Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Plamondon
1 - 14 sur 14 résultats Imprimer
1 No d'identification : 7 123

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Arthabaskaville : «J. A. Cannon, Écr., greffier de la cité de Québec, était en ce village lundi, ainsi que E. Plamondon, écr., frère de l'Hon. juge Plamondon».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 39 (04 juillet 1878) : 4.
2 No d'identification : 12 718

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«La cause en contestation de l'élection des conseillers de ce village est venue devant la Cour lundi dernier. L'hon. juge Plamondon s'est récusé et la cause a été continuée».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 8 (22 février 1890) : 2.
3 No d'identification : 13 084

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Concernant la cause de Joseph Poisson contre J.O. Huard et autres, «qui a fait tant de bruit à Somerset»: «Il s'agissait d'une action de dommages de 5000$ prise par Poisson contre une trentaine de contribuables de Plessisville qui avaient demandé sa destitution comme officier de police. La Cour Supérieure présidée par l'Hon. Juge Plamondon avait renvoyé cette action avec dépens et la Cour d'Appel vient de confirmer ce jugement». Elle a aussi confirmé le jugement dans la cause Evans & al. vs Turriff & al.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 40 (09 octobre 1890) : 2.
4 No d'identification : 8 578

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Dans un article relatant l'incendie de la résidence de l'Honorable juge Plamondon, on apprend ainsi qu'il y a, en 1881, un juge résident à Arthabaskaville. Les pertes de sa magnifique villa sont évaluées à 12 000$.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 9 (12 février 1881) : 2.
5 No d'identification : 12 431

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Compte rendu de la session de la Cour du Banc de la Reine pour le district d'Arthabaska, tenue le 19 octobre. Le député shérif, J. Powell, s'adressa à l'Hon. juge Plamondon et lui exprima que vu qu'il n'y avait aucune cause criminelle à soumettre au tribunal, il se devait, selon les usages antiques, de lui remettre une paire de gants blancs, «en témoignage de la moralité presque immaculée de ce district». Le juge accepta et reconnut la moralité exceptionnelle de ce district, pourtant étendu et populeux, par l'absence en deux termes consécutifs de causes au criminel. Il remercia M. Georges Étienne Rioux, magistrat de district, pour son assistance assidue dans l'administration de la justice. Ensuite, Son Honneur attira l'attention de l'audience sur la cause impliquant la Corporation du canton de Warwick dans l'affaire des chemins d'hiver. Il exposa son mécontentement de voir le Gouvernement du Québec intervenir en ordonnant au shérif de suspendre la sentence à l'égard de la corporation. Il rappela que le shérif n'était point l'officier du gouvernement, mais de la cour fédérale. Il le somma d'agir rapidement, sans quoi le gouvernement verra que «le bras de la justice est assez long pour atteindre même les ministres provinciaux qui se permettent d'agir ainsi»,
- Dans le numéro suivant, le journal commente les remarques du juge Plamondon et émet son opinion sur l'exercice du pouvoir exécutif dans pareille situation. Dans la même page, on retrouve une lettre d'Eugène Crépeau qui tente de dénoncer l'injustice qui, d'après lui, a été commise à l'égard de la municipalité de Warwick. Il rapporte quelques faits en rapport avec l'incident judiciaire en question, pour justifier les agissements du gouvernement, qui a agi en toute justice, selon lui. Il souhaite que chacun reste «dans les limites du rôle que la loi lui assigne» (16, 45, p. 2).
- Long article du journal qui expose son opinion sur la façon dont certains journaux traitent l'incident judiciaire précédent, et qui présente ses réflexions sur les agissements du juge et des ministres provinciaux sur la question d'intervention. Il affirme que toute cette histoire n'aura eu pour effet que d'affaiblir le respect de la population à l'égard de l'autorité judiciaire et exécutive (16, 47, p. 2).
- Autre article sur l'incident judiciaire en question, qui a fait l'objet d'un débat en Chambre. On relate les propos de différents membres de l'Assemblée législative sur le sujet, dont le député du comté, M. Watts. Ce dernier a affirmé que l'intervention du gouvernement n'était pas justifiable (17, 7, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 44 (21 octobre 1882) : 2 (suite: 16, 45, p. 2; 16, 47, p. 2; 17, 7, p. 2).
6 No d'identification : 12 929

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le terme de la Cour de Circuit s'est ouvert jeudi sous la présidence de l'hon. juge Plamondon.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 27 (16 juin 1883) : 2.
7 No d'identification : 13 050

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le terme régulier de la Cour de Circuit s'est ouvert hier, sous la présidence de l'hon. juge Plamondon. Il y a peu d'affaires.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 40 (15 septembre 1883) : 2.
8 No d'identification : 13 198

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le terme de la Cour de Circuit est ouvert depuis jeudi. L'hon. juge Plamondon est sur le banc.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 1 (15 décembre 1883) : 2.
9 No d'identification : 13 213

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Brassard, sellier de Drummondville, a été admis à pratiquer comme huissier par l'hon. juge Plamondon.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 2 (22 décembre 1883) : 2.
10 No d'identification : 13 439

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Sa Grandeur Mgr. Laflèche, qui doit bénir une cloche demain dans l'église de Sainte-Victoire, se rendra pour les vêpres à Saint-Christophe. Une adresse lui sera présentée au nom des paroissiens par l'hon. juge Plamondon.
- Compte rendu du passage de Mgr. Laflèche à Saint-Christophe, dimanche dernier. L'église était remplie et plusieurs étrangers étaient présents parmi la foule. On retranscrit l'adresse lue par le juge Plamondon à Son intention. Sa Grandeur y répondit en termes brefs et fit ensuite le sermon du jour. Il félicita le clergé d'Arthabaska pour ses efforts déployés en vue de faire adopter la loi de tempérance (Scott Act). La plus grande partie de son sermon a d'ailleurs été consacrée à la tempérance. Après le salut, les principaux citoyens se rendirent au presbytère pour présenter leurs hommages à l'évêque. Il y eut une séance de chant et de musique le soir au couvent, où seuls Mgr et son clergé étaient admis. On retranscrit l'adresse présentée par les élèves à Sa Grandeur, ainsi qu'une autre adresse présentée au curé dont c'était l'anniversaire ce même jour. Ce dernier prit ensuite la parole pour remercier ses élèves et s'adresser à l'évêque en relatant les moments forts de son apostolat et les réalisations qu'il a permises dans le diocèse. Il manifeste son appui au combat de Sa Grandeur pour empêcher la division du diocèse, qui semble être le problème de l'heure. Étaient présents les membres du clergé suivants; Rvds. messires Pothier, curé de Warwick, Buisson de Saint-Norbert, Ed. Laflèche de Sainte-Victoire, Elz. Bellemare de Sainte-Hélène, Ed. Brunelle de Bulstrode, H. Bellemare de Saint-Rémi, O. Milot chapelain, A. Longval vicaire de Saint-Paul de Chester, J.H. Béland vicaire de Saint-Christophe, E. Béland Eccl. Ass. Secrétaire (18, 16, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 15 (22 mars 1884) : 2 (suite: 18, 16, p. 2).
11 No d'identification : 14 471

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Sur requête de Léopold Oscar Milot, marchand de la paroisse de Saine-Clothilde de Horton, il est ordonné que les parents et créanciers de son épouse séparée de biens, feue Dame Éléonore Marie Victorine Poulin de Courval, et à leur défaut les amis de ladite Dame, comparaissent devant le juge M.A. Plamondon au greffe de la Cour Supérieure pour la province de Québec, au village d'Arthabaskaville à 11 hrs a.m., lundi le 24 novembre, pour procéder à la nomination d'un curateur à la succession vacante de ladite Dame Éléonore Marie Victorine Poulin de Courval.
- Dans l'affaire de la précédente succession vacante: Louis Poulin de Courval, arpenteur du village d'Arthabaskaville, donne avis que le 24 novembre courant sur avis des parents et créanciers de la défunte, il a été dûment nommé curateur à sa dite succession vacante par l'honorable juge Plamondon. Tous les créanciers de ladite succession sont notifiés d'avoir à produire les réclamations entre ses mains immédiatement (19, 4, p. 3).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 49 (15 novembre 1884) : 3 (suite: 19, 4, p. 3).
12 No d'identification : 14 681

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Des malfaiteurs se sont introduits jeudi dans la nuit dans l'écurie de l'hon. juge Plamondon et ont tondu la queue de son cheval. Le juge offre une récompense de 5$ à quiconque lui fera connaître les auteurs de ce délit. En page 3, on retrouve une annonce pour cette dite récompense.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 19, no 11 (21 février 1885) : 2.
13 No d'identification : 12 708

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le terme de la Cour du Banc de la Reine au criminel s'ouvrira lundi prochain, le 20 courant, sous la présidence de l'hon. juge Plamondon. Il est douteux que le terme ait lieu, à cause de certaines irrégularités dans l'assignation des petits jurés. S'il a lieu, les accusés du meurtre de Ayotte auront leur procès. Chabot père sera défendu par M. Chalifour, associé de M. Crépeau, Chabot fils par M. Joseph Lavergne, Orr et Blanchette par M. Cannon.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 10 (17 février 1883) : 2.
14 No d'identification : 12 785

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Un magnifique ménage et une foule d'autres objets utiles seront vendus par encan par M. le shérif Quesnel, à sa résidence, mardi le 3 avril prochain. L'hon. juge Plamondon a loué la magnifique résidence du shérif Quesnel, qu'il ira occuper au 1er mai prochain. À la page suivante, on retrouve l'annonce du shérif: Grande vente de meubles de ménage, animaux, voitures, poêles, articles de forge tels qu'enclume, étaux, tour en fer, fer à bouilloires, fils d'acier, etc. «Le soussigné devant cesser de tenir maison vendra par encan public, une grande quantité de meubles de ménage consistant en sets de salon, salle à dîner, chambres à coucher, etc. le tout de première qualité... ainsi que chevaux, vaches, voitures». Conditions: moins de 10$ comptant, de 10 à 50$ trois mois, au-dessus de 50$. Un plus long délai pourra être accordé, des billets approuvés seront exigés. Les personnes désirant acheter à vente privée devront s'adresser au soussigné, avant le jour de la vente. Signé Auguste Quesnel.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 15 (24 mars 1883) : 2-3.
1 - 14 sur 14 résultats