Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Plamondon
1 - 25 sur 48 résultats Imprimer
1 No d'identification : 5 636

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Début du procès des assassins de Zéphirin Ayotte, tué le 27 décembre 1882 à la station d'Arthabaska, commencé devant le juge Plamondon. Les accusés sont R. Chabot, J. Chabot, N. Blanchet et J. Orr.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 3, no 7 (01 mars 1883) : 3.
2 No d'identification : 5 656

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
On reproduit la sentence du juge Plamondon lors de la condamnation de Romain Chabot pour le meurtre de Zéphirin Ayotte. On y retrouve toute l'histoire: Ayotte aurait prononcé à l'égard de Mme Chabot des paroles n’ayant pas plu au mari. Il a préparé sa vengeance dans l'après-midi, puis s'est rendu avec trois complices à l'endroit où il savait retrouver M. Ayotte et ils ont battu l'homme à mort. M. Romain Chabot est condamné pour meurtre: il sera pendu le 11 mai. La sentence rendue contre son fils, Jos. Chabot, est celle d'homicide sans préméditation: dix ans de pénitencier.
- Tentative de Romain Chabot de s'évader de la prison d'Arthabaskaville. Il tentait de scier les barres de la fenêtre quand des gens du dehors ont averti le geôlier. Il s'est rendu dans sa cellule avec un homme de police et l'a pris sur le fait. Le condamné est tombé dans un état de prostration, il clame son innocence car il ne sait pas qui a porté le coup fatal. Il reçoit chaque jour les secours de la religion.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 3, no 9 (15 mars 1883) : 3.
3 No d'identification : 6 676

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Le Défendeur M. D. O. Bourbeau a produit il y a quelques temps des objections préliminaires à l'encontre de la Pétition, demandant l'annulation de son élection et sa déqualification. Mardi dernier, M. J. Lavergne l'avocat des Pétitionnaires, a fait motion devant son Honneur le Juge Plamondon, pour faire fixer un jour pour plaider ces objections. À la demande des avocats de M. Bourbeau, cette motion a été continué à lundi prochain». Voir la fiche numéro 6591.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 19 (07 février 1878) : 2.
4 No d'identification : 6 797

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Les Grands Jurés ont recommandé au gouvernement l'usage des serrures inventées par M. le Shérif Quesnel, pour les portes de la prison». «L'adresse de M. le Juge Plamondon, aux grands Jurés, a été comme d'habitude, habile et éloquente. A. A. Roy, écr., de Plessisville, était le chef des Grands Jurés».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 21 (21 février 1878) : 4.
5 No d'identification : 9 712

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y aura un bazar à Arthabaskaville au mois d'août. «Les élections ont eu lieu dimanche après la messe et les dames se sont de suite mises à l'oeuvre». La présidente est la femme du juge Plamondon. Les autres femmes du comité sont Mme W. Laurier (vice-présidente), E. Ouellet (trésorière) et P.L. Tousignant (secrétaire). Les profits du bazar serviront à terminer l'intérieur de l'église.
- Liste des souscripteurs du bazar, avec le montant donné par chacun (21, 18, p. 3). Suite de la liste (21, 19, p. 3).
- Concernant le bazar: «Les dames directrices sont à l'oeuvre, préparant des ouvrages, recueillant des souscriptions, et sollicitant des dons». Des dons proviennent même de Québec (Cyrille Duquette et Arthur Lavigne). C'est la présidente qui s'est rendue là-bas pour solliciter des dons. «Plusieurs Dames ont promis d'envoyer des cadeaux au bénéfice de l'oeuvre». Liste de quelques personnes à qui ces cadeaux seront donnés (21, 24, p. 2).
- Après une réunion des dames directrices du bazar, il a été décidé que ce dernier n'aurait lieu qu'en octobre. «En attendant, il y a beaucoup d'ouvrage sur le métier, et les cadeaux affluent» (21, 26, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 17 (07 mai 1887) : 2 (suite: 21, 18, p. 3; 21, 19, p. 3; 21, 24, p. 2; 21, 26, p. 2).
6 No d'identification : 10 048

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le juge Plamondon a obtenu un congé de 12 mois: il partira en vacances dans le golfe.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 25 (02 juillet 1887) : 2.
7 No d'identification : 10 050

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Dans la cause de Lainess et Girouard, en la matière de l'élection contestée du défendeur comme député de Drummond et Arthabaska, les objections préliminaires du défendeur ont été maintenues et la pétition d'élection a été renvoyée par Son Honneur le juge Plamondon. Et dans la cause de Whyte et Johnson, élection locale contestée de Mégantic, l'Honnorable juge a rejeté les objections préliminaires du défendeur avec dépens».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 25 (02 juillet 1887) : 2.
8 No d'identification : 10 094

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 5 juillet, le juge Plamondon a rendu son jugement concernant une offense à l'Acte Scott ou Acte de tempérence du Canada (1878). A.B. Desrochers est accusé par M. Côté, percepteur du revenu, devant le magistrat G.E. Rioux, d'avoir vendu des boissons spiritueuses dans les limites du comté d'Arthabaska. Finalement, la requête a été rejetée, entre autres parce que «le dit Acte de Tempérence de 1878 n'est pas et n'a jamais été mis légalement en force dans le comté d'Arthabaska». Pour voir le jugement intégral et détaillé, retourner à l'article.
- Cette cause a été portée devant la Cour supérieure et le jugement a été le suivant: «que la loi ayant été mise en vigeur par un ordre en Conseil après l'expiration des délais accordés par l'acte pour attaquer les procédés de l'élection, elle n'avait pas à voir au delà de la proclamation publiée à cet effet». L'appelant veut se rendre en Cour Suprême (22, 6, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 26 (09 juillet 1887) : 3 (suite: 22, 6, p. 2).
9 No d'identification : 10 204

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La Cour de Circuit s'est ouverte «hier», mais fut remise à «ce matin» faute de juge.
- «Le barreau d'Arthabaska attend toujours un juge pour le terme d'octobre [...]. Son Honneur le juge Plamondon a obtenu un congé d'un an» (21, 37, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 21, no 36 (17 septembre 1887) : 2 (suite: 21, 37, p. 2).
10 No d'identification : 11 511

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le juge Plamondon viendra à Arthabaskaville le 21 novembre pour ajourner les cours de Circuit et Supérieure au 3 décembre. «Ainsi il n'y aura pas d'audition des causes dans le présent terme de la Cour». Le juge Plamondon, qui avait des problèmes de santé, reprendra ses fonctions au mois de décembre.
- Liste des causes qui seront entendues à ces deux cours (22, 47, p. 3).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 22, no 46 (17 novembre 1888) : 2 (suite: 22, 47, p. 3).
11 No d'identification : 11 557

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La manufacture de Plessisville a été jugée insolvable, le 21 novembre 1888, par le juge Plamondon. Sa mise en liquidation a été ordonnée. Il y aura une assemblée des créanciers au Palais de justice, le 7 décembre 1888, pour nommer des liquidateurs.
- Le stock de cette manufacture a été vendu à l'encan, «jeudi dernier» (en mars 1889), à Somerset (23, 11, p. 2).
- Profit de la vente: environ 3 500$, soit à peu près le quart de la valeur réelle. «On dit qu'une manufacture d'un nouveau genre s'y établira au printemps» (23, 12, p.2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 22, no 48 (01 décembre 1888) : 3 (suite: 23, 11, p. 2; 23, 12, p. 2).
12 No d'identification : 11 561

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le terme de la Cour Supérieure du district d'Arthabaska commençait le 3 décembre, présidé par le juge Plamondon. Étant donné son absence pendant «plusieurs mois», une adresse de bienvenue (qui est intégrale dans l'article) lui est présentée. Sa réponse est également retranscrite dans le journal.
- Cette cour a siégé du 14 au 16 décembre 1888 et «plusieurs» jugements ont été rendus (22, 51, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 22, no 49 (08 décembre 1888) : 2 (suite: 22, 51, p. 2).
13 No d'identification : 11 587

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le juge Plamondon préside «actuellement» la Cour de Circuit (10 causes) et la Cour Supérieure (22 causes). Liste des jugements rendus.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 3 (19 janvier 1889) : 2.
14 No d'identification : 11 799

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le terme mensuel des cours de Circuit et Supérieur est ouvert depuis le 16 mai, présidé par le juge Plamondon.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 20 (18 mai 1889) : 2.
15 No d'identification : 11 811

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Liste des jugements rendus entre le 16 et le 21 mai à la Cour de Circuit et le 20 mai à la Cour Supérieure, par le juge Plamondon.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 21 (25 mai 1889) : 2.
16 No d'identification : 12 416

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Décès du marchand de Baie du Febvre Dosithé Gélinas, le 30 juillet, à Sainte-Brigitte des Saults. Quelques notables de la région étaient présents aux funérailles, par exemple le juge Plamondon et le docteur Gladu.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 31 (03 août 1889) : 2.
17 No d'identification : 12 500

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le juge Plamondon présidera, pendant une semaine à partir du 16 septembre, les cours de Circuit et Supérieure.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 37 (14 septembre 1889) : 2.
18 No d'identification : 12 509

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le shérif J.A. Quesnel est décédé le 26 septembre 1889, à l'Hôtel-Dieu de Montréal, «après deux jours seulement de maladie».
- Article détaillé sur les funérailles de M. Quesnel. Le nom de plusieurs personnes présentes est inscrit (exemple: le juge Plamondon). On y apprend aussi la présence des Frères du Sacré-Coeur et des Soeurs de la congrégation, avec leurs élèves. «L'église, dont monsieur Quesnel fut le bienfaiteur, avait revêtu ses plus riches teintures de deuil [...]. [...] La dépouille mortelle de monsieur Quesnel repose dans l'église près des cendres de Madame Quesnel et de son fils aîné» (23, 40, p.2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 29 (28 septembre 1889) : 2 (suite: 23, 40, p. 2).
19 No d'identification : 12 536

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Compte rendu détaillé de la séance de la Cour criminelle du 22 octobre, tenue à Arthabaskaville, sous la présidence du juge Plamondon. Liste des officiers de la Couronne et des grands jurés. Verdicts donnés concernant différentes causes, dont les accusations de négligence (pour n'avoir pas tenu en bon ordre le chemin public) portées contre les conseillers municipaux d'Arthabaskaville (ils ont finalement été jugés non coupables). Il y a ensuite une lettre intégrale des grands jurés, adressée au juge Plamondon. Il est dit entre autres: «Qu'ils ont visité la prison et l'on trouvée propre et bien tenue; mais qu'ils croient de leur devoir de faire les suggestions suivantes: 1) Que dans la chambre des grands jurés il devait y avoir une bonne table pour y pouvoir écrire; 2) Que dans les corridors de la prison les appareils de chauffage devraient être fixés solidement afin de ne pouvoir être enlevés par les prisonniers; 3) Que les clefs qui servent à ouvrir et fermer les tuyaux des appareils de chauffage devraient être placées hors de la portée des prisonniers; 4) Que les planchers dans les lieux d'aisance ne sont pas suffisamment sûrs pour prévenir l'évasion des prisonniers et qu'ils devaient être renouvelés en matériaux aussi solides et même plus solide que dans les autres parties de la prison;
5) Qu'ils ont constaté dans les sheds de la Cour la présence d'une certaine quantité de paille ce qui constitue un danger immédiat d'incendie. [...] Qu'en visitant la prison ils ont constaté qu'il n'y avait qu'un seul prisonnier et que celui-ci s'est plaint à eux de l'insuffisance de nourriture». La lettre est signée Louis Triganne, foreman. Aux séances des 23 et 24 octobre, John C. Amstrong a comparu pour détournement de fonds (il a finalement été jugé non coupable). M. Lavergne a fait application pour un «jury mixte», comportant des petits et grands jurés. Des petits jurés ont alors été assermentés.
- Un autre prisonnier vient d'être admis à la prison d'Arthabaskaville: il s'agit de Borromé Lavigne, accusé d'assaut grave sur son frère (23, 45, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 43 (26 octobre 1889) : 2 (suite: 23, 45, p. 2).
20 No d'identification : 12 561

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les 6 et 7 novembre dernier, le juge Plamondon a entendu la cause Champoux vs. Paradis, ayant «pour objet de régler les difficultés survenues à l'occasion de l'élection du défendeur comme marguillier. Cette cause a été transférée de Trois-Rivières jusqu'ici, sur réccusation du juge Bourgeois».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 45 (09 novembre 1889) : 2.
21 No d'identification : 12 568

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le terme de la Cour de Circuit et de la Cour supérieure s'ouvre «aujourd'hui» à Arthabaskaville, sous la présidence du juge Plamondon.
- Autre terme la semaine du 14 décembre, encore sous la présidence du juge Plamondon (23, 51, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 46 (16 novembre 1889) : 2 (suite: 23, 51, p. 2).
22 No d'identification : 12 662

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le terme de la Cour de Circuit et de la Cour Supérieure a commencé jeudi et est présidé par le juge Plamondon.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 3 (18 janvier 1890) : 2.
23 No d'identification : 12 717

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 20 février, le juge Plamondon a rendu son jugement dans la cause de Champoux vs. Paradis, concernant la contestation de l'élection du défendeur comme marguillier de l'oeuvre et fabrique de Bécancour. M. Plamondon a déclaré l'élection valide.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 8 (22 février 1890) : 2.
24 No d'identification : 12 865

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Aujourd'hui à la Cour Supérieure, a été plaidée, devant son Honneur le juge Plamondon, la fameuse cause des veuves des victimes de la noyade arrivée à Saint-Paul, le 18 avril 1889, contre Arthur Mercier».
- Au terme de la Cour Supérieure qui a eu lieu entre le 18 et le 22 septembre 1890, on apprend que le juge Plamondon n'a pas encore rendu son jugement mais «que son opinion était formée sur les questions de faits et que M. Mercier devait être tenu responsable des suites du déplorable accident [...]. On se rappelle que cinq hommes se sont noyés à Saint-Paul, dans la rivière Blanche, en ouvrant une écluse où l'on ramassait l'eau pour faciliter ensuite le flottage des billots. Le savant juge a attribué l'accident aux vices dans la construction et au mauvais état de réparation de l'échafaudage sur lequel ces pauvres malheureux étaient montés pour ouvrir l'écluse» (24, 38, p. 2).
- Le 1er octobre, en Cour Supérieure, le juge Plamondon a déclaré que la somme de 500$ serait remise à Mme J. Boisvert, 500$ à Mme P. Hince et 75$ à Mme D. Dubois. «Le jugement en faveur de cette dernière est moins élevé parce qu'elle n'a pas d'enfants et qu'elle est remariée. [...] On nous dit que le défendeur se propose de porter ces causes en appel» (24, 39, p. 2).
- Arthur Mercier a finalement été condamné par la Cour Supérieure à payer la somme de 500$ à Mme P. Hince. M. Mercier portera la cause en appel devant la Cour du Banc de la Reine (24, 40, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 24 (19 juin 1890) : 3 (suite: 24, 38, p. 2; 24, 39, p. 2; 24, 40, p. 2).
25 No d'identification : 12 890

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 13 juin, le collège du Sacré-Coeur a célébré la fête patronale de l'institution. Liste des membres du clergé présents. Pour l'occasion, il y a eu une messe solennelle chantée par l'abbé Gauvin (curé de Sainte-Thérèse, N.B.). Le sermon (il est brièvement question du contenu) a été donné par l'abbé C.F. Baillargeon. Les élèves ont eu congé à la suite de la fête.
- Distribution des prix au collège du Sacré-Coeur. Il y a eu 12 diplômés. Parmi les personnes présentes: les curés Charland (Waterville), Baillargeon (ancien curé de Stanfold) et Buisson (Saint-Christophe), Wilfrid Laurier, le juge Plamondon, lesquels ont fait des discours (sauf M. Buisson). La distribution des prix a débuté par la musique de la fanfare. Il y a eu aussi une séance dramatique (24, 25, p. 3).
- Plus de détails sur la distribution des prix: titres des pièces jouées, noms des acteurs, commentaires sur chaque pièce. Concernant les progrès du collège: «Les nombreux élèves gradués qui en sont sortis, occupent aujourd'hui des positions distingués soit dans le commerce, l'industrie, la finance, même les professions libérales». Le journaliste parle ensuite de la contribution du Rév. Milot (chapelain des Frères). Le soir, il y a eu un banquet au collège. Liste des personnes présentes, dont plusieurs membres du clergé, le juge Plamondon, Wilfrid Laurier et M.M. Lavergne, Rainville, Tousignant, Montreuil, etc. Puis, on donne le nom des diplômés, leur discours d'adieu. Ensuite, liste des prix et des élèves méritants. Le nom des cours est aussi donné (24, 26, p. 1 et 4).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 24 (19 juin 1890) : 3 (suite: 24, 25, p. 3; 24, 26, p. 1-4).
1 - 25 sur 48 résultats