Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Watts
1 - 25 sur 50 résultats Imprimer
1 No d'identification : 3 830

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les élections sont finies. Résultats dans le comté de Nicolet : M. Houle est réélu avec une majorité de 11 voix (tableau donnant les résultats par villages). Résultats dans le comté d'Yamaska : M. Wurtele est réélu avec 245 voix de majorité (tableau donnant les résultats par villages). Résultats provinciaux : les conservateurs ont gagné par 52 sièges contre 11 aux libéraux. Un article à propos du candidat défait dans Yamaska. Quatre articles racontant la défaite des libéraux / la victoire des conservateurs dans plusieurs comtés. Tableau résumant les élus du 2 décembre dans tous les comtés de la province. Le libéral Watts l'a emporté dans le comté de Drummond et Arthabaska par 48 voix de majorité : il n'y a ni commentaires ni tableaux des votes.
- Il y a eu une révision par la cour des votes dans Nicolet : Houle demeure élu, par une majorité de 23 voix.

Référence
Le Messager de Nicolet, vol. 1, no 48 (07 décembre 1881) : 2 (suite: 1, 48, p. 3; 1, 49, p. 3).
2 No d'identification : 6 905

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Dimanche dernier, M. Louis Rainville a adressé la parole à St. Cyrille de Wendover en faveur de M. Watts. Il a obtenu un succès complet».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 26 (28 mars 1878) : 6.
3 No d'identification : 6908

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À l'approche des élections, «M. Watts a parlé à Chénier», «M. Rainville a parlé à Ste. Clothilde» et «M. le notaire Laliberté de Warwick a rencontré à St. Albert MM. J. O. Bourbeau et A. Beaubien». De son côté, «M. Auguste Beaudry, Étudiant en droit de ce village, a fait un début des plus heureux à St. Louis de Blandford. Il y a prononcé un discours, qui a produit beaucoup d'effet». Aussi, «À St. Norbert, il y a eu rencontre entre MM. D. O. Bourbeau et M. J. Lavergne». «(MM. Léonard, Nantel et Polette) se sont rencontrés à St. Germain après la messe, à Drummondville après vêpres et à St. Cyrille dans la soirée». «M. L. A. Bernard, le Maire de la paroisse, termina l'assemblée par un magnifique discours en faveur de M. Watts». À Drummondville, il y avait peu d'électeurs, mais ils étaient presque tous partisans de M. Watts». Un certain Hébert, un trouble-fête, a été mis entre les mains de la police. «L'assemblée de St. Cyrille a été favorable à M. Watts». «Nous avons rarement rencontré une population plus calme et plus polie que celle de St. Cyrille». «Somme toute, la journée de dimanche a été excellente pour M. Watts».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 27 (04 avril 1878) : 3-4.
4 No d'identification : 6 935

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Dimanche dernier, MM. Watts et Rainville rencontrèrent M. Cornellier à Ste. Hélène de Chester». Durant cette campagne du dimanche, les libéraux ont frappé fort dans l'esprit des gens de la place.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 28 (11 avril 1878) : 3.
5 No d'identification : 6 946

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Mercredi de la semaine dernière il y avait (une) grande assemblée à St. Norbert. MM. Watts et Léonard s'y trouvaient. MM. Rainville, Cannon et Dorion remportèrent un succès complet sur MM. Cornellier et Bergeron, deux nouveaux arrivés de Montréal».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 28 (11 avril 1878) : 3.
6 No d'identification : 6 952

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Jeudi (de la semaine dernière), assemblée à Ste. Clothilde M. Watts prend du terrain tous les jours dans cette paroisse. L'assemblée a eu un effet magnifique. M. Lavergne y a fait l'un de ses meilleurs discours».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 28 (11 avril 1878) : 3.
7 No d'identification : 6 993

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Plusieurs assemblées ont été tenues dans le cours de «la semaine dernière». À Stanfold, il y avait une telle unanimité en faveur de M. Watts, que M. Léonard a clos l'assemblée en demandant trois hourras pour l'orateur libéral, M. Lavergne. À St. Louis de Blandford, il y eut rencontre entre l'Hon. M. Gaudette et M. le notaire Rainville. La lutte fut courtoise, et tout à l'avantage de M. Rainville».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 29 (18 avril 1878) : 3.
8 No d'identification : 7 026

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«À Tingwick, M. Fitzpatrick, avocat de Québec, rencontra MM. Tousignant et Blanchard. Malgré que M. Tousignant n'ait jamais été bien heureux devant le peuple, l'on peut dire que jamais il ne s'est mieux fait aplatir. M. Fitzpatrick expliqua la politique de l'ancienne administration conservatrice avec un succès magnifique. L'on ne parle pas de M. Blanchard qui est une nullité. Somme toute, succès complet pour M. Watts».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 30 (25 avril 1878) : 6.
9 No d'identification : 7 027

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«À Ste. Clothilde, M. Ol. Beauchesne a dit aux électeurs que l'on ne payait pas de taxe sur un contrat de $299. Avec de tels orateurs, M. Watts peut compter sur 500 voix de majorité».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 30 (25 avril 1878) : 6.
10 No d'identification : 7 036

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Lors des élections du 1er mai 1878, M. Watts a été réélu dans le comté de Drummond-Arthabaska. Stanfold, Saint-Norbert, Saint-Christophe, Sainte-Hélène, Saint-Paul, Tingwick, Saint-Germain ont tous élu un candidat libéral. Le Journal d'Arthabaska affirme qu'il y a eu un balayage libéral dans le comté de Drummond-Arthabaska. Le candidat libéral d'Arthabaska est allé chercher une majorité de 37 voix contre son adversaire M. Léonard.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 31 (10 mai 1878) : 2.
11 No d'identification : 7 055

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Déclarations de Siméon Fraser, notaire de L'Avenir, affirmant que P. L. Tousignant a encouragé de jeunes gens à empêcher Ernest Pacaud de parler. Cet incident serait arrivé à l'occasion du discours échangé entre MM. Watts et Léonard, près du Palais de Justice d'Arthabaskaville.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 32 (16 mai 1878) : 3.
12 No d'identification : 7 060

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Arthabaskaville : «On nous rapporte un autre fait vraiment regrettable. Il paraît que le soir de la votation certaines personnes se sont portées à des actes des plus diaboliques, sur la propriété de notre député local M. Watts. On nous dit que son moulin à scie fut brisé, une scie ronde complètement enlevée, et une bonne clôture en planches brisée sur un parcours de plusieurs arpents. Les dommages sont évalués au-delà de $200. Si ce rapport est exact, tous les honnêtes gens doivent être unanimes à déplorer de pareils excès».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 32 (16 mai 1878) : 4.
13 No d'identification : 7 091

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le Journal d'Arthabaska félicite M. Watts de son opposition farouche face aux conservateurs à Ottawa. Il rappelle que ce député d'Arthabaskaville a reçu une majorité de 400 voix dans le comté Drummond-Arthabaska lors de la dernière élection.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 37 (19 juin 1878) : 2.
14 No d'identification : 7 164

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Watts, député d'Arthabaskaville, a voté pour l'abolition des Magistrats de District. M. Joly a d'ailleurs reçu 20 voix de majorité pour sa motion. Cependant, le Conseil Législatif l'a refusée.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 42 (25 juillet 1878) : 2-3.
15 No d'identification : 7 217

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Dimanche dernier, le 12, les amis de la cause conservatrice avaient invité M. Watts et ses amis de se rendre à St. Germain pour y discuter la politique du gouvernement Joly pendant la dernière session. M. Watts avait été informé qu'il y rencontrerait des adversaires. Sur cette invitation, M. Watts se rendit donc à St. Germain accompagné de MM. Rainville, Lavergne et Cannon». Plusieurs électeurs de l'endroit présents, mais peu d'électeurs provenant de Saint-Guillaume, Drummondville, Grantham, Wickham, L'Avenir, Windsor et Simpson. L'événement ne semble pas jouir d'une grande popularité. Le Journal souligne que les libéraux ont été chaudement applaudis.

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 45 (15 août 1878) : 3-4.
16 No d'identification : 7 259

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«Dimanche dernier, M. Rainville rencontra M. Bourbeau à St. Germain après la messe et le soir à St. Cyrille». À Saint-Germain, M. Watts était aussi présent. «À St. Guillaume, M. Auguste Pacaud rencontra M. Frs. L. Désaulniers, député à la Chambre locale pour le comté de St. Maurice».

Référence
Le Journal d'Arthabaska, vol. 1, no 48 (05 septembre 1878) : 3.
17 No d'identification : 8 107

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il semble qu'il y ait 5 directeurs de la compagnie du chemin à lisses, de Sorel à Drummondville: MM. Hemming, Cook, Millar, Watts et Peid, qui avait été oublié dans un précédent article. On apprend que les Canadiens français de Drummondville seraient depuis quelques années la proie de 4 ou 5 Anglais de cette même ville. Le conseil de ville élu cet hiver serait aussi marqué par la présence dominante des anglophones, malgré le fait que la majorité des habitants soient francophones: il aurait fallu guerroyer sans cesse pour garder la suprématie francophone. On croit que la population ne confiera pas ses fonds à ces individus pour la construction du chemin à lisses. On appelle à une nouvelle élection de directeurs de la compagnie afin que la majorité des directeurs soient francophones, comme l'est la population. Cela ramènerait la concorde et éviterait la haine, la domination et la discorde, et ce serait la seule chance de construire le chemin à lisses.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 4, no 17 (31 mars 1870) : 2.
18 No d'identification : 12 863

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Article sur la campagne électorale dans le comté de Drummond (élections du 17 juin 1890). M. Watts s'y présentera contre M. Fulgence Préfontaine. «Nous aimons bien supporter nos compatriotes, mais il nous semble que dans Drummond et Arthabaska, où il y a trois députés, un au fédéral et deux au local, il ne serait que juste d'élire, au moins, un anglais. Il y a dans Drummond une forte proportion de la population qui est d'origine anglaise, et c'est réellement, de la part du parti conservateur, une provocation pour l'élément anglais de ne pas vouloir laisser élire un seul député de leur origine. Nous protestons contre cette conduite du parti conservateur qui cherche à exciter les anglais contre M. Mercier». L'Union des Cantons de l'Est favorise donc Watts.
- Autre article sur l'élection dans Drummond, où le journal émet ses opinions et ses prévisions (24, 23, p. 2).
- Article où le journal se dit satisfait de l'élection de Watts dans Drummond (et de Cameron, dans Huntington), les deux seuls anglophones élus comme ministériels (24, 26, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 22 (06 juin 1890) : 2 (suite: 24, 23, p. 2; 24, 26, p. 2).
19 No d'identification : 13 616

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y a eu une grande assemblée à Drummondville, le 26 janvier. C'est le candidat conservateur, M. Cooke, qui l'avait convoquée. «Il devait y avoir plusieurs ministres de présents. Au désapointement des conservateurs, M. MacIntosh seul y était avec M. Cooke». Puisque les libéraux avaient été eux aussi invités et qu'ils étaient venus en plus grand nombre (M.M. Watts, Girouard, Desmarais et Lavergne), l'assemblée a été davantage une assemblée libérale. Pour en savoir plus sur les accusations que se sont lancées les partis entre eux, retourner à l'article.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 26, no 4 (28 janvier 1892) : 2.
20 No d'identification : 13 631

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 1er février, grande assemblée à Durham Sud concernant les élections dans le comté de Drummond. Liste des politiciens présents (Watts, Lavergne, Beauparlant, Hamm, MacIntosh et Têtu) et aperçu des discours prononcés. Dans la soirée, il y eut une autre rencontre à Ulverton.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 26, no 5 (04 février 1892) : 2.
21 No d'identification : 13 710

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il devait y avoir un décompte de vote dans le comté de Drummond. Or, lorsque M. Watts s'est rendu au Palais de justice avec ses représentants, les bulletins étaient rendus à Québec. «Le décompte n'eut donc pas lieu et le juge, ce matin, a admis la légalité du fait. M. Cooke est donc élu dans le comté de Drummond».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 26, no 12 (24 mars 1892) : 2.
22 No d'identification : 9 753

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Des élections approchent et le journal se prononce sur les candidats qui vont briguer les suffrages dans Drummond et Arthabaska et dans Mégantic (ainsi que dans Lévis). Il affirme que nul ne peut battre M. Watts dans Drummond-Arthabaska, pas même M. Préfontaine qui est le candidat en vue pour ce comté. Dans Mégantic, M. Irvine est encore seul en lice, mais on souhaite vivement sa défaite.
- On apprend que M. Préfontaine est le candidat officiel contre M. Watts dans Drummond, et qu'au moins 200 anglophones lui ont promis leur appui. Le journal affirme donc que cela risque de changer le cours des élections, puisque ce dernier peut compter sur une bonne partie de l'élément anglais. Il est donc du devoir de tout conservateur, et de tout Canadien français, de favoriser ce candidat, puisque «ce n'est plus une question de parti politique». À Mégantic, M. Grant de Québec se présente contre M. Irvine. À Nicolet, la lutte se continue entre M. Houde, membre du comté, et M. l'avocat Hould. Dans Yamaska, M. Wurtele sera réélu probablement. Les candidats d'autres comtés sont nommés, mais ils ne concernent pas le territoire (15, 47, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 46 (05 novembre 1881) : 2 (suite: 15, 47, p. 2).
23 No d'identification : 9 813

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Dans Drummond et Arthabaska: «MM. Watts et Préfontaine ont été mis en nomination hier. Il y avait environ 200 personnes dans le palais de justice pour y entendre les discours prononcés par les candidats, l'hon. Wilfrid Laurier, MM. Bourbeau, Daoust, Cannon, McDonald et autres [...] M. Préfontaine parait avoir toutes les chances en sa faveur. Libéraux et conservateurs sont convaincus que son indépendance, et sa haute réputation de citoyen intègre en font l'homme du comté et de la circonstance».
- M. Watts l'a emporté par 43 voix de majorité, avec 249 en Drummond contre 206 pour M. Préfontaine en Arthabaska (15, 50, p. 2).
- Le journal tente d'expliquer la défaite de M. Préfontaine par le manque d'organisation et d'appui électoral de la part des conservateurs (15, 51, p. 2). Dans Mégantic: «M. Irvine a enfin rencontré un adversaire en M. Hemming. Celui-ci a représenté Drummond et Arthabaska à la chambre locale, de 1867 à 1871. Il fut, l'année suivante, nommé magistrat de district pour Arthabaska, et en 1878 destitué par le gouvernement Joly...». On retrace son cheminement au sein du parti conservateur.
- M. Irvine élu avec 300 voix de majorité (15, 50, p. 2).
- Dans Nicolet: «MM. Houde et Dorais se disputent le mandat de ce comté. M. Dorais a publié un programme qui certainement offre toutes les garanties quant à ses principes de conservateur. De son côté, M. Houde a un état de services qui s'impose à l'esprit des électeurs, à ceux-ci de faire le choix».
- M. Houde élu par 23 voix de majorité (15, 50, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 15, no 49 (26 novembre 1881) : 2 (suite: 15, 50, p. 2; 15, 51, p. 2).
24 No d'identification : 10 910

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
«L'Union» réplique à «l'Électeur» qui affirme que le whisky a coulé à flot et que l'argent a circulé le jour de l'élection dans Drummond et Arthabaska. «L'Union» dit au contraire qu'il ne s'est jamais déroulé d'élection si paisible et honnête, et qu'il ne s'est pas bu plus de whisky que n'importe quel autre jour. Les questions politiques ont été bien traitées, et autant Conservateurs que Libéraux se sont conduits de façon courtoise. Dans l'article suivant, le journal accuse «l'Électeur» de faux calculs, et rétablit la vérité sur le nombre de voix obtenues par M. Cannon et M. Watts, ce dernier battant en fait M. Cannon. On veut en fait prouver que le parti libéral n'a pas progressé dans le comté, comparativement aux dernières élections fédérales de 1878.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 29 (08 juillet 1882) : 2.
25 No d'identification : 12 431

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Compte rendu de la session de la Cour du Banc de la Reine pour le district d'Arthabaska, tenue le 19 octobre. Le député shérif, J. Powell, s'adressa à l'Hon. juge Plamondon et lui exprima que vu qu'il n'y avait aucune cause criminelle à soumettre au tribunal, il se devait, selon les usages antiques, de lui remettre une paire de gants blancs, «en témoignage de la moralité presque immaculée de ce district». Le juge accepta et reconnut la moralité exceptionnelle de ce district, pourtant étendu et populeux, par l'absence en deux termes consécutifs de causes au criminel. Il remercia M. Georges Étienne Rioux, magistrat de district, pour son assistance assidue dans l'administration de la justice. Ensuite, Son Honneur attira l'attention de l'audience sur la cause impliquant la Corporation du canton de Warwick dans l'affaire des chemins d'hiver. Il exposa son mécontentement de voir le Gouvernement du Québec intervenir en ordonnant au shérif de suspendre la sentence à l'égard de la corporation. Il rappela que le shérif n'était point l'officier du gouvernement, mais de la cour fédérale. Il le somma d'agir rapidement, sans quoi le gouvernement verra que «le bras de la justice est assez long pour atteindre même les ministres provinciaux qui se permettent d'agir ainsi»,
- Dans le numéro suivant, le journal commente les remarques du juge Plamondon et émet son opinion sur l'exercice du pouvoir exécutif dans pareille situation. Dans la même page, on retrouve une lettre d'Eugène Crépeau qui tente de dénoncer l'injustice qui, d'après lui, a été commise à l'égard de la municipalité de Warwick. Il rapporte quelques faits en rapport avec l'incident judiciaire en question, pour justifier les agissements du gouvernement, qui a agi en toute justice, selon lui. Il souhaite que chacun reste «dans les limites du rôle que la loi lui assigne» (16, 45, p. 2).
- Long article du journal qui expose son opinion sur la façon dont certains journaux traitent l'incident judiciaire précédent, et qui présente ses réflexions sur les agissements du juge et des ministres provinciaux sur la question d'intervention. Il affirme que toute cette histoire n'aura eu pour effet que d'affaiblir le respect de la population à l'égard de l'autorité judiciaire et exécutive (16, 47, p. 2).
- Autre article sur l'incident judiciaire en question, qui a fait l'objet d'un débat en Chambre. On relate les propos de différents membres de l'Assemblée législative sur le sujet, dont le député du comté, M. Watts. Ce dernier a affirmé que l'intervention du gouvernement n'était pas justifiable (17, 7, p. 2).

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 16, no 44 (21 octobre 1882) : 2 (suite: 16, 45, p. 2; 16, 47, p. 2; 17, 7, p. 2).
1 - 25 sur 50 résultats