Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Saint-Germain
1 - 3 sur 3 résultats Imprimer
1 No d'identification : 12 503

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Lettre au rédacteur du Dr. V. Saint-Germain, qui veut rectifier l'information fausse que le journal «Le Canadien» a fait circuler, à savoir que la paroisse de Saint-Norbert est un château fort libéral. Le vent a viré depuis les dernières années, et les résultats de la dernière élection le prouvent: 103 votes conservateurs et 76 votes libéraux. L'auteur affirme que ledit journal a le droit de blâmer les actions du juge Plamondon, mais qu'il n'y mêle pas la partisanerie politique.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 47 (11 novembre 1882) : 2.
2 No d'identification : 12 821

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Article traitant de l'abus des lois médicales concernant les gens qui exercent la médecine sans diplôme. On prend pour exemple le cas d'un homme instruit d'Arthabaskaville, non licencié mais qui pratique en tant que médecin-homéopathe, qui a été condamné il y a quelques années pour infraction au statut en question. Il a dû refuser ses soins aux gens qui les réclamaient, pour avoir la paix avec la loi. Mais une femme condamnée comme incurable par tous les médecins, s'adressa à lui, et le dit médecin prit la précaution de s'entendre avec le mari de la malade pour qu'il assume les frais d'une condamnation judiciaire, si jamais pareille chose se présentait. Effectivement, l'homéopathe a été poursuivi, et le mari dut débourser la somme de 50$ pour les frais de l'action, mais eut le bonheur de voir sa femme guérie. On trouve dommage que la loi soit appliquée si strictement, car ainsi, ce sont les clients qui paient pour avoir à coeur de faire soigner les gens qu'ils aiment.
- Lettre du Dr. V. Saint-Germain, de Saint-Norbert d'Arthabaska, à propos du charlatanisme. Il déplore que le journal soit si indulgent envers un charlatan de sa localité, et dénonce très sévèrement toutes les illégalités et les moyens douteux employés par ces gens ignorants et crasses. Il rappelle la somme de connaissances nécessaires à la pratique de l'art médical, et fait les éloges des études et de l'instruction, tout comme de la noble mission du médecin dans la population (17, 17, p. 2).
- L'Union affirme être de l'avis du Dr. Saint-Germain à propos des droits des médecins et du charlatanisme. Mais il fait une exception pour le médecin-homéopathe en question. On affirme que s'il est charlatan aux yeux de la loi, il est bien au-dessus de cet épithète par la somme de ses connaissances. Il a fait son cours classique complet, il a étudié et pratiqué la médecine depuis vingt ans, il a lu les meilleurs auteurs de médecine. Si «l'on est médecin qu'à la condition d'étudier toujours», comme l'a cité le Dr. Saint-Germain, et bien le médecin-homéopathe dont il est question l'est à coup sûr, contrairement à d'autres collègues diplômés qui ne pourraient en dire autant.
- Longue réplique du Dr. Saint-Germain (17, 20, p. 2).
- Réplique d'un lecteur au Dr. Saint-Germain (17, 23, p. 2), (17, 24, p. 2), (17, 28, p. 2), (17, 31, p. 2), (17, 33, p. 2), (17, 34, p. 2-3), (17, 36, p. 2), (17, 37, p. 2), (17, 41, p. 2-3).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 33 (07 avril 1883) : 2 (suite: 17, 34, p. 2; 17, 36, p. 2; 17, 37, p. 2; 17, 41, p. 2-3).
3 No d'identification : 13 845

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Funérailles, le 30 juillet dernier, du notaire Philippe-Napoléon Pacaud (décédé le 27), à Saint-Norbert d'Arthabaska. Né le 22 janvier 1812, il était l’un des pionniers de la paroisse de Saint-Norbert et un héros de 1837. Après les troubles, il fut emprisonné pendant plus de trois mois. On dit que le clergé s'est rendu jusqu'à la maison mortuaire au-devant des dépouilles du défunt. On nomme les différents membres du clergé qui ont présidé aux cérémonies, ainsi que les membres du choeur accompagné à l'orgue par M. Roméo Poisson. Les porteurs des coins du poêle étaient les hon. MM. le juge Plamondon, Laurier, Frs. Langelier, M. Louis Fréchette, poète-lauréat, et MM. Pierre Latulippe et Eusèbe Drouin, cultivateurs de Saint-Norbert. De nombreuses fleurs ornaient la chambre mortuaire, dont une magnifique couronne d'immortelles venant du Dr. V. Saint-Germain, de West Warren (Massachusetts). Il y avait quatre générations réunies autour de la tombe: on nomme certains membres de sa famille. M. L.O. David, dans son livre sur les Patriotes, consacre plusieurs pages à la mémoire de M. Pacaud et de ses frères.
Le défunt était venu s'établir à Saint-Norbert en 1846.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 34 (02 août 1884) : 2.
1 - 3 sur 3 résultats