Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

White
1 - 5 sur 5 résultats Imprimer
1 No d'identification : 14 136

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Texte qui se nomme «En voyage», l'auteur prenant le train à Arthabaska Station pour Québec. Le train part à 10h45 a.m. On lui apprend le décès du surintendant du Grand Tronc sur cette section, M. Baily. Il parle de la sévérité du défunt pour les employés canadiens-français. Il s'interroge ensuite sur le fait que la salle des dames, à Arthabaska Station, a été préparée l'automne précédent et n'est pas encore ouverte: les dames n'ont pas d'endroit convenable où se tenir, elles doivent attendre à la merci des fumeurs et souvent sans pouvoir s'asseoir, dans une salle où malgré la vigilance de l'agent, M. White, on peut parfois entendre des propos peu décents. Trajet monotone entre Arthabaska et Stanfold: arbres dépouillés de feuilles et couverts de neige bordés par une longue clôture rarement interrompue par un chemin de bois. À la traverse de la rivière Nicolet, il se rappelle l'incendie qui a ravagé les moulins du concitoyen Raphaël Richard. Vendu, l'emplacement est en voie d'être reconstruit. Le collège de Stanfold est fermé depuis quelque temps, faute d'appuis. On y donnait le cour commercial. L'auteur déplore cette fermeture et suggère que les frères de la doctrine chrétienne pourraient seuls faire revivre cette institution. On parle du magasin de la famille Richard: Ls Richard l'a cédé à Ludger, son fils, lorsqu'il s'est retiré. Le seul médecin du village, le Dr Gravel, est parti pour les États-Unis mais on pense pouvoir le remplacer prochainement.
- Il y a peu de manufactures à Stanfold. Théophile Girouard y exploite le bois, ses moulins sont près du village, sur le chemin de Saint-Norbert. Il a des contrats de bois scié et donne de l'ouvrage à l'année à un certain nombre d'employés. Il a un «superbe cottage» près de ses moulins. Sur le trajet entre Stanfold et Somerset, des maisonnettes blanches longent la voie du Grand Tronc et le pays est montagneux. L'auteur compare le paysage à celui de vieilles paroisses, car les cultivateurs paraissent à l'aise et les terres bien cultivées. Le village de Plessisville est séparé civilement de la paroisse de Somerset. L'église de Plessisville est en pierre et le beau presbytère du curé Matte est neuf. Les soeurs grises ont un couvent où elles éduquent des jeunes filles; elles secourent aussi les malheureux et visitent les malades. Une rivière, qui traverse le village, fournit la force motrice aux moulins à farine, à carder et à scies de P. Robitaille. C. Roy a une nouvelle bâtisse de deux étages qui lui sert de résidence et de lieu d'affaire, car il est marchand. Il y a deux hôtels. M. Prince a une maison de pension et un «stage» qui conduit les voyageurs à Halifax, trois fois par semaine. M. Mignot a aussi un hôtel. L'auteur fait en voiture le trajet entre Somerset et Bécancour. Le marchand C. O. Genest, de Sainte-Julie, a une nouvelle maison et on parle un peu de son magasin. J. B. O. Legendre part arpenter des terrains incultes sur le parcours de la ligne d'Arthabaska vers Trois-Rivières.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 6, no 3 (21 décembre 1871) : 2 (suite: 6, 4, p. 2).
2 No d'identification : 10 406

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 4 octobre a eu lieu, à Inverness, l'exposition agricole de Mégantic. Y ont assisté: les «principaux citoyens du comté, le clergé catholique en tête». Dans les cantons d'Inverness et de Leeds, on dit que seule la race chevaline «n'offre rien de remarquable». Le beurre d'Inverness est reconnu. Explication: «les nombreux et beaux troupeaux de vache que l'on possède». Quant aux produits du potager, on affirme qu'ils «n'étaient pas abondants, et n'étaient pas de première qualité». Fruits peu variés, mais pommes de qualité. «Selon nous l'Exposition d'Inverness n'est pas ce qu'elle pourrait être. Si les Canadiens s'enrôlaient dans la Société d'Agriculture il y aurait plus d'émulation, et les résultats seraient meilleurs». Pourquoi les Canadiens y sont peu représentés? En raison de «l'exclusivisme de Messieurs les Écossais». Solution: créer deux Sociétés d'Agriculture, les anglais d'un côté et les Canadiens de l'autre. Durant l'Exposition, M.M. Turcot, Read et White ont fait des discours.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 40 (15 octobre 1887) : 2.
3 No d'identification : 13 683

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y aura bientôt deux élections dans le comté de Mégantic, l'une pour la chambre locale (en remplacement de l'hon. M. Irvine), et l'autre pour les Communes (dont le siège est devenu vacant par un jugement de la cour). Les libéraux ont choisi leur candidat pour les Communes en la personne de F. Langelier. Dimanche dernier et jeudi, fête de L'Ascension, ce monsieur est monté dans le comté où il a pratiquement commencé la campagne. Les «amis du gouvernement» (les conservateurs) ont eu une réunion publique et ont sollicité M. J.E. Turgeon, marchand de Sainte-Julie, pour être leur porte-drapeau. On dit aussi que Mégantic a été conquis par les conservateurs assez récemment. On élabore longuement sur la lutte de partis qui s'engage et on dit qu'il faudra opposer une ferme résistance au candidat Langelier, avocat, ex-député et ministre, professeur à l'Université Laval et maire de Québec. On revient aussi sur l'affaire Fréchette, que l'on entend bien venger de sa suspension. Pour la chambre locale, les candidats sont le Dr. Hume, conservateur, et un certain M. White. - M. Langelier a effectué des visites électorales à Saint-Ferdinand et Sainte-Sophie dimanche dernier (18, 25, p. 2). - La lutte s'est engagée dimanche de part et d'autre du comté. M. Turgeon a annoncé sa candidature après la messe à Sainte-Julie, et à Lyster après les vêpres. Il était assisté de MM. Desjardins et Prince, de Québec. À Saint-Ferdinand, M. T.C. Casgrain, conservateur, a rencontré M. Miville-Deschênes, libéral (18, 26, p. 2). - Le village de Plessisville a été le théâtre d'une joute oratoire et politique dimanche dernier. Outre les deux candidats, MM. Frs. Langelier et J.C. Turgeon, étaient présents l'hon. W. Laurier, MM. Bossé, T.C Casgrain et Chapais du Courrier du Canada, Chs. Langelier et Joseph Lavergne. M. Frs. Langelier a parlé le premier et s'est attaqué à la politique nationale, ou protection. M. Turgeon, qui est un homme d'affaires, a produit bonne impression par son grand sens pratique. Vint ensuite M. Lavergne, qui s'éleva contre le tarif des conservateurs, mais c'est M. Casgrain qui emporta vraiment les partisans par ses incriminations à l'égard de M. Laurier, qui ne manqua pas de bien se défendre par la suite (18, 27, p. 2).
- Tournoi politique à Sainte-Sophie, dimanche dernier. On nomme les hommes présents, outre les deux candidats: Bourbeau, Desjardins, Isidore Belleau pour les conservateurs; Dr. Rinfret, J. Lavergne et Achille Carrier pour les libéraux. On apprend que Sainte-Sophie a toujours été un château fort libéral (18, 29, p. 2).
- Présentation des candidats du comté de Mégantic à Inverness, jeudi dernier. L'hon. M. Caron, Thos. White, Thos. Chapais, J.E. Prince pour les conservateurs, et l'hon. W. Laurier, J. Lavergne, Chs. Langelier et L. J. Cannon du côté des libéraux étaient présents: assemblée très paisible (18, 30, p. 2). - L'élection de Mégantic s'est terminée par une majorité d'environ 30 voix pour M. Langelier (18, 31, p. 2). - M. Langelier est définitivement élu par 41 voix de majorité dans Mégantic pour la chambre fédérale. Le journal fait son appréciation des résultats, et tente de démontrer que le comté de Mégantic, même s'il est libéral en politique, a élu dans le passé ses représentants pour leurs qualités personnelles plutôt que pour leurs principes politiques, ce qui explique qu'on ait élu quelques conservateurs, entre autres M. Fréchette, M. Irvine, M. Richard. Le manque d'organisation dans les parties anglaises du comté expliquerait aussi la défaite des conservateurs. Plus loin, on donne le tableau des résultats de votation selon les municipalités. Seules celles qui appartiennent au territoire sont énumérées ici: Inverness, Inverness Ouest, Sainte-Anastasie, Halifax Sud, Halifax Nord, Somerset Nord, Somerset Sud, Plessisville. - Le décompte des bulletins devant le juge a donné définitivement 37 voix de majorité à Langelier (18, 33, p. 2). - L'élection de l'hon. Frs. Langelier sera bientôt contestée pour menées corruptrices par ses agents (18, 36, p. 2). - L'élection de M. Langelier est contestée par les pétitionnaires suivants: MM. Descoteaux de Sainte-Julie de Somerset et P. Tachereau de Notre-Dame de Lourdes. Les avocats de la demande sont MM. Cyrias Pelletier et I.N. Belleau. L'honorable M. Laurier sera l'avocat du défendeur (18, 40, p. 2). - Extrait des comptes de dépenses électorales du candidat Langelier, à l'élection d'un membre de la Chambre des Communes du Canada pour le district électoral de Mégantic, juillet 1884: Payé pour messages, charretiers, convocation d'assemblées, loyer de chambres, dépenses des orateurs, charges d'hôtel, listes électorales, dépenses personnelles du candidat, etc.: 1 359,59$. Signé F.T. Savoie, agent de l'hon. F. Langelier (18, 40, p. 3). - La discussion des objections préliminaires a été fixée au 24 octobre (18, 42, p. 2). - Jugement dans la contestation d'élection de Mégantic sur les objections préliminaires, qui sera entendu le 17 courant (18, 49, p. 2). - D'après un interlocutoire prononcé samedi matin par le juge Plamondon, l'instruction de la pétition d'élection dans la cause d'élection fédérale de Mégantic sera ouverte à Inverness le 20 janvier prochain (19, 4, p. 2). - Avis aux parties en cause dans cette affaire (Joseph Descoteaux et al., l'hon. C.F.S. Langelier) que la pétition d'élection sera instruite au Palais de Justice à Inverness, dans le comté de Mégantic, à 10 hrs a.m., le 20 janvier prochain et tels autres jours subséquents en autant que la chose sera nécessaire (19, 5, p. 3). - Le 28 courant, Son Honneur le juge Plamondon a renvoyé avec dépens les objections préliminaires produites par le défendeur dans la cause de l'élection locale contestée (19, 8, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 42 (24 mai 1884) : 2 (suite: 18, 49, p. 2 ; 19, 4, p. 2; 19, 5, p. 3; 19, 8, p. 2).
4 No d'identification : 14 278

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les «writs» ont été émis pour l’élection en vue du remplacement de l'hon. G. Irvine, dans le comté de Mégantic. La nomination aura lieu le 22 courant et la votation le 29. Le candidat ministériel est M. le docteur Hume, qui réside dans le comté. Les libéraux ont choisi M. Whyte (Leeds), un cultivateur. Le journal émet son opinion sur les partis actuels et sur l'hon. Dr. Ross (premier ministre) ainsi que sur M. Mercier (chef de l'opposition) et ne doute pas que le gouvernement conservateur préservera le pouvoir.
- La présentation des candidats a eu lieu mercredi, à Inverness. On dit que le comté de Mégantic est franchement libéral et que les conservateurs ont intérêt à bien s'organiser. On dit que M. Hume est beaucoup plus populaire que son adversaire et qu'il parle facilement le français, contrairement à M. Whyte de qui on dit qu'il est fanatique et francophobe (18, 46, p. 2).
- M. Whyte, libéral, est élu dans Mégantic, avec 15 voix de majorité, disent les uns, avec 43 disent les autres. On admet que les libéraux possédaient une organisation magnifique, avec M. Savoie à leur tête (18, 47, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 45 (18 octobre 1884) : 2 (suite: 18, 46, p. 2; 18, 47, p. 2).
5 No d'identification : 24 164

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L’élection de M. Johnston, député de Mégantic, est contestée. Le montant du dépôt a été souscrit par les électeurs amis de M. White.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 20, no 47 (27 novembre 1886) : 7.
1 - 5 sur 5 résultats