Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Pitau
1 - 9 sur 9 résultats Imprimer
1 No d'identification : 8 737

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À propos de la fête de la Saint-Jean Baptiste à Saint-Calixte de Somerset: La Société Saint-Jean Baptiste a été fondée dans cette paroisse en 1858. On parle de la décoration des rues (verdure et drapeaux). Début de la procession à 9h30 A.M., à partir de l'Institut Canadien. Les gens se sont ensuite dirigés vers l'église, munis de leurs bannières et de leurs insignes, pour assister à une messe solennelle. L'intérieur de l'église était décoré de jeunes érables «symétriquement disposés». Une des dames du couvent a joué de l'orgue et des élèves de ce même couvent ont chanté «l'Église Métropolitaine des Bois-Francs». Le curé de la paroisse, M. Damasse Matte, portaient des ornements nouvellement arrivés de Paris. Une petite pièce de théâtre fut jouée. Le nom des comédiens et de leur rôle sont inscrits. Les gens se rendirent par la suite au presbytère, pour saluer le président de la Société, le curé lui-même. On retrouve par la suite l'adresse intégrale présentée par l'avocat L.J. Pitau au président, ainsi que la réponse adressée par ce dernier aux officiers et membres de la Société Saint-Jean Baptiste de Somerset.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 3, no 30 (01 juillet 1869) : 2.
2 No d'identification : 13 682

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'avocat L. J. Pitau, de Plessisville, fait publier un texte qui regroupe des «considérations sur la prochaine élection d'un membre pour représenter le comté de Mégantic dans l'Assemblée législative de la province de Québec». Il prévoit que les élections auront lieu vers le milieu du mois de juin prochain. Son texte est divisé en 4 parties: historique de luttes électorales de 1832 à 1867; extraits du recensement de 1860-1861, richesses agricole, minière, forestière et position topographique; le passé, le présent et l'avenir du comté; la prochaine élection et le choix d'un candidat.
- Pour la 1ère partie: les luttes électorales dans le comté de Mégantic, 1832-1867. Rappel: le comté a déjà englobé d'autres cantons qui appartiennent maintenant à la Beauce. Avant 1832, il y avait moins de 2 000 âmes dans le comté et la loi ne leur permettait donc pas d'élire un représentant.
- L'élection de 1832 dure 15 jours et oppose M. Buchanan, agent d'émigration, de Québec, et Anthony Anderson, ancien marchand de Québec. Ce dernier l'emporte par une faible majorité. M. Buchanan avait auparavant conçu le tracé du chemin Gosford, fait exécuter des travaux par des arpenteurs et creusé une partie du tracé. - L'élection de 1834 dure 15 jours et oppose Robert Layfield au vainqueur John Greaves Clapham. Celui-ci demeure en poste durant les troubles de 1837, mais peu est alors fait pour le comté. Le chemin Gosford a peu avant reçu le nom du gouverneur, qui en est ravi et donne 300 livres pour aider à sa construction.
- L'élection de 1841, la première sous l'Union, voit l'élection par acclamation de L'Hon. Dominick Daly (plus tard Sir Dominick Daly, gouverneur général de l'Île du Prince Édouard) après désistement de son opposant, Clapham. Daly obtient un octroi de 10 000 livres pour le chemin Gosford: le chemin s'allonge. Daly est réélu en 1843, malgré l'opposition d'un certain Lloyd. Dans son nouveau mandat, Daly obtient un nouvel octroi pour le «grand chemin d'Arthabaska».
- L'élection de 1848 voit une troisième réélection de Daly, qui soutient la lutte contre Robert Layfield, candidat du «Comité de la réforme et du progrès de Québec». Daly doit cependant abandonner rapidement son poste et c'est Dunbar Ross, de Québec, qui le remplace. Dans cette élection (1850?), Ross l'emporte sur Robert Layfield, E. L. Pacaud (à présent avocat d'Arthabaskaville) et Angus MacDonald, propriétaire d'une manufacture de papier à Portneuf (ce dernier se retire de la campagne à peine quelques jours après son ouverture).
- L'élection de 1852 couronne John Greaves Clapham, qui défait Ross et F. L. Poudrier, arpenteur. Après cette élection, le comté est morcelé et une partie des cantons passe à la Beauce. Rien n'est fait pour le comté à la Chambre durant ce mandat. Ross conteste l'élection, mais n'aboutit à rien car les Chambres sont dissoutes en 1854. À cette élection, Clapham est battu par le Colonel Rhodes. À suivre.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 5, no 22 (04 mai 1871) : 2.
3 No d'identification : 13 713

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'avocat L. J. Pitau, de Plessisville, fait publier un texte qui regroupe des «considérations sur la prochaine élection d'un membre pour représenter le comté de Mégantic dans l'Assemblée législative de la province de Québec». Il indique donc que sous le règne de Rhodes parvinrent les premiers octrois pour les chemins
de colonisation, mais que la dépense ne fut pas toujours faite judicieusement pour les colons. Rhodes ne se porta pas candidat aux élections de 1858, qui furent remportées pars Noël Hébert, cultivateur de Sainte-Sophie d'Halifax. Il affrontait l'avocat Richard C. Pentland de Québec, le docteur Mackie de Leeds et le docteur James Reid, d'Inverness. Réélection de Hébert en 1861, contre les candidats Poudrier, Ross et Phelim John O'Neil. Il sera battu à l'élection de 1862 ou 1863 (texte obscur) par l'hon. George Irvine, actuellement député aux deux paliers de gouvernement pour le comté. Irvine a été réélu en 1867, les premières élections sous le régime constitutionnel, contre M. Triganne au fédéral et contre le docteur Reid au fédéral. Suit un tableau des élections, avec les candidats et les élus. Second tableau, avec les nombres de votes obtenus par chaque candidat dans les différents bureaux de vote (Inverness, Leeds et Thetford, Ireland et Coleraine, Nelson, Sommerset Nord, Sommerset Sud, Halifax Sud, Village de Plessisville).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 5, no 23 (11 mai 1871) : 2.
4 No d'identification : 13 805

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Élection des officiers de la Société Saint-Jean-Baptiste de Saint-Calixte de Somerset dimanche le 8 juin, après la messe, dans la salle de l'Institut canadien de Plessisville. Liste des élus et composition du comité de régie, où figurent N.C. Cormier et L. J. Pitau. Par respect pour le deuil où est plongé le pape Pie IX et pour les récents malheurs de la France, la société juge convenable de s'abstenir de démonstrations et réjouissances publiques le 24 juin, hormis en ce qui concerne la partie religieuse de la fête.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 5, no 29 (22 juin 1871) : 3.
5 No d'identification : 8 264

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Nombre de causes prises par les avocats de la Cour de Circuit du comté de Mégantic en 1880: Auguste Beaudry, 85; L.J. Pitau, 55; Gibsone & McMahon, 37; Sewell, Gibsone & Aylwin, 4; Eugène Crépeau, 1; Total, 182.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 5 (15 janvier 1881) : 2.
6 No d'identification : 8 629

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. L.J. Pitau, avocat et maire de Plessisville, a été élu à l'unanimité préfet du comté de Mégantic, mercredi le 9 mars courant, à la session générale du Conseil de ce comté tenue à Inverness.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 12 (12 mars 1881) : 3.
7 No d'identification : 9 729

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On parle de construire une manufacture de laine à Somerset. Les promoteurs sont N.C. Cormier, Thos. Kelly, P. Magnan, L.J. Pitau, Bertrand & frères.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 45 (29 octobre 1881) : 2.
8 No d'identification : 10 259

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À une session générale du Conseil Municipal du comté de Mégantic, tenue à Inverness le 8 du courant, James Reed, Ecr. M.D., a été unanimement élu Préfet dudit comté, en remplacement de L.J. Pitau, Ecr., en poste depuis les trois dernières années.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 13 (18 mars 1882) : 2.
9 No d'identification : 12 562

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Demoiselle Marie Hortense Joséphine, fille aînée de M. L.J. Pitau, avocat de Somerset, et de Dame Joséphine Elizabeth Bettez, a succombé le matin du 16 novembre dernier, à une attaque de paralysie. Elle était âgée de 24 ans, 6 mois et 11 jours. Elle avait ressenti un pareil malaise il y a six semaines dans les chars du chemin de fer du Nord, et avait consulté à Montréal le Dr. Ls. E. Desjardins, célèbre oculiste, sur ce que sa famille et plusieurs médecins croyaient être une affection de la vue. Elle a été internée pendant 15 jours à l'asile Nazareth, et est revenue à Somerset le 19 octobre dernier, en compagnie de son oncle le Dr. Bettez, chargé de lui faire suivre le traitement et de lui administrer les médicaments prescrits par ses médecins de Montréal. «Tout ce que la science médicale pouvait suggérer pour la ramener à la santé a été employé», mais elle rendit son âme à Dieu le 16 novembre, «munie de tous les secours, de toutes les consolations de la religion, ayant à son chevet ses chers parents et quelques amis dévoués, surtout le prêtre, son confesseur, ce grand médecin à l'heure suprême». On relate en détails ses derniers moments, on évoque les images religieuses suspendues dans sa chambre et son récent pèlerinage à Sainte-Anne dans le cours de l'été. On parle de «sa carrière ici bas» et de son dévouement exemplaire. Elle a été l'une des fondatrices, ainsi que conseillère et secrétaire, de la Congrégation des Enfants de Marie, établie dans la paroisse de Saint-Calixte de Somerset dans le courant de l'automne 1879, et érigée canoniquement par Mgr l'Archevêque de Québec le 26 octobre 1880. On relate les funérailles et on présente les membres du cortège, entre autres les jeunes filles des Enfants de Marie, habillées de noir et la tête couverte de voiles blancs. Après les funérailles, les Enfants de Marie se sont rendues à la résidence de M. Pitau, et lui ont présenté ainsi qu'à sa famille une adresse, dont le texte est relaté dans le journal. On dit avoir remarqué quelques coïncidences les jours du décès et de la sépulture: elle est morte le matin de la bénédiction solennelle des trois nouvelles cloches de l'église de Saint-Calixte de Somerset. C'est donc pour annoncer son trépas que l'antique cloche de l'église a sonné une dernière fois, et que les carillons des nouvelles cloches ont fait entendre leur premier glas. De plus, elle a été inhumée un samedi, jour spécialement consacré à la Sainte-Vierge.
- Lundi prochain le 19 novembre courant à 8 hrs. a.m. sera chanté à l'église paroissiale de Saint-Calixte de Somerset le service anniversaire de Delle Hortense Pitau (17, 49, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 51 (02 décembre 1882) : 2 (suite: 17, 49, p. 2).
1 - 9 sur 9 résultats