Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index thématique

1 - 25 sur 989 résultats Imprimer
1 No d'identification : 23

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Avancement des travaux de construction de l'église, un temple digne de Victoriaville.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 2 (23 décembre 1899) : 3.
2 No d'identification : 59

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Mgr Gravel, de Nicolet, et Mgr. Brunault, son coadjuteur, se sont unis à Mgr Bruchési pour condamner les articles séditieux de la Semaine Religieuse de Québec.
- Articles outrageaient la Couronne britannique et le sentiment national de nos compatriotes. Mgr Bégin lui-même désapprouve cet organe conservateur.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 6 (20 janvier 1900) : 2.
3 No d'identification : 67

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'histoire des Bois-Francs, 2e partie. Évocation du courage des ancêtres fondateurs venus de France.
- Relation de la découverte du territoire : les pionniers prennent possession des terres habitables qui forment la partie des Cantons de l'Est connue sous le nom de Bois-Francs. Bois-Francs : nom donné au départ aux seuls cantons de Somerset, Stanfold et d'Arthabaska, mais cette dénomination s'est ensuite étendue aux cantons d'Inverness, Halifax, Chester, Warwick et de Ham. Noms à consonance anglophone mais on y respire l'air de la patrie...
- Forêts connues dès avant 1830...
- Habitant de Saint-Pierre-les-Becquets est venu l'hiver en raquettes pour piéger au bord de la rivière Blanche. Plusieurs chasseurs visitent le territoire avant de s'installer. Édouard Leclerc, de Saint-Grégoire, remonte la rivière du Loup (une branche de la rivière Nicolet qui traverse cantons de Stanfold et d'Arthabaska) en 1832 ou 1833 pour s'installer à Stanfold. Leclerc est le premier à s'installer et à construire sa demeure sur le territoire des Bois-Francs.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 7 (27 janvier 1900) : 1.
4 No d'identification : 74

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, 3e partie.
L'installation du premier pionnier entraîne bientôt l'arrivée d'une forte émigration.
- Le manque de terres dans les seigneuries force la jeunesse à partir vers les États-Unis qu'elle n'aurait jamais dû connaître : les Bois-Francs sont une alternative.
- Trois pionniers venus de Saint-Grégoire joignent Leclerc dans Standfold.
- Un habitant de Baie-du-Febvre (Jean-Baptiste Lalonde) et son fils de Bulstrode ouvrent une terre dans Somerset, et le printemps suivant (1836), sa famille le rejoint. D'autres pionniers arrivent lentement.
- Ennui et isolement des colons, mais l'appel patriotique pour « s'emparer du sol » les fait partir l'espoir au coeur.
- Les premières semences donnent lieu à des belles récoltes qui font dire que la terre est très fertile. Le bruit s'en répand dans les paroisses du district de Trois-Rivières : arrivée de nouvelles familles dans les Bois-Francs.
- La colonisation se fait au prix de grandes souffrances.
- Difficultés pour atteindre les terres : il faut traverser la savane de Blandford, et surtout de Stanfold, qui n'est praticable qu'à pied et dans les saisons froides (marais). Chemin des colons couvert de branches pour passer à travers les bourbiers.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 8 (03 février 1900) : 1.
5 No d'identification : 90

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Sainte-Julie a un club du Bon Droit.
- La majorité d'entre ses membres considèrent que l'agriculture a plus d'intérêt que l'industrie manufacturière.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 9 (10 février 1900) : 3.
6 No d'identification : 116

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les Bois-Francs, suite et fin. (9)
Second obstacle pour les colons : le prix très élevé des terres et les conditions onéreuses imposées pour leur vente.
- L'appropriation d'une partie des terres par de grands propriétaires.
- Difficultés pour les colons de discerner entre une terre gouvernementale ou d'un grand propriétaire. Plusieurs, une fois la terre mise en valeur, se voient chassés.
- De nombreuses voix se sont élevées pour protester contre cet état de choses.
- CONCLUSION. Le but fixé était de décrire les obstacles à surmonter pour s'établir dans les Bois-Francs : il est atteint.
- La colonisation se poursuit, la prospérité s'installe, le paysage change. Des villages grandissent.
- La colonisation est l'oeuvre la plus importante à accomplir.
- Si nous voulons conserver notre nationalité, il faut s' « emparer du sol ».
- Quelques perspectives rayonnantes pour l'avenir des Bois-Francs.
- Appel à la colonisation des Cantons de l'Est-Bois-Francs, de préférence à l'exil en terre étrangère.
- Paroles d'espoir pour les futurs colons.
- Bonheur de demeurer dans sa patrie, encouragement à le faire.
- Adjuration à ceux qui s'exilent « malgré nos désirs » de conserver la foi catholique et la langue française et bénédiction finale à ceux-ci.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 14 (17 mars 1900) : 1.
7 No d'identification : 156

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y a peu d'érables à Lourdes, mais suffisamment pour récolter un peu d'eau. Quelques joyeux récits de sorties à la « cabane à sucre ». L'auteur en profite pour souligner que la récolte de sirop devrait être excellente cette année-là et pour vanter l'importance de cette industrie typiquement canadienne. Il rappelle que la feuille d'érable est l'emblème de l'« union des Canadiens-Français [sic] sur ce sol chéri ». Il souligne les divers usages du bois d'érable auquel nul autre ne se compare et termine dans un bel élan en faveur de la plantation d'érables en tous lieux.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 19 (21 avril 1900) : 3.
8 No d'identification : 210

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie l'article d'un juge qui s'oppose à la fusion des races au Canada, qui détruirait le peuple francophone. Selon lui, ceux qui veulent une fusion sont des ennemis de notre nationalité. Le juge appelle à parler le français hérité de notre mère patrie et qui fait la gloire de la civilisation chrétienne. Il est tout à fait contre la politique sous toutes ses formes.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 29 (30 juin 1900) : 1.
9 No d'identification : 229

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Présentation des qualités du bon cultivateur.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 32 (21 juillet 1900) : 2.
10 No d'identification : 262

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les cultivateurs ont fait bénir les grains et les légumes pour attirer la bénédiction du Père céleste sur les semences. Le rédacteur accorde une grande importance à ce respect des coutumes.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 21 (05 mai 1900) : 3.
11 No d'identification : 269

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Pour la Saint-Jean Baptiste (dimanche 24 juin), l'église avait été spécialement décorée et l'abbé a fait une allocution patriotique et religieuse à la grand'messe.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 29 (30 juin 1900) : 3.
12 No d'identification : 219

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Texte en l'honneur des Canadiennes françaises. On y vante leur foi, leur attachement à la famille, leur amour du sol ancestral, leur patriotisme, leur respect des lois, leur vertu, leur honnêteté, etc., et le fait que les mouvements féministes les laissent froides. Elles forment les futurs citoyens, leur apprennent le français. Elles sont immortelles par ces qualités.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 34 (04 août 1900) : 2.
13 No d'identification : 541

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les élèves du Séminaire de Nicolet ont célébré la victoire de M. Henri Bourassa dans la récente lutte électorale. « Le chef nationaliste a conquis les jeunes par son patriotisme ardent. »

Référence
La Gazette d'Arthabaska, vol. 1, no 29 (13 juin 1908) : 2..
14 No d'identification : 563

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Présentation du premier numéro du journal. Le directeur-propriétaire, Camille Duguay, signe lui-même cet article.
- L'auteur énumère d'abord un grand nombre d'institutions locales pour démontrer qu'il ne manque à peu près qu'un journal à la ville. Il remercie ensuite un grand nombre de personnes qui ont encouragé la création du journal (énumération de religieux et d'élus).
- Objectifs identifiés : « extérioriser les activités de sa vie [celle de Nicolet] morale, éducationnelle, sociale, commerciale et industrielle » et promouvoir le bien. « Le Nicolétain est né pour servir. » Il veut en faire un point de ralliement.
- Allégeances : se présente comme « attaché au mouvement religieux et éducationnel », c'est-à-dire soumis à l'Église. Il se déclare indépendant en matière de politique et se réserve le droit de soutenir l'homme, le parti ou le projet de son choix dans le meilleur intérêt du public.
- Toute personne est libre de s'y exprimer moyennant certaines restrictions énumérées.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 1 (06 décembre 1933) : 1.
15 No d'identification : 619

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Récit de la fête donnée pour les orphelins du Christ-Roi de Nicolet par les Soeurs Grises et les Dames de la Charité. D'abord, il y a un rappel des conditions excellentes dans lesquelles les Soeurs Grises élèvent les orphelins. Cela est suivi d'une description de l'arbre, du bonheur des orphelins et des quelques chants et discours présentés. Par la suite, on rapporte la découverte des cadeaux : les 209 bas (1 par orphelin) et les jouets et articles de première nécessité offerts (certains sont évalués). Quelques phrases sur le bonheur des Nicolétains présents et les vertus de la charité.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 3 (03 janvier 1934) : 1.
16 No d'identification : 635

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Discours de M. Duguay, propriétaire du Nicolétain. Il parle entre autres en faveur des collèges classiques, mais appelle à ce que l'on sache qu'ils ne conduisent pas qu'à la prêtrise ou aux professions libérales. Il souligne l'importance pour les jeunes d'entrer dans d'autres professions avec une bonne base scolaire : agriculture, entreprise, journalisme, etc. Il détaille les bienfaits des journaux et « leur mission nécessaire et divine », et assure que l'écrit sert à préserver « ce que nous avons de plus sacré : notre religion, notre langue, nos droits ».

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 5 (07 février 1934) : 1.
17 No d'identification : 744

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Annonce de la Shawinigan Water and Power Co. en faveur d'une laveuse électrique. Elle demande moins de labeur, elle est « balancée » pour éviter les vibrations et n'abîme pas les tissus délicats. Le modèle « S » est illustré : il coûte 79.50$. Conditions de paiements mensuels faciles : en parler au représentant (non identifié).

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 12 (23 mai 1934) : 3.
18 No d'identification : 753

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Visite du sénateur Lemieux à la réunion des anciens du Séminaire de Nicolet. Résumé de son discours. Il parle des changements dans Nicolet et au Séminaire depuis son passage il y a 40 ans environ. Il fait l'éloge de l'enseignement secondaire. Puis envolé poético-historique sur l'histoire du Canada, sa conquête par les peuples de culture latine, ses habitants, ses prêtres, ses découvreurs, la Conquête, le gouvernement responsable, etc. pour en revenir au 400e anniversaire de l'arrivée de Jacques Cartier, cette année, et la belle basilique qu'on construit en Gaspésie au lieu où on a planté la première croix.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 13 (06 juin 1934) : 1.
19 No d'identification : 758

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Texte tiré de la Tribune, écrit par M. L.O. David le 1er septembre 1883, et vantant les mérites d'Arthabaska. Beaucoup des personnalités connues sont nommées (par exemple Laurier, résident d'Arthabaska), ainsi que des attraits tels les paysages et les activités culturelles (poésie, musique, chant).

Référence
La Gazette d'Arthabaska, vol. 1, no 40 (29 août 1908) : 2.
20 No d'identification : 775

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Congrès de l'A.C.J.C. se tiendra à Nicolet à la fin de juin et portera beaucoup sur la jeunesse. « [...] [la crise] a ceci de bon qu'elle a forcé nos gouvernements à réfléchir. C'est alors que se sont posés avec plus de netteté que jamais les graves problèmes de décentralisation et de retour à la terre. Et c'est alors aussi qu'on réalisa quel grave péril menaçait nos jeunes prêts à s'établir : le grand point d'interrogation n'est pas encore effacé et c'est avec une angoisse croissante qu'on se demande : "que ferons-nous de nos fils?" [...] » La jeunesse doit prendre son sort en mains et assister au congrès. Mot émanant du comité régional de Nicolet.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 13 (06 juin 1934) : 2.
21 No d'identification : 793

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On rapporte une partie du texte de la conférence radiophonique de M. Philippe Desrosiers, agronome. Il parle au nom des « 500 fils de cultivateurs, qui font partie des clubs de jeunes du District Agricole No 7». Démonstration et plaidoyer en faveur de l'instruction pour les jeunes du milieu rural. Comparaison avec USA, et pays européens. Déficience en production agricole de la province (appuyé par une enquête sur le rendement dans le comté de Drummond). Campagne gouvernementale pour la culture de la pomme de terre dans les comtés de Drummond, Nicolet et Yamaska, il y a près de 5 ans, qui a conduit la région au rang d'exportateur de cette denrée actuellement vers les villes des environs. Importance de l'instruction et de l'application des méthodes rationnelles et scientifiques à la culture. Importance d'enrayer le mouvement des jeunes vers la ville. Importance des écoles d'agriculture malgré le retour à la terre et l'exode des villes vers la campagne. Comparaison entre les opportunités d'éducation en milieu urbain avec les opportunités d'éducation dans des écoles supérieures d'agriculture (tel que soutenu par l'action Nationale); apport des écoles de rang aux fils de cultivateurs.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 13 (06 juin 1934) : 4.
22 No d'identification : 778

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On annonce un modèle de « laveuse "Northern Electric" Balancée électrique ». On l'oppose aux longues heures passées à frotter sur un planche à laver, on affirme qu'elle nettoie même les tissus délicats et prolonge leur durée. Nouvel agitateur de genre français qui évite de tortiller le linge et construction balancée qui réduit la vibration. Achat facile en paiements mensuels. Illustration du modèle « S.P. », à 89.50$. Annonce de la Shawinigan Water and Power Co.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 11 (06 juin 1934) : 3.
23 No d'identification : 805

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Annonce de Shawinigan Water and Power qui veut encourager les lecteurs à acheter des appareils électriques en cadeau de Noël à divers membres de la famille (« toaster », percolateur, chauffe-lit pour berceau, fer à friser, lampe, radio). Ces différents modèles sont illustrés par des petits dessins les représentant.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 1 (06 décembre 1933) : 2.
24 No d'identification : 814

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
« Tribune libre pour le cultivateur » : texte d'opinion rédigé à Nicolet. On effleure le sujet de la préférence à donner au bois sur la houille puisque la Providence a mis un et pas l'autre dans la province. On effleure le sujet des immigrants Européens dans l'Ouest (il est contre ce peuplement trop rapide). Il parle du changement agricole qui oriente surtout l'agriculture du Québec vers la production laitière et les difficultés rencontrées (typhoïde causée ou non par le lait). Il s'insurge contre les importations venues de l'Ouest, la perte des marchés, la baisse des prix, etc, citant quelques chiffres. Il conclut que citadins et ruraux doivent acheter dans leur province.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 6 (21 février 1934) : 4.
25 No d'identification : 818

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'abbé Casgrain trace le tableau de la maison du cultivateur canadien. Description de la bâtisse blanche assortie d'une grange au toit de chaume, avec le fleuve à ses pieds. On décrit les boisés autour, la clôture de cèdre qui ferme le terrain et on assure qu'il ne faut pas confondre le cultivateur canadien avec le paysan français, car il est plus clair et plus religieux. On décrit l'intérieur du logis, les vêtements, quelques pièces du mobilier, les occupations des habitants (filer, tisser, etc.), la croix et le rameau, et on vante l'hospitalité de ce toit chrétien et familial, dont les moeurs n'ont pas changé depuis un siècle.

Référence
Le Nicolétain, vol. 1, no 7 (07 mars 1934) : 2.
1 - 25 sur 989 résultats