et Shefford.

«Comme exemple de progrès dans nos cantons, nous pourrions citer la paroisse de St. Fulgence de Durham qui offre certainement un beau champ pour des colons industrieux. [...] Il y a encore beaucoup de terres incultes dans les limites de cette paroisse, à une très petite distance du village et du dépôt du chemin de fer. Ces terres sont d'une excellente qualité et par leur position, elles ne peuvent manquer d'être une source de richesse pour ceux qui s'y établiront. [...] La paroisse de Durham Sud ou St. Fulgence est très bien située pour prospérer avec le temps, car elle est bornée au nord par le riche et populeux township de Durham et au sud par le township d'Ely, avec de bons chemins pour s'y rendre de sorte que le commerce ne peut manquer d'augmenter continuellement. On trouvera dans St. Fulgence des terres très avancées qui sont en vente à des prix modiques, parce que le fonds n'étant pas payé. Les colons sont obligés de vendre pour satisfaire aux exigences de leurs créanciers».

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 49 (03 novembre 1864) : 2.
9 No d'identification : 6 444

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Mercure, le forgeron de Nicolet, possède une propriété assez grande pour y établir une fonderie. Il a déjà une boutique de forge et une moulange à gaudriole mue par la vapeur. Il vendrait cette propriété ou s'associerait avec «quelques capitalistes» pour continuer la forge, moudre la gaudriole et établir une fonderie. C'est un besoin pour Nicolet d'avoir des fonderies à cause des moulins à scies de la localité et ce serait un avantage considérable pour les paroisses du sud. Communications faciles, courte distance des chars et de la rivière. Pour renseignements, voir MM. Georges Ball et Charles McCaffey, ou D.D. Mercure lui-même.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 4, no 14 (17 avril 1884) : 3.
10 No d'identification : 6 500

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Installation d'un trottoir de ciment par un particulier.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 28 (29 octobre 1886) : 3.
11 No d'identification : 8 247

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Article sur les limites de la ville de Victoriaville, qui sont de plus en plus étroites. De nombreuses industries viennent s'établir dans cette ville, entraînant un flot de population. Solution: agrandir la ville en s'accaparant des terres dans les campagnes voisines. Dans tout ça, les cultivateurs doivent y voir du bon, agrandissement de leur marché donc prospérité.

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 12, no 18 (30 septembre 1905) : 1.
12 No d'identification : 8 295

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La manufacture de hardes de Victoriaville ouvre ses portes bientôt. Les voyageurs ont ramassé plusieurs commandes, des commandes de 500 $ à Montréal et 1000$ à Richmond. On prévoit que dans quelques mois, il y aura un grand nombre de jeunes filles employées à cette industrie. Prévoit l'arrivée de d'autres industries: on fait référence à la manufacture de meubles, la manufacture de chaises, la Fonderie de Victoriaville.

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 12, no 20 (14 octobre 1905) : 1.
13 No d'identification : 8 517

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La construction d'une manufacture de meubles débute bientôt. «Le conseil de ville fait ouvrir en plusieurs endroits des rues pour répondre aux demandes qui sont déja faites».

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 1, no 14 (01 septembre 1894) : 2.
14 No d'identification : 8 948

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«La construction de la maison d'École dans l'arrondissement no.10 est terminée, l'ouverture de la classe se fera sous peu. M.M. Savoie, sellier, Desfossés et Nolin, forgerons, Drouin, ferblantier et Martel, boulanger se sont fixés dans notre village».

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 1, no 18 (29 septembre 1894) : 3.
15 No d'identification : 10 647

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal rapporte la rareté des logements depuis quelques jours à Victoriaville. Selon celui-ci, c'est une vraie course au clocher pour s'en procurer un. Aussi, des mésententes sur les droits des propriétaires et locataires sont signalées.

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 1, no 49 (04 mai 1895) : 3.
16 No d'identification : 10 110

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Il se construit plusieurs bâtisses depuis quelques semaines. D'après certains renseignements assez exacts, il n'y aurait pas assez de maisons pour loger tous ceux qui veulent se fixer ici. Quelques citoyens proposent d'ouvrir une nouvelle rue et d'y faire plusieurs constructions dans le courant de l'été».

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 1, no 45 (06 avril 1895) : 2.
17 No d'identification : 10 925

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Avis public datant du 9 avril 1888: «Application sera faite à la prochaine Session de la Législature de la Province de Québec pour un acte demandant l'érection en ville, sous le nom de "Ville de Drummondville" des territoires suivant, savoir: le Village de Drummondville, les lots Nos une et deux du deuxième rang du Township de Grantham, la moitié Sud-Ouest des lots Nos un et deux du Township de Wendover et la moitié Sud-Ouest des lots Nos un, deux et trois du Township de Simpson, tous dans le comté de Drummond».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 22, no 16 (21 avril 1888) : 3.
18 No d'identification : 8 636

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La manufacture de tannin Millar & Cie., à Victoriaville, a été incendiée. «Le tout est maintenant un amas de cendres et de débris». La cause de l'incendie est peut-être l'imprudence de fumeurs de pipe. La manufacture est assurée pour 8000$, mais le montant des pertes reste à évaluer. «Cet accident met sur le pavé une trentaine de familles qui tiraient leur subsistance en travaillant à cet établissement».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 3, no 27 (10 juin 1869) : 2.
19 No d'identification : 9 164

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Alerte au feu dans la plupart des paroisses des Cantons de l'Est. Sept maisons brûlées à Sainte-Victoire, 22 à Kingsey Falls. On réussit à préserver du feu le moulin de M. Crépeau, mais à Kingsey, des milliers de cordes d'écorce de pruche appartenant à MM. Church et Dagneau ont été consumées. Le vent du nord propage les foyers d'incendie dans les bois, les abattis et les récoltes.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 26 (18 juin 1881) : 2.
20 No d'identification : 471

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La plus grande crue des eaux « que la génération actuelle n'avait jamais vu[e] ». Des caves de maisons ont été inondées et les scieries de la Cie Edwards & McLean ont été endommagées.

Référence
La Gazette d'Arthabaska, vol. 1, no 11 (08 février 1908) : 3.
21 No d'identification : 13 182

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Isidore Girouard et ses trois fils (Arthabaskaville) avaient entrepris de couper du bois de sciage pour M. L. Baril, à environ 5 milles du village. Ils avaient transporté dans leur chantier tout ce qu'il fallait pour passer l'hiver, mais tout a passé au feu. M. Isidore Girouard perd environ 300$.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 50 (18 décembre 1890) : 2.
22 No d'identification : 14 763

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
"Bécancour, investissement de $40 millions à St-Grégoire dans le secteur domiciliaire La Seigneurie Godefroy"

Référence
Roger Levasseur, «Dans le secteur domiciliaire sur une période de dix ans : Investissement de $40 millions à Saint-Grégoire», Le Nouvelliste «Répertoire de sources journalistiques. Faits saillants en Mauricie» (01 février 1985) : 3.
23 No d'identification : 14 768

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
"Bécancour, la Seigneurie Godefroy : un rêve de plus de 20 ans"

Référence
Roger Levasseur, «La Seigneurie Godefroy : un rêve de plus de 20 ans», Le Nouvelliste «Répertoire de sources journalistiques. Faits saillants en Mauricie» (13 février 1985) : 31.
24 No d'identification : 15 195

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Gastonguay, ingénieur civil, a passé 4 jours à Sainte-Anne du Sault. Il a procédé à l'arpentage de l'emplacement du village et a divisé ce dernier en deux rues parallèles, réunies par 5 rues transversales. «Cette division, jointe avec l'organisation parfaite avec lequel sont construites ces maisons donne à notre village un fort joli coup d'oeil».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 27, no 42 (19 octobre 1893) : 2.
25 No d'identification : 16 248

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Permis de construction pour 1,485,000$ à Victoriaville»: 1952 a été une année record dans le domaine de la construction à Victoriaville. Liste des permis émis chaque mois en 1951 et 1952.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 87, no 5 (15 janvier 1953) : 1.
1 - 25 sur 175 résultats