Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index thématique

1 - 25 sur 1408 résultats Imprimer
1 No d'identification : 67

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'histoire des Bois-Francs, 2e partie. Évocation du courage des ancêtres fondateurs venus de France.
- Relation de la découverte du territoire : les pionniers prennent possession des terres habitables qui forment la partie des Cantons de l'Est connue sous le nom de Bois-Francs. Bois-Francs : nom donné au départ aux seuls cantons de Somerset, Stanfold et d'Arthabaska, mais cette dénomination s'est ensuite étendue aux cantons d'Inverness, Halifax, Chester, Warwick et de Ham. Noms à consonance anglophone mais on y respire l'air de la patrie...
- Forêts connues dès avant 1830...
- Habitant de Saint-Pierre-les-Becquets est venu l'hiver en raquettes pour piéger au bord de la rivière Blanche. Plusieurs chasseurs visitent le territoire avant de s'installer. Édouard Leclerc, de Saint-Grégoire, remonte la rivière du Loup (une branche de la rivière Nicolet qui traverse cantons de Stanfold et d'Arthabaska) en 1832 ou 1833 pour s'installer à Stanfold. Leclerc est le premier à s'installer et à construire sa demeure sur le territoire des Bois-Francs.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 7 (27 janvier 1900) : 1.
2 No d'identification : 74

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, 3e partie.
L'installation du premier pionnier entraîne bientôt l'arrivée d'une forte émigration.
- Le manque de terres dans les seigneuries force la jeunesse à partir vers les États-Unis qu'elle n'aurait jamais dû connaître : les Bois-Francs sont une alternative.
- Trois pionniers venus de Saint-Grégoire joignent Leclerc dans Standfold.
- Un habitant de Baie-du-Febvre (Jean-Baptiste Lalonde) et son fils de Bulstrode ouvrent une terre dans Somerset, et le printemps suivant (1836), sa famille le rejoint. D'autres pionniers arrivent lentement.
- Ennui et isolement des colons, mais l'appel patriotique pour « s'emparer du sol » les fait partir l'espoir au coeur.
- Les premières semences donnent lieu à des belles récoltes qui font dire que la terre est très fertile. Le bruit s'en répand dans les paroisses du district de Trois-Rivières : arrivée de nouvelles familles dans les Bois-Francs.
- La colonisation se fait au prix de grandes souffrances.
- Difficultés pour atteindre les terres : il faut traverser la savane de Blandford, et surtout de Stanfold, qui n'est praticable qu'à pied et dans les saisons froides (marais). Chemin des colons couvert de branches pour passer à travers les bourbiers.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 8 (03 février 1900) : 1.
3 No d'identification : 83

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, suite (4).
Entretien du chemin des colons durant l'hiver par corvée : on battait la neige pieds nus. Difficultés de glacer le chemins, difficultés d'emprunter le chemin à pied ou en voiture.
- Les vastes lieux disponibles permettent l'installation de nombreux colons. Les arrivées se font surtout l'hiver. On fait une récolte et la famille vient rejoindre le colon l'hiver suivant.
- 1843 : 102 âmes à Somerset, accroissement semblable dans Stanfold et Arthabaska.
- Les arrivants sont des gens pauvres, sans avances monétaires et avec peu d'outils et quelques provisions.
- Vie commerciale peu vigoureuse au début.
- Disette et misère souvent constatées. Charité et entraide entre anciens et nouveaux colons.
- Le défrichement avance rapidement. Développement de la production de potasse et perlasse.
- Mauvais approvisionnement et augmentation de l'émigration : pénuries fréquentes chez les marchands.
- Pénibles voyages de ravitaillement en groupe dans les paroisses du bord du fleuve.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 9 (10 février 1900) : 1.
4 No d'identification : 95

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, suite (6) :
Les récoltes de l'automne permettent bientôt de passer des hivers plus facilement.
- Après 5 ou 6 ans de privation, les marchands réussissent à garder suffisamment de marchandises pour fournir la population.
- Construction d'un moulin à Somerset, arrivée du premier prêtre.
- Les obstacles ont altéré de nombreuses santés, mais la colonisation a résisté aux épreuves.
- Importance de l'organisation paroissiale, en particulier en milieu de colonisation.
- Importance des industries de potasse et perlasse, dont le premier établissement est dû à un colon de Bécancour. Première messe de Somerset, 1837, par le curé de Gentilly. Moulin à farine, qui sert aussi pour la messe.
- Chapelle en 1840-41.
- Éloge du premier curé de Somerset. Dessert aussi la mission de Saint-Louis de Blanford. Ses voyages entre les deux lieux.
- Arrivée du notaire (venu de Bécancour), qui instaure la première école, puis du médecin (venu d'Yamachiche).

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 11 (24 février 1900) : 1.
5 No d'identification : 116

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, suite et fin. (9)
Second obstacle pour les colons : le prix très élevé des terres et les conditions onéreuses imposées pour leur vente.
- L'appropriation d'une partie des terres par de grands propriétaires.
- Difficultés pour les colons de discerner entre une terre gouvernementale ou d'un grand propriétaire. Plusieurs, une fois la terre mise en valeur, se voient chassés.
- De nombreuses voix se sont élevées pour protester contre cet état de choses.
- CONCLUSION. Le but fixé était de décrire les obstacles à surmonter pour s'établir dans les Bois-Francs : il est atteint.
- La colonisation se poursuit, la prospérité s'installe, le paysage change. Des villages grandissent.
- La colonisation est l'oeuvre la plus importante à accomplir.
- Si nous voulons conserver notre nationalité, il faut s' « emparer du sol ».
- Quelques perspectives rayonnantes pour l'avenir des Bois-Francs.
- Appel à la colonisation des Cantons de l'Est-Bois-Francs, de préférence à l'exil en terre étrangère.
- Paroles d'espoir pour les futurs colons.
- Bonheur de demeurer dans sa patrie, encouragement à le faire.
- Adjuration à ceux qui s'exilent « malgré nos désirs » de conserver la foi catholique et la langue française et bénédiction finale à ceux-ci.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 14 (17 mars 1900) : 1.
6 No d'identification : 117

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Élection d'un conseil de comté (nom des élus). On souligne la concorde entre habitants anglophones et francophones du comté de Mégantic.
- Les propriétaires d'Inverness demandent l'incorporation de leur territoire en municipalité de village. Un surintendant spécial visitera les lieux et fera rapport sur la requête.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 14 (17 mars 1900) : 2.
7 No d'identification : 121

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Des subsides provinciaux seront versés dont certains, selon le rédacteur, intéressent particulièrement la région. Premier investissement : le pont de Québec. Probablement confié à une compagnie de New York. On décrit le financement gouvernemental projeté de même que les conditions de la subvention. Les autres contributions sont énumérées. Second investissement : le chemin de fer de la Rive Sud, afin de construire un pont sur la Yamaska et un autre sur la Saint-François, que les municipalités pourront utiliser gratuitement pour les piétons et les voitures. Le gouvernement a le droit de contrôler la construction des ponts et de verser les subsides sur réception du pont. Le rédacteur souligne la prudence du gouvernement Marchand dans le placement de son argent.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 15 (24 mars 1900) : 2.
8 No d'identification : 196

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Un avocat transporte son bureau dans la bâtisse de l'hôtel Victoria.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 26 (09 juin 1900) : 2.
9 No d'identification : 245

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Avis de décès de l'un des plus anciens concitoyens, Pierre-Célestin Bourke. Né à Saint-Grégoire en 1818, il est venu se fixer en 1842 à Somerset, dont il fut l'un des pionniers.
Il a été 30 ans agent des réclamations pour la Compagnie du Grand-Tronc. Il a été garde-pêche pour le district d'Arthabaska durant plusieurs années. Lors de la fondation de la Cour des Commissaires de cette paroisse il y a 45 ans, il en a été le greffier. Il a été le premier greffier des juges de paix et occupait encore ce poste à sa mort.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 35 (11 août 1900) : 2.
10 No d'identification : 332

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« L'atelier du Mégantic est maintenant installé rue St-Louis, près de la rue de la Fonderie. » Ils avaient cru pouvoir s'installer près de l'hôtel de Mme Bertrand, et se rapprocher ainsi du « centre des affaires » de la ville mais cela ne s'est pas concrétisé.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 45 (27 octobre 1900) : 2.
11 No d'identification : 562

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Plusieurs emplacements commerciaux à vendre sur la rue Saint-Louis à Plessisville. On donne la description de ces emplacements en les situant également par rapport aux commerces et résidences déjà installés. On donne les conditions auxquelles les locataires feront face lors de l'achat.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 52 (15 décembre 1900) : 4.
12 No d'identification : 585

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Compliments au Nicolétain pour sa fondation de la part de la famille judiciaire du district. Le Nicolétain annonce son intention d'instituer une chronique judiciaire dans ses pages, car, selon l'auteur, il connaît le goût du public pour les luttes du prétoire.
- Retour sur l'histoire de la création du district judiciaire. Avant 1884 : Nicolet possède seulement une Cour des commissaires, qui règle les différents de moindre importance, où l'objet du litige n'excède pas 25$.
1884 : établissement d'une Cour de circuit de comté, qui fait de la ville le centre des affaires judiciaires du comté. 1911 : construction du palais de justice.
1915 : le district judiciaire de Nicolet est établi en septembre 1915, projet sanctionné déjà en mars de la même année. Liste des juges qui se sont succédés au palais de justice, ainsi que des officiers qui les ont secondés.
1919 : ajout d'un percepteur du revenu. (À suivre)

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 1 (06 décembre 1933) : 4.
13 No d'identification : 611

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Chronique judiciaire de Nicolet, suite.
Le bureau d'enregistrement du comté de Nicolet, qui se tenait à Bécancour, a été partagé en 2 divisions en 1900 et la division 2 s'installe à Nicolet. La Cour des Commissaires Civils pour l'érection des paroisses fonctionne depuis 1885. Il y a en 1933 des archives du tribunal au palais de justice. Hommage à l'un des premiers avocats de Nicolet. Énumération des avocats, des notaires et des huissiers à la Cour supérieure pratiquant dans le district de Nicolet.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 2 (20 décembre 1933) : 4.
14 No d'identification : 655

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Soeurs de l'Assomption de la Sainte-Vierge, principalement vouées à l'éducation, dont la maison-mère est à Nicolet, fournissent des enseignements à Louiseville, Paquetteville, Saint-Grégoire, dans l'Ouest où elles ont fondé des établissements et aux États-Unis (lieux exacts mentionnés). En 1903, l'École Normale venait d'ouvrir ses portes et une religieuse en dirigea pendant 5 ans les études pédagogiques. Au moins une de leurs soeurs a enseigné le cours commercial à Hayleybury (une maison s'y est peut-être établie).

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 6 (21 février 1934) : 1.
15 No d'identification : 894

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Chester-Nord a été annexé à St-Norbert, au grand mécontentement des habitants de Ste-Hélène (Chester-Est). On accuse M. Lavergne de ne pas avoir défendu ses électeurs dans ce dossier.

Référence
La Gazette d'Arthabaska, vol. 1, no 45 (03 octobre 1908) : 1.
16 No d'identification : 951

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y a un nouveau comté fédéral : celui de Nicolet-Yamaska. On organise le comté : nomination et assermentation de l'officier-rapporteur et du secrétaire de l'élection, tous deux présentés, et citoyens de Nicolet. Ils feront d'abord la révision des polls dans le nouveau comté. Un autre citoyen de Nicolet est nommé réviseur de la liste électorale pour ce nouveau comté.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 20 (19 septembre 1934) : 4.
17 No d'identification : 1 021

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La confection de la liste électorale fédérale est commencée dans Nicolet, Nicolet-Sud et Saint-Jean-Baptiste de Nicolet. Le travail des énumérateurs est commencé. Une liste préliminaire sera affichée et les plaintes des non-inscrits pourront être reçues les 13, 14 et 15 novembre. La liste sera complétée pour le 23 novembre. L'inscription sur la liste est du devoir de l'électeur et seuls les inscrits sont admis à participer au vote. Contrairement à ce qui se pratiquait depuis plusieurs élections, il ne sera pas possible de se faire assermenter et inscrire le jour des élections. Le territoire est divisé entre trois quartiers et trois arrondissements. On présente les lieux et rangs compris dans les arrondissements. L'arrondissement no 1, par exemple, comprend les rangs de la Grande-Rivière, Bois des Acadiens, Coquenigan et Grand-Saint-Esprit. On nomme les énumérateurs pour les trois arrondissements et les trois quartiers, de même que quelques officiers d'élections (registraire, officier-rapporteur, secrétaire).

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 23 (07 novembre 1934) : 4.
18 No d'identification : 1 041

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les énumérateurs sont à préparer les listes électorales fédérales du comté de Nicolet, conformément à la nouvelle loi du cens électoral voté au cours de la dernière session fédérale. Les comtés de Nicolet et Yamaska étant démembrés, les paroisses de ces comtés sont réunies pour former le nouveau comté de Nicolet-Yamaska. Il y a au total 48 municipalités, divisées en 93 arrondissements de scrutin. Population approximative du nouveau comté : 39 219. On publie ensuite la liste des énumérateurs de chaque municipalité, telle que fournie par le registraire. La liste indique les comtés, les municipalités et paroisses concernées, le nombre de polls par municipalité ou paroisse, le nom et l'activité professionnelle des énumérateurs (cultivateurs, maires, secrétaires trésoriers, notaires, syndics des écoles, avocats, médecins, agronomes, membres de commissions scolaires, etc.).

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 24 (21 novembre 1934) : 2.
19 No d'identification : 1 045

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On a vendu les routes de la campagne pour leur entretien d'hiver « selon la coutume habituelle, après la célébration de l'office des morts, à la porte de la cathédrale ». L'homme qui fait office ici de commissaire-priseur est avocat, secrétaire des municipalités de Saint-Jean-Baptiste de Nicolet et de Nicolet-Sud. On publie ensuite le nom des cultivateurs qui se sont engagés à entretenir certaines routes, moyennant rémunération de la part des conseils de ces municipalités.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 24 (21 novembre 1934) : 4.
20 No d'identification : 1 052

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Article sur les progrès réalisés à Drummondville depuis 10 ans. L'état financier de la ville, pour la période finissant au 31 décembre 1926, vient d'être déposé au Conseil de ville. On a fouillé dans les états financiers des 10 dernières années pour établir des comparaisons. Publication des données concernant mars 1917 et mars 1927 : évaluation imposable, actif de la ville, recettes ordinaires, dépenses ordinaires, dette totale. Les recettes ordinaires ont quintuplé, la valeur de la propriété a quadruplé, la dette a augmenté, de même que la capacité de payer et les recettes ordinaires font pour la première fois plus de 100 000$. Dans le même temps, augmentation de la population, et formation autour de Drummondville d'une « couronne » de villages. On peut se féliciter des progrès réalisés. Il ne faut pas oublier qu'il y a toujours des pauvres, que le bonheur accru n'est pas garanti par l'accroissement des affaires, que le progrès engendre de nombreux maux et qu'à tout cela il faut remédier.

Référence
Le Regard, vol. 1, no 1 (07 avril 1934) : 1.
21 No d'identification : 1 078

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le maire de Princeville a été choisi préfet pour un second mandat, à l'unanimité, par le Conseil de comté du comté d'Arthabaska.

Référence
Le Regard, vol. 1, no 1 (07 avril 1927) : 3.
22 No d'identification : 1 139

Collection
Société Historique de la Région de Pierreville

Information documentaire
[S.H. de Pierreville: Source: Collection Jean-Luc Côté. Sujet: Photo de groupe. Description: Photo de groupe du Conseil de comté de Yamaska. Localisation géographique: MRC Nicolet-Yamaska à Saint-François-du-Lac. Format: 24X18 cm. Photographe: Ulysse Gill. Période: circa 1900.]

Référence
Collection de la Société Historique de la Région de Pierreville. Inventaire des fonds de photos de la Société historique de Pierreville, vers 1900, AC-048.
23 No d'identification : 1 611

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Résultats électoraux provinciaux dans le comté de Nicolet : le mandat de J.A. Savoie est renouvelé. On publie en détail les majorités obtenues dans chacune des paroisses par les deux candidats. Pour montrer le taux de satisfaction, on imprime le même type de résultats pour 1923, afin de permettre la comparaison.

Référence
Le Regard, vol. 1, no 8 (26 mai 1927) : 1.
24 No d'identification : 1 612

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Publication d'un tableau donnant le détail des majorités des candidats dans les diverses paroisses du comté de Yamaska.
- Lettre du candidat défait d'Yamaska, le notaire Desrosiers. Il remercie les gens qui l'ont supporté, de même que les électeurs « libres et qui n'attendent rien du Gouvernement » qui lui ont donné leur appui. Il ne blâme pas ceux de ses amis libéraux qui, par conviction, ont voté contre lui. Il félicite ses adversaires pour la « parfaite courtoisie avec laquelle ils m'ont traité au cours de la lutte ». Il souhaite au peuple de ne pas regretter son choix de gouvernement, choix fait malgré les plaintes adressées à ce même gouvernement.

Référence
Le Regard, vol. 1, no 8 (26 mai 1927) : 1.
25 No d'identification : 1 175

Collection
Société Historique de la Région de Pierreville

Information documentaire
[S.H. de Pierreville: Source: Collection Jean-Luc Côté. Sujet: carte géographique. Description: plan de Pierreville. Format: 24X18 cm. Photographe: Ulysse Gill. Période: 1870.]

Référence
Collection de la Société Historique de la Région de Pierreville. Inventaire des fonds de photos de la Société historique de Pierreville, 1870, AC-103.
1 - 25 sur 1408 résultats