Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index thématique

1 - 25 sur 1510 résultats Imprimer
1 No d'identification : 18

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Au chef-lieu : Le conseil municipal d'Arthabaskaville a passé un règlement pour autoriser l'emprunt de $15 000 comme bonus pour l'entreprise ou l'individu qui construira un chemin de fer électrique entre Arthabaskaville et Victoriaville. Le projet aurait un impact positif sur les affaires du chef-lieu de notre district.
- Bilan négatif du développement économique des affaires et stagnation de la population à Arthabaskaville depuis 20 ans (1880). Ni industries ni manufactures n'ont été mises en activité. Explication : éloignement du chemin de fer, moyens de locomotion pour y accéder trop chers. Appuis locaux au projet, en particulier par les gens de droit qui doivent se rendre mensuellement plaider à la Cour.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 2 (23 décembre 1899) : 2.
2 No d'identification : 38

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Paroisse de St-Calixte a célébré en 1899 : 133 baptêmes, 70 sépultures, 22 mariages.
- Statistiques semblables pour Notre-Dame-de-Lourdes et pour Sainte-Sophie.
- Même chose pour Stanfold, Victoriaville et Sainte-Julie (p.3).

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 4 (06 janvier 1900) : 2-3.
3 No d'identification : 57

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs : 1er volet d'une série qui relate l'histoire de la région.
En 1843, il y a 1062 colons à Somerset. Population semblable à Stanfold et Arthabaska. Conditions socio-économiques et origines des premiers colons. Description des misères des premiers arrivants.
- Entraide et charité pour la deuxième génération de migrants.
- Marchands remplissent les magasins de denrées mais les immigrants sont trop nombreux et la demande est trop forte pour soulager les besoins.
- Coupe des arbres et feu pour réduire en « salt », cette cendre qu'on portait aux marchands de l'endroit qui sert pour fabriquer potasse et perlasse.
- Seule ressource avec sirop d'érable.
- Habitants recevaient en échange des provisions de bûches + vêtements.
- Manque absolu de chemins pendant l'été (isolement) empêche les marchands de s'approvisionner et d'expédier leur alcalis au marché. Manque de denrées force les habitants à franchir à pied la savane pour s'approvisionner dans les paroisses du bord du fleuve. Trajet par bandes de 10-15 hommes. Description des conditions difficiles du périple.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 6 (20 janvier 1900) : 1 (équivaut à vol. 2, #2).
4 No d'identification : 65

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
En 1899, paroisse de Saint-Pierre Baptiste : 24 baptêmes, 2 mariages, 8 sépultures.
- D'autres statistiques de population pour Saint-Ferdinand d'Halifax.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 6 (20 janvier 1900) : 3.
5 No d'identification : 67

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'histoire des Bois-Francs, 2e partie. Évocation du courage des ancêtres fondateurs venus de France.
- Relation de la découverte du territoire : les pionniers prennent possession des terres habitables qui forment la partie des Cantons de l'Est connue sous le nom de Bois-Francs. Bois-Francs : nom donné au départ aux seuls cantons de Somerset, Stanfold et d'Arthabaska, mais cette dénomination s'est ensuite étendue aux cantons d'Inverness, Halifax, Chester, Warwick et de Ham. Noms à consonance anglophone mais on y respire l'air de la patrie...
- Forêts connues dès avant 1830...
- Habitant de Saint-Pierre-les-Becquets est venu l'hiver en raquettes pour piéger au bord de la rivière Blanche. Plusieurs chasseurs visitent le territoire avant de s'installer. Édouard Leclerc, de Saint-Grégoire, remonte la rivière du Loup (une branche de la rivière Nicolet qui traverse cantons de Stanfold et d'Arthabaska) en 1832 ou 1833 pour s'installer à Stanfold. Leclerc est le premier à s'installer et à construire sa demeure sur le territoire des Bois-Francs.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 7 (27 janvier 1900) : 1.
6 No d'identification : 71

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Statistiques de la population catholique de Saint-Sylvestre-Est : 53 naissances, 3 mariages et 17 décès en 1899.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 7 (27 janvier 1900) : 3.
7 No d'identification : 74

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, 3e partie.
L'installation du premier pionnier entraîne bientôt l'arrivée d'une forte émigration.
- Le manque de terres dans les seigneuries force la jeunesse à partir vers les États-Unis qu'elle n'aurait jamais dû connaître : les Bois-Francs sont une alternative.
- Trois pionniers venus de Saint-Grégoire joignent Leclerc dans Standfold.
- Un habitant de Baie-du-Febvre (Jean-Baptiste Lalonde) et son fils de Bulstrode ouvrent une terre dans Somerset, et le printemps suivant (1836), sa famille le rejoint. D'autres pionniers arrivent lentement.
- Ennui et isolement des colons, mais l'appel patriotique pour « s'emparer du sol » les fait partir l'espoir au coeur.
- Les premières semences donnent lieu à des belles récoltes qui font dire que la terre est très fertile. Le bruit s'en répand dans les paroisses du district de Trois-Rivières : arrivée de nouvelles familles dans les Bois-Francs.
- La colonisation se fait au prix de grandes souffrances.
- Difficultés pour atteindre les terres : il faut traverser la savane de Blandford, et surtout de Stanfold, qui n'est praticable qu'à pied et dans les saisons froides (marais). Chemin des colons couvert de branches pour passer à travers les bourbiers.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 8 (03 février 1900) : 1.
8 No d'identification : 77

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La rue Saint-Louis du village de Plessisville comprend à elle seule 530 âmes, dont 360 communiants.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 7 (27 janvier 1900) : 2.
9 No d'identification : 83

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, suite (4).
Entretien du chemin des colons durant l'hiver par corvée : on battait la neige pieds nus. Difficultés de glacer le chemins, difficultés d'emprunter le chemin à pied ou en voiture.
- Les vastes lieux disponibles permettent l'installation de nombreux colons. Les arrivées se font surtout l'hiver. On fait une récolte et la famille vient rejoindre le colon l'hiver suivant.
- 1843 : 102 âmes à Somerset, accroissement semblable dans Stanfold et Arthabaska.
- Les arrivants sont des gens pauvres, sans avances monétaires et avec peu d'outils et quelques provisions.
- Vie commerciale peu vigoureuse au début.
- Disette et misère souvent constatées. Charité et entraide entre anciens et nouveaux colons.
- Le défrichement avance rapidement. Développement de la production de potasse et perlasse.
- Mauvais approvisionnement et augmentation de l'émigration : pénuries fréquentes chez les marchands.
- Pénibles voyages de ravitaillement en groupe dans les paroisses du bord du fleuve.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 9 (10 février 1900) : 1.
10 No d'identification : 88

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Statistiques comparatives entre Victoriaville et Plessisville. Statistiques du nombre d'habitants selon 3 sources : les recensements des curés pour l'année, le recensement d'un notaire, le recensement décennal de 1891. Les écarts sont assez minces entre les deux lieux.
- Victoriaville est une ville incorporée, possède une chartre, deux banques, une gare construite par le Grand Tronc et aura bientôt un bureau de poste spécialement construit par le gouvernement fédéral.
- Plessisville est encore un village et « ne jouit d'aucun de ces avantages ».

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 10 (17 février 1900) : 2.
11 No d'identification : 92

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Statistiques de population de Plessisville pour 1899, à la suite de la visite du curé. Donne : communiants, non-communiants, familles et population totale, ainsi que les chiffres de 1898.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 10 (17 février 1900) : 2.
12 No d'identification : 101

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'abbé P. Vincent, de Lourdes, est le premier prêtre huron ordonné.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 9 (10 février 1900) : 2.
13 No d'identification : 106

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, suite (8).
L'alarme étant donnée, on organise des recherches, mais on ne retrouve le curé et son compagnon qu'après leur décès. Soigné, le troisième voyageur survit.
- On ramène les restes du curé et de son compagnon à Somerset où ils sont enterrés.
- Il faut à présent parler des deux plus grands obstacles que rencontrèrent les colons.
- Premier obstacle : le manque de chemins. Rappel des difficultés de transport connues par les colons et des ralentissements que cette situation impose à toute entreprise de colonisation.
- Sir D.Daly réussit à faire ouvrir le chemin provincial d'Arthabaska en 1848. Il traverse plusieurs cantons et entraîne le développement de six paroisses vivantes et actives.
- Le chemin de fer du Grand-Tronc est une autre voie d'accès des Bois-Francs. Il donne le dernier élan vers la prospérité.
- Comparaison du temps et des conditions de transport dans les Bois-Francs.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 13 (10 mars 1900) : 1.
14 No d'identification : 107

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le secrétaire-trésorier de Plessisville et de Somerset-Sud travaille à la confection des listes électorales. L'avis public de confection des listes sera donné le 15 mars et les gens pourront s'inscrire, s'ils n'y figurent pas, jusqu'au 2 avril. « Une foule de nos amis » ont acquis, depuis l'année dernière, le droit de se faire inscrire sur la nouvelle liste.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 13 (10 mars 1900) : 2.
15 No d'identification : 116

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, suite et fin. (9)
Second obstacle pour les colons : le prix très élevé des terres et les conditions onéreuses imposées pour leur vente.
- L'appropriation d'une partie des terres par de grands propriétaires.
- Difficultés pour les colons de discerner entre une terre gouvernementale ou d'un grand propriétaire. Plusieurs, une fois la terre mise en valeur, se voient chassés.
- De nombreuses voix se sont élevées pour protester contre cet état de choses.
- CONCLUSION. Le but fixé était de décrire les obstacles à surmonter pour s'établir dans les Bois-Francs : il est atteint.
- La colonisation se poursuit, la prospérité s'installe, le paysage change. Des villages grandissent.
- La colonisation est l'oeuvre la plus importante à accomplir.
- Si nous voulons conserver notre nationalité, il faut s' « emparer du sol ».
- Quelques perspectives rayonnantes pour l'avenir des Bois-Francs.
- Appel à la colonisation des Cantons de l'Est-Bois-Francs, de préférence à l'exil en terre étrangère.
- Paroles d'espoir pour les futurs colons.
- Bonheur de demeurer dans sa patrie, encouragement à le faire.
- Adjuration à ceux qui s'exilent « malgré nos désirs » de conserver la foi catholique et la langue française et bénédiction finale à ceux-ci.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 14 (17 mars 1900) : 1.
16 No d'identification : 142

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Description sommaire de la population de la mission de Lourdes à la suite de l'achèvement de la visite pastorale annuelle.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 17 (07 avril 1900) : 3.
17 No d'identification : 152

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Présentation de statistiques de population du canton de Somerset. Statistiques détaillées de 1838 (avec le nom des chefs de familles), statistiques comparatives de cantons pour la même année (Stanfold, Arthabaska). Statistiques globales des trois cantons pour 1851 et des quatre cantons (division Somerset-Nord et Somerset-Sud) pour 1861.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 19 (21 avril 1900) : 2.
18 No d'identification : 252

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Un ancien citoyen d'Inverness demeurant maintenant à Lynn, Mass., organise une convention des « gens de Mégantic ». Le rassemblement aurait lieu à Scotch Settlement, près du Lac Joseph, où les colons écossais sont venus s'installer en 1829. Le rédacteur est d'avis que cela favorisera la solidarité, l'amitié des gens du comté, etc. Annonce la prochaine réunion pour les intéressés à entrer dans le comité.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 14 (17 mars 1900) : 2.
19 No d'identification : 272

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le « Scotch Day » a été célébré en grandes pompes jeudi dernier à Inverness.

- Le court article n’en dit pas plus.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 30 (07 juillet 1900) : 2.
20 No d'identification : 371

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Après la visite qu'a faite le curé dans sa paroisse, la population est estimée alors à 1 200 habitants.

Référence
La Gazette d'Arthabaska, vol. 1, no 1 (23 novembre 1907) : 3.
21 No d'identification : 419

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Paroisse de St-Christophe en 1907 : 81 baptêmes, 17 mariages et 53 sépultures.

Référence
La Gazette d'Arthabaska, vol. 1, no 7 (04 janvier 1908) : 2.
22 No d'identification : 245

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Avis de décès de l'un des plus anciens concitoyens, Pierre-Célestin Bourke. Né à Saint-Grégoire en 1818, il est venu se fixer en 1842 à Somerset, dont il fut l'un des pionniers.
Il a été 30 ans agent des réclamations pour la Compagnie du Grand-Tronc. Il a été garde-pêche pour le district d'Arthabaska durant plusieurs années. Lors de la fondation de la Cour des Commissaires de cette paroisse il y a 45 ans, il en a été le greffier. Il a été le premier greffier des juges de paix et occupait encore ce poste à sa mort.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 35 (11 août 1900) : 2.
23 No d'identification : 506

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La population de la paroisse de Ste-Victoire : 1906, 3 720 personnes; 1908, 3903 personnes, dont 2 379 communiants,
1 117 non-communiants, 372 élèves étrangers et un chinois.

Référence
La Gazette d'Arthabaska, vol. 1, no 21 (18 avril 1908) : 3.
24 No d'identification : 676

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« Le rôle d'évaluation de la paroisse de St-Valère de Bulstrode, sera terminé le 3 août prochain. Les avis publics ayant été donnés en conséquence, la valeur des propriétés imposables se monte à la somme de 170,874,000$. La population est de 1,227 personnes. »

Référence
La Gazette d'Arthabaska, vol. 1, no 36 (08 août 1908) : 2.
25 No d'identification : 678

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Statistiques de la paroisse de Bécancour : 32 baptêmes, 17 sépultures, 2 mariages.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 8 (21 mars 1934) : 2.
1 - 25 sur 1510 résultats