Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Pelletier
1 - 2 sur 2 résultats Imprimer
1 No d'identification : 13 169

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le pont de Sainte-Anne-du-Sault a été béni le 23 novembre, au milieu des paroissiens et de gens des paroisses environnantes. Étaient également présents: le curé de Saint-Louis, Charles Mailhot, et celui de Saint-Sylvère, Nestor Descoteaux. Des draperies aux couleurs éclatantes avaient été attachées au pont pour la cérémonie. Le discours de circonstance a été prononcé par l'Abbé C.F. Bailllargeon. Ce discours est retranscrit intégralement. L'Abbé Baillargeon a remercié entre autres le curé qui a investi deux ans d'effort dans ce projet de pont, l'entreprise qui a mené à bien le projet, l'agent de la manufacture de pulpe «qui a souscrit une somme généreuse pour tous ces travaux». À cela, il ajoutera: «Un bel avenir s'ouvre devant vous. nos terres sont fertiles, des voies de communication vous sont ouvertes dans toutes les directions, une voie ferrée traverse votre paroisse à quatre milles de distance de votre chapelle, un pont en fer relie maintenant les deux rives de cette rivière et servira à vous unir tous dans une même pensée et dans un même coeur». Puis, la bénédiction a été réalisée par le curé de Sainte-Anne, C. Lafond. Pendant cette cérémonie, une chorale a chanté un psaume. Puis, on donne plus de détails sur le pont: «Les chutes de la rivières Bécancour en cet endroit se composent de trois cascades bien tranchées, et c'est celle du milieu qui a été choisie pour asseoir le pont. Le culées du pont sont sur le roc vif et ont été faites par M. Napoléon Pelletier de Drummondville; c'est un excellent ouvrier en ct besogne fort épineuse. Le tablier métallique ou la partie en fer, a été construit par la compagnie Internationale de la Belgique. C'est une association [dont le bureau est à Montréal] puissante et dont les travaux ne laissent rien à désirer [...]. Le pont a 135 pieds de longueur; la distance entre la chapelle et le pont est de 16 arpents et le chemin est très bon et d'une largeur de 40 pieds. Ce pont a coûté à la paroisse 3500$ [le gouvernement du Québec ayant déjà fourni 5600$ et la compagnie de la manufacture de pulpe, 500$] [...]». On dit ensuite de Sainte-Anne que cette paroisse progresse rapidement: il y a de «coquettes» résidences (les noms de 5 propriétaires sont mentionnés); il reste plusieurs terrains à concéder «à des conditions faciles»; il y a une manufacture de pulpe près du pont, qui engage une trentaine d'hommes. «Cette manufacture a subi de grandes améliorations durant le cours de l'été, et maintenant elle livre au commerce 30 000 livres de 24 heures. On comprend facilement que cette fabrique est une excellente aubaine pour les cultivateurs de la paroisse».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 48 (04 décembre 1890) : 3.
2 No d'identification : 48836

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Notes locales »

Les travaux de construction de la gare de « l’Intercolonial » sont commencés. M. Napoléon Pelletier, maçon, en est l’entrepreneur. La gare mesurera 110 pieds de long et sera certainement un monument.

- Il s’agit d’une nouvelle locale de Drummondville.

Référence
«Notes locales», La Justice (28 avril 1905) : 3.
1 - 2 sur 2 résultats