Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Plante
1 - 3 sur 3 résultats Imprimer
1 No d'identification : 12 906

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Incendie important à Drummondville, le 29 juin: «Une grande bâtisse en pierre remplie de machines appartenant à M.L.A. Plante, agent pour la "Watson Mfg. Co" et le magasin de peaux et de cuirs de Shaw Bros & Cassils, ont été incendiés de fond en comble hier soir». La première industrie a perdu pour 3000$ (400$ d'assurance) et la seconde, 5000$. «Le feu qui a originé dans la bâtisse de M. Plante est probablement l'oeuvre d'un incendiaire».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 26 (03 juillet 1890) : 2.
2 No d'identification : 13 042

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Procès à Drummondville «qui crée un certain émoi dans la ville, vu la nature de l'accusation et la position des parties qui sont des citoyens bien connus». La cause, qui a été entendue devant les juges de Paix M.M. Dore, Bousquet & Lafond, est la suivante: L.A. Plante, qui tient le buffet du chemin de fer à Drummondville, accuse l'hôtelier Antoine Rocheleau d'avoir payé un dénommé Poudrette 75$ afin que ce dernier mette le feu à sa maison. Les juges de Paix ont déclaré qu'il y avait matière à procès criminel et la cause sera entendue le 22 octobre. Le Coroner Chèvrefils tiendra une enquête sur l'incendie.
- Cette cause (Rocheleau) a été entendue aux Assises criminelles, en octobre 1890. Pour plus de détails sur les témoins et l'enquête, voir 24, 43, p.2 et 24, 44, p.2. - Rocheleau a finalement été déclaré non coupable, aux Assises criminelles du 8 novembre (24, 45, p. 2).
- Poudrette, pour sa part, «a comparu devant le juge Desnoyers et a plaidé non coupable. Il se déclare en position de soutenir sa première déposition» (24, 49, p.2).
- «Deux témoins qui ont été entendus dans la cause de la Reine vs. Rocheleau, ont été arrêtés cette semaine, à Drummondville, par le constable Moulin, et amenés ici [à Arthabaska] où ils ont tous deux fourni cautionnement de comparaître au prochain terme de la cour du magistrat. Ces deux arrestations nous paraissent être la conséquence du procès qui s'est déroulé ici aux dernières assises criminelles. Nous aprenons aussi que d'autres arrestations doivent être faites résultant de la même affaire» (24, 51, p. 2).
- Le témoin Frédéric Poudrette a de nouveau été arrêté, cette fois pour vol d'une photographie. Il aura un procès en Cour criminelle. Il est aussi question du procès Rocheleau (25, 2, p. 2).
- Frédéric Poudrette [...] vient d'être condamné à subir son procès devant les petits jurés des assises criminelles de Montréal» (25, 11, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 35 (04 septembre 1890) : 2 (suite: 24, 43, p. 2; 24, 44, p. 2; 24, 45, p. 2; 24, 49, p. 2; 24, 51, p. 2; 25, 2, p. 2; 25, 11, p. 2).
3 No d'identification : 13 519

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Concernant les assises criminelles à Arthabaskaville: George Beaulieu a été déclaré coupable, de même que Cléophas Garant et Ferdinand Duquette.
Antoine Rocheleau et Amédée Duclos demandent un procès séparé: ils ont été accusés d'avoir mis le feu à la maison de L.A. Plante, le 30 mars 1890, à Drummondville. «Ce procès excite beaucoup de curiosité et d'intérêt: la salle d'audience est toujours remplie. Le plaignant et les accusés sont trois beaux-frères.
- Rocheleau a finalement été déclaré non coupable. «Une partie de la preuve qui avait été faite l'année dernière dans le procès contre le même accusé, pour avoir incité un nommé Poudrette à mettre le feu, n'a pas être produite à nouveau, la Cour a décidé que l'accusé ayant été acquitté sur ce chef, la preuve de ce fait n'était plus accessible». Les autres accusations contre Rocheleau et Duclos ont aussi été abandonnées. Beaulieu a été condamné à 6 mois de prison. Même sentence pour Cléophas Garant, condamné pour mise en circulation de faux billets, et pour Ferdinand Duquette (25, 44, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 25, no 43 (29 octobre 1891) : 2 (suite: 25, 44, p. 2).
1 - 3 sur 3 résultats