Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Pacaud
1 - 25 sur 25 résultats Imprimer
1 No d'identification : 7 079

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'avocat E. L. Pacaud, un libéral originaire d'Arthabaskaville, a été nommé au Conseil de la Reine. Sa nomination est confirmée en page suivante (page 4).

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 35 (06 juin 1878) : 3-4.
2 No d'identification : 7 081

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Publicité offrant des terres à vendre dans les villages d'Athabaskaville et de Victoriaville, à Chester Ouest, à Kingsey Falls et à Tingwick. Ces terres sont vendues par E. L. Pacaud, avocat et propriétaire.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 35 (06 juin 1878) : 4 (suite: 1, 37, p. 4; 1, 38, p. 4; 1, 39, p. 4; 1, 40, p. 4; 1, 41, p. 4; 1, 42, p. 4; 1, 44, p. 4; 1, 47, p. 4; 1, 48, p. 4; 1, 51, p. 4).
3 No d'identification : 9 955

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'assemblée de dimanche à Stanfold, qui devait permettre aux électeurs du comté d'Arthabaska d'être renseignés à propos de l'annexion aux États-Unis, n'a pas eu un grand succès. Il y avait à peine 800 personnes, les citoyens ont refusés de suivre les orateurs, qui n'ont pas été crus. On souligne que les discours de Laurier et Gérin ont été différents, que le premier semble s'accorder aux plus avancées du parti libéral, moins l'exagération déshonnête, tandis que le second représentait les idées conservatrices. E.L. Pacaud a parlé dans le sens de l'annexionnisme. Comme Laurier et Gérin, MM. Crépeau, Piteau et Rainville ont protesté contre l'inopportunité de la rencontre. MM. Buies et Turgeon ont eu peu de succès. On présente les résolutions dues à Laurier. Il semble que la foule s'amusait beaucoup, riant des orateurs et votant à majorité des résolutions contradictoires.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 4, no 34 (28 juillet 1870) : 2.
4 No d'identification : 13 682

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L'avocat L. J. Pitau, de Plessisville, fait publier un texte qui regroupe des «considérations sur la prochaine élection d'un membre pour représenter le comté de Mégantic dans l'Assemblée législative de la province de Québec». Il prévoit que les élections auront lieu vers le milieu du mois de juin prochain. Son texte est divisé en 4 parties: historique de luttes électorales de 1832 à 1867; extraits du recensement de 1860-1861, richesses agricole, minière, forestière et position topographique; le passé, le présent et l'avenir du comté; la prochaine élection et le choix d'un candidat.
- Pour la 1ère partie: les luttes électorales dans le comté de Mégantic, 1832-1867. Rappel: le comté a déjà englobé d'autres cantons qui appartiennent maintenant à la Beauce. Avant 1832, il y avait moins de 2 000 âmes dans le comté et la loi ne leur permettait donc pas d'élire un représentant.
- L'élection de 1832 dure 15 jours et oppose M. Buchanan, agent d'émigration, de Québec, et Anthony Anderson, ancien marchand de Québec. Ce dernier l'emporte par une faible majorité. M. Buchanan avait auparavant conçu le tracé du chemin Gosford, fait exécuter des travaux par des arpenteurs et creusé une partie du tracé. - L'élection de 1834 dure 15 jours et oppose Robert Layfield au vainqueur John Greaves Clapham. Celui-ci demeure en poste durant les troubles de 1837, mais peu est alors fait pour le comté. Le chemin Gosford a peu avant reçu le nom du gouverneur, qui en est ravi et donne 300 livres pour aider à sa construction.
- L'élection de 1841, la première sous l'Union, voit l'élection par acclamation de L'Hon. Dominick Daly (plus tard Sir Dominick Daly, gouverneur général de l'Île du Prince Édouard) après désistement de son opposant, Clapham. Daly obtient un octroi de 10 000 livres pour le chemin Gosford: le chemin s'allonge. Daly est réélu en 1843, malgré l'opposition d'un certain Lloyd. Dans son nouveau mandat, Daly obtient un nouvel octroi pour le «grand chemin d'Arthabaska».
- L'élection de 1848 voit une troisième réélection de Daly, qui soutient la lutte contre Robert Layfield, candidat du «Comité de la réforme et du progrès de Québec». Daly doit cependant abandonner rapidement son poste et c'est Dunbar Ross, de Québec, qui le remplace. Dans cette élection (1850?), Ross l'emporte sur Robert Layfield, E. L. Pacaud (à présent avocat d'Arthabaskaville) et Angus MacDonald, propriétaire d'une manufacture de papier à Portneuf (ce dernier se retire de la campagne à peine quelques jours après son ouverture).
- L'élection de 1852 couronne John Greaves Clapham, qui défait Ross et F. L. Poudrier, arpenteur. Après cette élection, le comté est morcelé et une partie des cantons passe à la Beauce. Rien n'est fait pour le comté à la Chambre durant ce mandat. Ross conteste l'élection, mais n'aboutit à rien car les Chambres sont dissoutes en 1854. À cette élection, Clapham est battu par le Colonel Rhodes. À suivre.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 5, no 22 (04 mai 1871) : 2.
5 No d'identification : 13 738

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Élection des officiers de la Société Dramatique du village d'Arthabaskaville, lors de l'assemblée générale de la société tenue à l'Hôtel de ville le 15 mai. Sont élus, après dépouillement du scrutin: E.L. Pacaud et Auguste Quesnel, présidents honoraires (réélus); Eugène Crépeau, président, W. H. Felton, vice-président; A.A. Ouellette, secrétaire; P. J. Blanchard et M. Houan, directeurs. Blanchard, appuyé par J. A. Poisson, propose que la société donne une représentation le 24 juin. Blanchard, appuyé par L. Gaudet, propose qu'une copie des procédés de l'Assemblée soit transmise à l'Union des Cantons de l'Est pour publication.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 5, no 25 (25 mai 1871) : 3.
6 No d'identification : 14 405

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Poursuite d'Alexis Baillargeon contre la compagnie du Grand-Tronc. Baillargeon avait fait et déposé 410 traverses de bois sur le terrain du Grand Tronc à Stanfold, en mars 1871. Ces traverses ont été enlevées par les chars de la compagnie. Baillargeon demande 61,50$, prix de ses traverses. La compagnie prouve qu'elle a acheté ces traverses de Roderick McLeary, son fournisseur, qui les tenait de Edmund Turgeon de la Station de Bécancour, qui les avait obtenues de Bruno Daigle de Stanfold. Elle avait fait son achat de bonne foi, les traverses étaient des articles commerciaux. E. L. Pacaud plaidait pour Baillargeon, Wilfrid Laurier pour la compagnie. Il semble que, dans le cas d'articles de commerce, lorsque l'acheteur agit de bonne foi, le contestataire doit s'adresser à celui qui a vendu les articles sans les posséder (ici Daigle, de Stanfold), et que l’on ne peut contester la propriété à l'acheteur. Par conséquent, la plainte de Baillargeon est renvoyée avec dépens.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 6, no 13 (29 février 1872) : 2.
7 No d'identification : 14 486

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les stations télégraphiques d'Arthabaskaville et de Stanfold sont opérées par la Compagnie Télégraphique de Montréal. Il semble que dans au moins un cas, un télégramme ait mis quatre heures pour couvrir les 9 milles entre les stations (télégramme de A. C. Pacaud à E. L. Pacaud), ce qui est sujet de plainte selon le correspondant. Le journal souligne que de tels cas sont peu fréquents et que la compagnie fait tout pour envoyer rapidement les télégrammes. Les lignes seraient par contre souvent impraticables ou encombrées par les affaires, et c'est trop demander que d'avoir un message transmis immédiatement.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 6, no 16 (21 mars 1872) : 2.
8 No d'identification : 23 743

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Assemblée générale des membres de la société permanente de construction du district d'Arthasbaska, le 3 novembre, à Arthabaskaville.
- Procès verbal de la réunion, deuxième rapport annuel de la société et liste des actionnaires de classes A et B (avec le montant des actions de chacun). Parmi les actionnaires les plus importants: E.L. Pacaud (1 000$) (6, 49, p. 1).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 7, no 46 (23 octobre 1873) : 3 (suite: 7, 49, p. 1).
9 No d'identification : 9 519

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Honoré Mercier a été accueilli par une «foule considérable» à la gare d'Arthabaska, le 7 février 1887, alors qu'il se dirigeait vers Québec dans l'Express du midi, s'arrêtant à toutes les stations entre Saint-Hyacinthe et Québec. La fanfare de Victoriaville, des dames de l'élite et des électeurs étaient présents sur les lieux. Un banquet fut donné à M. Mercier par les femmes de Laurier et Lavergne. Le doyen du barreau, M. E.L. Pacaud, fit par la suite un discours. Après le départ de Mercier, Lavergne fit un discours, suivi de Rainville, Tousignant et Cannon.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 5 (12 février 1887) : 2.
10 No d'identification : 9 698

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À vendre ou à louer: trois propriétés de E.L. Pacaud, soit un Magasin en briques, à Victoriaville, en face de la fonderie; une maison à deux étages avec une boulangerie complète et une autre, près du Palais de justice. Les deux dernières sont à Arthabaskaville.
- Finalement, la maison en briques et ses dépendances, occupée par M. Barwis, a été vendue à «un canadien des États-Unis qui doit y ouvrir un hôtel» (21, 20, p.2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 15 (23 avril 1887) : 3 (suite: 21, 20, p. 2).
11 No d'identification : 10 184

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Dans un article concernant la nomination de E.L. Pacaud comme conseiller législatif pour la division Kennébec, il y a quelques notes biographiques sur M. Pacaud, avocat et homme d'affaires. Les notes concernent à la fois sa vie personnelle et son ascension politique.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 33 (27 août 1887) : 2.
12 No d'identification : 11 252

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
L’article mentionne que l’exposition agricole de la Société d'agriculture du comté d'Arthabaska aura lieu le 27 septembre. La valeur des prix (600$ au total) sera supérieure aux années précédentes. La souscription pour y participer est de 2$, comme par le passé. La liste des donateurs généreux envers qui la Société d'agriculture est redevable (de 1$) est disponible au bas de l'article. «Hâtons-nous de devenir membres de la Société car le délai pour le paiement expire le 5 septembre prochain et les listes des articles qu'on se propose d'exhiber devront être remises entre les mains du secrétaire-trésorier le ou avant le 15 septembre.»

Malgré le mauvais temps, environ 1 300 personnes (beaucoup moins que l'an dernier) se sont rendues à l'exposition sur le terrain d'Adolphe Guilmet.

L’article présente des commentaires positifs sur les espèces chevaline, bovine, mais surtout ovine, porcine et les volailles. Les produits de la ferme (navets, choux, patates et pommes) ne sont pas moins vantés, de même que les articles de manufactures domestiques. On dit de ces manufactures que «bon nombre de tissus pourraient soutenir avantageusement la comparaison avec ceux que produisent celles des villes et les surpassent de beaucoup en solidité et en durée.»

Après l'exposition, il y a eu un banquet. E.L. Pacaud y fit un discours sur le caractère indispensable de l'agriculture. Environ, 660 donateurs étaient présents et le nom des plus généreux est indiqué. Le nombre de membres de la Société d'agriculture du comté d'Arthabaska est de 250. L'auteur de l'article souligne le manque de moralité publique de gens qui, à la fin de l'exposition, étaient ivres, sous l'effet du Whiskey. (22, 39, p.2)

Finalement, l’article donne la liste des gagnants dans les diverses catégories d’exposants. (22, 40, p.1)

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 22, no 34 (25 août 1888) : 2 (suite : 22, 39, p. 2; 22, 40, p. 1).
13 No d'identification : 12 747

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Edouard Saint-Cyr, marchand général de Sainte-Clothilde, a fait faillite. Il a fait cession de ses biens le 14 mars, «à la demande de la succession E.L. Pacaud». Montant du passif: 51 000$. Montant de l'actif: pas encore connu. Il y aura une assemblée des créanciers le 5 avril, au palais de justice, pour nommer un curateur. «Mr St-Cyr faisait un commerce considérable, pour vingt-cinq à trente mille piastres d'affaire par année. Il a fait beaucoup pour le progrès à Sainte-Clothilde. Il a construit des maisons, ouvert des terres et donné depuis dix ans de l'ouvrage à un grand nombre de personnes. Il succombe aujourd'hui, victime des longs crédits et surtout de la dureté des temps».
- Liste de ce qui sera vendu lors d'un encan public, le 13 mai, à Drummondville: stock de magasin consistant en marchandises sèches (1 298,49$); vaisselle et verrerie (108,20$); groceries (338,83$); boulangerie (13,55$); hangars no. 2, 3 et 4 (314,90$); la cour (21,55$); chaussures (243,06$); ameublement (105,83$); ferronnerie (552,36$). Dettes de livres: 1 660,47$. Liste des terres également vendues à l'encan (24, 17, p.3).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 12 (20 mars 1890) : 2 (suite: 24, 17, p. 3).
14 No d'identification : 13 046

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La propriété de E.L. Pacaud, à Arthabaskaville, est à vendre. La résidence sera vendue avec l'aqueduc, la fournaise, les dépendances, les glacières et le «verger magnifique».
- Cette propriété sera vendue aux enchères publiques à la porte de l'église, à Arthabaskaville, le 23 décembre 1890: elle sera mise en vente à 2 000$ et sera payable en argent comptant ou quart comptant «avec hypothèque sur la propriété pour la balance payable dans cinq versements annuels avec intérêts à 6%» (24, 46, p. 3).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 35 (04 septembre 1890) : 3 (suite: 24, 46, p. 3).
15 No d'identification : 9 136

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«M. E.L. Pacaud a distribué parmi nos cultivateurs, de la graine de sorgho, canne à sucre, pour en faire la culture à titre d'essai».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 23 (28 mai 1881) : 3.
16 No d'identification : 9 266

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les betteraves auraient mieux résisté que d'autres cultures aux grandes sécheresses du début de l'été. Malgré certains manques dans la levée des lignes, dûs sans doute à la mauvaise qualité de la graine et à la défaillance des machines à semer, la récolte s'annonce favorable. On peut voir les plus beaux échantillons à Arthabaska, où MM. Achille Gagnon (10 arp.), E.L. Pacaud (25 arp.) et Théroux (100 arp.) ont de très beaux plants. Il en est de même à Saint-Wenceslas.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 32 (30 juillet 1881) : 2.
17 No d'identification : 10 643

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
E.L. Pacaud offre à tout cultivateur voulant cultiver à son profit, toute la terre neuve sur sa propre terre, vis-a-vis celle de Achille Gagnon «en ce village». Il fournira 2 1/2 minots d'avoine pour la semence de chaque arpent, à la seule condition de semer la graine de mil et de trèfle qu'il fournira, et de bien cultiver.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 23 (27 mai 1882) : 3.
18 No d'identification : 13 197

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Un bazar s'ouvrira dans le Palais de justice du village d'Arthabaskaville la veille de Noël, pour se terminer le 1er janvier. Le comité organisateur promet mille amusements variés pour le temps des Fêtes.
- L'ouverture du bazar est remise au dimanche précédent le 1er janvier (18, 2, p. 2).
- L'ouverture du grand bazar au profit de l'Église se fera dimanche le 30 courant, pour se continuer jusqu'à la fête des Rois. Il sera ouvert tous les jours de 10 hrs.
a.m. jusqu'à une heure avancée de la soirée. Des objets de toutes sortes seront exposés et mis en vente. Chant et musique seront sous la direction de M. Roméo Poisson. Une troupe de ménestrels donnera des représentations, telles opérettes et chansons comiques les plus en vogue. Une table de rafraîchissements sera toujours garnie des mets les plus succulents et sera à la disposition des visiteurs gourmets (18, 3, p. 2).
- Chronique du Bazar, où un dénommé Gaston évoque avec une certaine poésie toute la frénésie qu'on retrouve dans de telles circonstances. Il parle du décor du Palais de justice, où pour une fois la chicane n'a pas le haut du pavé, et où le siège du juge et les bancs des jurés sont envahis à la place d'objets divers qui n'attendent qu'à être gagnés: poupées, travaux d'aiguille, dessins, ouvrages de couture, quart de farine, montre, pantoufles, smoking cap, robes de bébé. Il vante
le mérite de M. Roméo Poisson, qui a entre autres joué du piccolo, et des autres artistes qui ont assumé l'animation musicale. Il parle finalement de l'élection traditionnelle, où les candidats cette année sont MM. E.L. Pacaud et Antoine Gagnon: l'un est le doyen du barreau d'Arthabaska et l'autre le doyen des résidents des Bois Francs. «Tous deux sont riches, influents, célèbres et possèdent des amis et des admirateurs sincères et puissants». Des centaine de votes sont déjà enregistrés pour chacun d'eux, et le gagnant recevra des dames du bazar un fauteuil de bureau (18, 4, p. 2).
- Un narrateur nommé Jean-Baptiste reprend, dans le même style que son correspondant précédent, la description des derniers jours du bazar. Il insiste particulièrement sur la façon dont les demoiselles et les dames s'y prennent pour soutirer quelques dons en argent des hommes présents, déployant tout leur charme et leurs sourires en cajoleries convaincantes. Plusieurs ont donc joyeusement vidé leur bourse durant les jours de ce bazar dédié à une bonne cause. Pour ce qui est de l'élection, Antoine Gagnon l'a emporté par une majorité de 35 voix sur son concurrent. Le gâteau des Rois a favorisé un jeune homme de 15 ans et une fillette de 7 ans (18, 5, p. 2).
- Remerciements de M. le curé pour l'implication des dames organisatrices du bazar qui y ont déployé toute leur énergie et leur bonne volonté, et à tous ceux qui se sont impliqués de près ou de loin. Le bazar a rapporté la somme de 781,73$, ce qui est un véritable succès si l'on tient compte de la dureté des temps et de l'état affreux des chemins durant toute sa durée. Dans les notes locales, on retrouve la liste des objets de valeur gagnés au bazar, ainsi que le nom des gagnants et leur lieu de résidence (Somerset, Québec, Arthabaskaville, Stanfold, Trois-Rivières, Saint-Christophe, Cap-Saint-Ignace) (18, 6, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 1 (15 décembre 1883) : 2 (suite: 18, 2, p. 2; 18, 3, p. 2; 18, 4, p. 2; 18, 5, p. 2; 18, 6, p. 2).
19 No d'identification : 13 256

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Nouvelles de «L'Électeur» à propos des funérailles de Mme H.T. Taschereau, fille de E.L. Pacaud. La musique était sous la direction de M. Roméo Poisson. Pendant le service, Mlle Adrienne Plamondon, fille de l'hon. juge, a chanté une poésie composée par son père spécialement pour la circonstance, ainsi qu'une autre poésie composée par «notre excellent poète M. J.A. Poisson». On reproduit le poème du juge Plamondon dans le journal. Tout le barreau d'Arthabaska et les officiers de la cour, le clergé, les élèves du collège et du couvent et une foule de citoyens importants étaient présents, dont M. Bourbeau, M.P. Les porteurs des coins du poêle étaient les hon. W. Laurier et Plamondon ainsi que le Dr. Gravel et M. Elz. Pouliot, avocat de Fraserville.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 17, no 52 (08 décembre 1883) : 2.
20 No d'identification : 13 508

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Au public du comté d'Arthabaska: un avis par écrit adressé au Secrétaire d'État du Canada et une pétition, adressée au Gouverneur-Général en Conseil, ont été émis pour obtenir la mise en application de la deuxième partie de l'Acte de Tempérance du Canada (1878) dans ledit comté d'Arthabaska. Ces avis et pétitions portent les signatures véritables du quart au moins des électeurs du comté d'Arthabaska, et seront déposés au bureau du Registrateur dudit comté pour que le public puisse en prendre connaissance, dix jours durant, à compter du 10 avril prochain. Signé E.L. Pacaud, L.J. Cannon, P.L. Tousignant, électeurs du comté d'Arthabaska.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 15 (22 mars 1884) : 3.
21 No d'identification : 13803

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Assemblée des membres du barreau du district d'Arthabaska tenue au Palais de Justice d'Arthabaskaville le 5 juillet dernier, à 3 hrs. p.m. Étaient présents: MM.
E.L. Pacaud C.R., Eugène Crépeau C.R., W.H. Felton, J. Lavergne, L.G. Houle, Chs. J. Powell, L.J. Cannon, M.J.A. Poisson et A.T. Chalifour. On nomme aussi les autres membres du barreau: W. Laurier, G. Austin, Pitau, E.J. Hemming, W.J. Watts, J.U. Richard, A.T. Paré, P.J. Blanchard et J.S. Doucet. On procède au compte rendu de l'assemblée. Entre autres, on fait l'élection des officiers parmi les membres de la nouvelle section. Il est proposé par Eugène Crépeau et secondé par J. Lavergne que messieurs Chs. J. Powell et M.J.A. Poisson soient nommés pour dépouiller les bulletins. Les scrutateurs rapportent que E.L. Pacaud est élu Bâtonnier de la nouvelle section, à l'unanimité. E.J. Hemming est élu syndic, L.J. Cannon trésorier et A.T. Chalifour secrétaire. W. Laurier, Eugène Crépeau et W.H. Felton sont élus membres du conseil de la section. Les membres du conseil désignent W. Laurier comme délégué et Crépeau, Lavergne, Watts et Cannon comme examinateurs.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 32 (19 juillet 1884) : 2.
22 No d'identification : 14 910

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le doyen de notre barreau, E.L. Pacaud, a été réélu bâtonnier de la section d'Arthabaska.
- Dans un autre article: les membres du barreau de cette section se sont réunis en assemblée générale au Palais de Justice, vendredi dernier, pour procéder à l'élection des officiers devant composer le Conseil de cette section. Liste des officiers élus pour l'année: bâtonnier: E.L Pacaud, C.R.; Syndic: M.E.J. Hemming; trésorier: M.L.J. Cannon; secrétaire: M.P.H. Côté; membres du conseil: MM. Eugène Crépeau, C.R., W.H. Felton et Joseph Lavergne.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 19, no 22 (09 mai 1882) : 2.
23 No d'identification : 14 994

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La réunion annuelle des membres du Conseil Provincial a eu lieu à Québec. Pour la section du barreau d'Arthabaska, Laurier et E.L. Pacaud étaient présents.
M. E.L. Pacaud a été élu à l'unanimité bâtonnier.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 19, no 26 (06 juin 1885) : 2.
24 No d'identification : 15 012

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On extrait de «La Patrie» un article sur Monsieur E.L. Pacaud, nouveau bâtonnier général de la province. On vante les mérites et les qualités du personnage, et on relate quelques étapes de sa carrière: avocat depuis 1836, commissaire des banqueroutes, président des sessions, juge assistant de la Cour du Banc de la Reine, candidat à Mégantic en 1850 (défait par seulement 24 voix) et journaliste à ses heures.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 19, no 27 (13 juin 1885) : 2.
25 No d'identification : 24 094

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La société légale entre E.L. Pacaud et L.J. Cannon, avocats, a été dissoute: M. Cannon pratiquera seul à Arthabaskaville, dans la nouvelle maison d'Aimé Dion, en face du collège.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 20, no 34 (28 août 1886) : 6.
1 - 25 sur 25 résultats