Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Institut littéraire
1 - 1 sur 1 résultats Imprimer
1 No d'identification : 5 920

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le journal publie un extrait de l'ouvrage de M. S. Drapeau sur la colonisation (Études sur les développements de la colonisation du Bas-Canada depuis dix ans, 1851-1861).

L'auteur dit que la terre est propice à de nombreuses cultures. Les espèces d'arbres présentes sont: l’érable, le hêtre, le bouleau, le noyer, le pin, le frêne, le cèdre et le chêne. Les «plus grands développements» de la paroisse datent de 1853, ce qui coïncide à peu près avec la mise sur pied du village de L'Avenir. Le village a été nommé ainsi en raison de «l'espoir qu'on nourrissait alors d'en faire bientôt le siège important d'un centre de progrès matériel et intellectuel».

Dix ans plus tard, ce village possède une population composée de gens de métier et une industrie comportant des moulins à scie, des moulins à grains et une fonderie.

Pour le développement de l'instruction populaire, il y a l’Institut littéraire. Le bâtiment de l’organisme comprend une salle de lecture, une bibliothèque et 3 écoles françaises. Les écoles anglaises sont en «grand nombre».

L’Avenir possède une église de 100 pieds de longueur, où réside un prêtre depuis 1854.

Il y a dix ans, la population était de 2 208 habitants, dont 418 Canadiens français. Dix ans plus tard, on compte 3 152 habitants, dont 566 Canadiens français.

Le terrain mis en état de culture est de 11 134 acres, produisant 46 128 minots de grains et 69 357 minots de patates et de navets. En 1861, le nombre d'acres était de 15 947, produisant un surplus de 74 058 minots de grains et de 73 681 minots de patates. On évalue la production du beurre à 109 767 livres et celle des sucres à 55 433 livres.

La valeur actuelle de la propriété foncière du canton de Durham est de 439 525 $. La valeur des instruments agricoles est de 16 817 $ et celle du bétail de 113 768 $.

Deux nouvelles routes ont été construites. Elles partent toutes deux de la station de chemin de fer de Durham, l’une allant jusqu'au canton d'Ely et une l’autre traversant Durham et Wickham pour aboutir à Drummondville.

«Une paroisse nouvelle commence aussi à se développer dans la partie sud du canton Durham, laquelle renferme une population d'environ 900 âmes, dont la moitié de Canadiens français et l’autre moitié d'origine étrangère. Cette mission est placée sous le titulaire de Saint-Fulgence et possède une chapelle de 36 pieds sur 30, construite dans le 10e rang du canton, près de la station de chemin de fer. C'est M. le curé de Saint-André d'Acton qui est chargé de cette desserte.»

Référence
«Colonisation», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 7 (14 janvier 1864) : 2.
1 - 1 sur 1 résultats