Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Pacaud
1 - 6 sur 6 résultats Imprimer
1 No d'identification : 6 836

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Arthabaskaville : «L'Hon. M. Langelier, Commissaire des Terres de la Couronne, était dans ce village mardi dernier. Il était l'hôte de Ernest Pacaud, écuier».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 24 (14 mars 1878) : 4.
2 No d'identification : 6 928

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Avis : «Le deuxième jour d'Avril mil huit cent soixante et dix huit. Philippe Olivier alias Ernest Pacaud Écuier, avocat, du village d'Arthabaskaville (demandeur) vs Joseph Résène Paris du Township de Chester Est (défendeur)». Ce dernier a quitté la province de Québec.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 27 (04 avril 1878) : 4.
3 No d'identification : 7 055

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Déclarations de Siméon Fraser, notaire de L'Avenir, affirmant que P. L. Tousignant a encouragé de jeunes gens à empêcher Ernest Pacaud de parler. Cet incident serait arrivé à l'occasion du discours échangé entre MM. Watts et Léonard, près du Palais de Justice d'Arthabaskaville.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 32 (16 mai 1878) : 3.
4 No d'identification : 7 092

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Il a plu à Son Excellence le Lieut.-Gouverneur de la Province de Québec, de nommer Ernest Pacaud, écuier, avocat du village d'Arthabaska-Ville, Pronotaire de la Cour supérieure, Greffier de la Cour de circuit et Greffier de la couronne pour le district des Trois-Rivières, en remplacement de E. Barnard, écuier, dont la commission a été révoquée».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 37 (19 juin 1878) : 3 (suite: 1, 38, p. 3).
5 No d'identification : 7 249

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Arthabaskaville : «M. McMahon, avocat de Montréal, est établi ici comme avocat pratiquant. Il tient son bureau à l'ancien bureau de Ernest Pacaud».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 47 (29 août 1878) : 3.
6 No d'identification : 13 189

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le gouvernement du Québec accordera des subsides à la Compagnie de chemin de fer d'Arthabaska et Wolfe que si elle construit d'ici deux ans la voie ferrée
entre Victoriaville et Arthabaska, en passant par Saint-Christophe, Saint-Paul-de-Chester, Ham Nord et Ham Sud. «On nous dit que les travaux commenceront incessamment. [...] La partie du comté d'Arthabaska que doit traverser cette nouvelle voie ferrée aura donc sous peu, la voie de communication qui lui manquait, pour l'écoulement de ses produits agricoles. Les trains de cette nouvelle ligne devant faire connexion avec ceux du Boston & Maine, nous aurons d'ici aux États-Unis, un trajet direct; ce qui conséquemment rendra le voyage beaucoup plus court et moins dispendieux que par n'importe quelle autre voie».
- «Le chemin de fer que nous désirions depuis si longtemps pour notre village semble enfin assuré». Texte intégral de la loi adoptée concernant ce chemin de fer entre Arthabaska et Wolfe. Il est dit entre autres qu'une subvention de 3 200$ par mille pour une distance de 60 milles et n'excédant pas 192 000$ sera accordée.
Il y a ensuite une liste de conditions (ex.: que le chemin passe par Arthabaskaville). Ces conditions sont une demande de L.J. Cannon et de Louis Lavergne, représentés dans le comté par Ernest Pacaud. Le député Girouard «a aussi donné son concours actif» (25, 1, p.2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 52 (31 décembre 1890) : 2 (suite: 25, 1, p. 2).
1 - 6 sur 6 résultats