Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Powell
1 - 3 sur 3 résultats Imprimer
1 No d'identification : 14 067

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«M.M. Pidgeon et Powell, de Saint-Ferdinand d'Halifax, dissoudent leur association».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 26, no 48 (01 décembre 1892) : 2.
2 No d'identification : 12 727

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Un correspondant demande si le bureau du shérif a été pourvu de fonds nécessaires pour rencontrer les bons qu'il ne peut se faire payer. Le journal s'est informé et a appris que le gouvernement a envoyé 1 000$ à M. Powell, député shérif du district judiciaire d'Arthabaska, à la condition expresse d'être appliqué exclusivement aux dépenses du terme criminel. Les porteurs de bons n'ont donc que faire de se présenter. Le même correspondant veut aussi savoir les noms des cautions du shérif, afin de procéder contre elles pour le recouvrement de ses bons. On sait que jusqu'à septembre ou octobre dernier, le shérif avait une police d'assurance sur la fidélité dans la compagnie Citizen de Montréal, et on croit que cette compagnie est responsable pour les dettes contractées alors. Mais depuis cette date, le shérif n'a plus de cautions, c'est donc le gouvernement qui est responsable des dettes légitimes du bureau. On informe le correspondant qu'il trouvera réponse à sa troisième question (qui n'est pas énoncée) par l'entremise d'un député de la Chambre d'Assemblée, ou au département du Procureur Général, duquel relève le shérif et ses députés.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 11 (24 février 1883) : 2.
3 No d'identification : 14 256

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Plusieurs transactions foncières au village d'Arthabaskaville: M. Powell a vendu sa terre à M. Amédée Lavigne et M. Ed. Blanchette a acheté celle de M. Ferdinand Beauchène. Les deux acquéreurs sont deux rapatriés des États-Unis. M. Beauchène va se fixer dans la maison de M. Pépin, qu'il vient d'acheter. M. Théroux est
en marche de vendre sa ferme à M. Béland, riche cultivateur du nord. M. Ls. Caron, entrepreneur, est entré dans son nouveau cottage ces jours-ci.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 44 (11 octobre 1884) : 2.
1 - 3 sur 3 résultats