Ce site est une réalisation
du Centre interuniversitaire
d'études québécoises (CIEQ)

Fichiers documentaires

Index onomastique

Paradis
1 - 11 sur 11 résultats Imprimer
1 No d'identification : 213

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Paradis a fini de vendre ses voitures d'été. Il embaucherait 2 ouvriers pour aider dans la construction des 200 voitures d'hiver qu'il prévoit fabriquer.

Référence
Le Mégantic, vol. 1, no 29 (30 juin 1900) : 2.
2 No d'identification : 6 537

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Il y aura une maison d'éducation pour les filles à la Baie-du-Febvre (l'idée vient du curé, M. Paradis). Pour cela, une maison en briques d’une valeur de 4 400 $ sera construite. Elle sera terminée en septembre 1865. Le montant vient en partie de l'argent de la fabrique (2 000 $) et le reste, de souscriptions volontaires.

Les dames de l'endroit organiseront un bazar et les profits serviront à acheter des meubles pour le couvent. Pour ramasser des fonds, deux soirées dramatiques sont organisées par une société d'amateurs, sous la direction du docteur Mignault.

- On parle encore de ces événements dans l’édition suivante du journal, en page 3.

Référence
Le Défricheur (Avenir), vol. 3, no 34 (19 juillet 1865) : 2 (suite: 3, 35, p. 3).
3 No d'identification : 12 561

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les 6 et 7 novembre dernier, le juge Plamondon a entendu la cause Champoux vs. Paradis, ayant «pour objet de régler les difficultés survenues à l'occasion de l'élection du défendeur comme marguillier. Cette cause a été transférée de Trois-Rivières jusqu'ici, sur réccusation du juge Bourgeois».

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 23, no 45 (09 novembre 1889) : 2.
4 No d'identification : 12 717

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Le 20 février, le juge Plamondon a rendu son jugement dans la cause de Champoux vs. Paradis, concernant la contestation de l'élection du défendeur comme marguillier de l'oeuvre et fabrique de Bécancour. M. Plamondon a déclaré l'élection valide.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 8 (22 février 1890) : 2.
5 No d'identification : 13 075

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À Bécancour, une élection de marguilliers a été contestée en décembre 1887 (celui qui avait été élu est Eusèbe Paradis). La cause fut entendue à Trois-Rivières, puis à Arthabaska. Le 20 février dernier, le juge Plamondon a décidé de maintenir l'élection de M. Paradis. «La Cour de révision vient de renverser ce jugement, et d'annuler cette élection de marguillier». La cause sera portée en appel devant la Cour du Banc de la Reine.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 24, no 39 (02 octobre 1890) : 3.
6 No d'identification : 13 412

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Les commissaires d'école de Stanfold ont «consenti à garder leur position», le 13 juillet au bureau de poste chez le notaire J.A. Hébert. Ceux qui s'étaient présentés au poste: M.M. Bordeleau et Baril (marchands) et M.M.Paradis et Jutras.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 25, no 28 (16 juillet 1891) : 2.
7 No d'identification : 12 203

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
Réunion de la Cour de Victoriaville des Forestiers Indépendant no. 1258. Résolutions de condoléances pour MM. Tourigny, Paradis, Auger et Bourbeau et de félicitations pour le mariage de M. Poitras (secrétaire).

Référence
L'Écho des Bois-Francs, vol. 12, no 40 (03 mars 1906) : 1.
8 No d'identification : 13 396

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
M. Philippe Bellefeuille établira une ligne régulière entre Trois-Rivières et Nicolet dès le printemps. Il sera en société avec un monsieur Paradis de Québec. M. Bellefeuille mettra à la disposition du public voyageur un petit bateau à vapeur pouvant contenir 200 passagers.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 18, no 12 (01 mars 1884) : 2.
9 No d'identification : 14 864

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
La débâcle sur la rivière Bécancour a été vraiment remarquable cette année. On ne se souvient pas d'avoir connu une inondation aussi importante, surtout à Blandford. Les ravages causés par la digue sont sans précédent dans l'histoire de la paroisse. Des moulins, des granges, des ponts, des milliers de perches considérés comme inaccessibles à l'eau ont été emportés ou fort endommagés par les glaces. À l'endroit ordinaire de la traverse chez M. F. Beaudet, le terrain
est couvert d'énormes glaçons entassés les uns sur les autres, sur un parcours de quatre ou cinq arpents à la ronde. La voie publique est donc obstruée par ces énormes banquises qui peuvent mesurer jusqu'à sept ou huit pieds de hauteur. Certains monticules atteignent jusqu'à quinze pieds par endroit, et il faudra attendre que le soleil les fasse fondre. On a organisé temporairement une traverse régulière vis-à-vis la chapelle du village. Environ 40 000 billots auraient été entraînés avec les glaces ou refoulés par la digue sur des distances considérables dans les terres. Les propriétaires de ce bois sont surtout M. Hall de Québec, Hall de Bécancour, Paradis de Lévis, Gouin de Nicolet. Leurs pertes sont sérieuses. Il y a aussi de grands ravages à Bécancour, principalement aux moulins de M. Hall. Une grande partie du village aurait failli être rasée et l'eau serait venue battre les marches de la galerie du presbytère.

Référence
L'Union des Cantons de l'Est, vol. 19, no 21 (02 mai 1885) : 2.
10 No d'identification : 44485

Collection
Société d'histoire de Drummond

Information documentaire
« Un incident se produit aux assises criminelles d’Arthabaska, mardi »

Le juge a prononcé une adresse en français seulement, alors que le jury était mixte. Les grands jurés ont été obligés de recommencer leur travail.

- Parmi les causes entendues, on note l’affaire de James Pardy. Il est accusé de meurtre sur trois nouveaux nés. Wilfrid Couture et Charles-Edouard L’Heureux, de St-Guillaume, ont été accusés d’assaut grave. Finalement, un dénommé Paradis, de Victoriaville, a été accusé pour l’incendie d’une manufacture.

Référence
«Un incident se produit aux assises criminelles d’Arthabaska, mardi», La Parole (27 octobre 1932) : 1.
11 No d'identification : 6 131

Collection
Centre interuniversitaire d'études québécoises

Information documentaire
À propos de Chester (d'après un extrait de l'ouvrage de M. S. Drapeau):

Le canton est bordé par Tingwick et Halifax. Il y a aussi Arthabaska au nord-ouest, de même que Ham et Wolfestown au sud-est.

En 1851, la population était de 190 occupants de terre sur 931 habitants. Toujours en 1851, il y avait 2 047 acres de défrichés; on y produisait 9 184 minots de grains et 5 410 minots de patates et de navets.

En 1861, la population avait augmenté à 535 occupants de terre pour un total de 3 400 personnes. Il y avait 12 154 acres de terre en état de culture pour la production de 47 674 minots de grains, 53 680 minots de patates et de navets et finalement, 1 663 tonneaux de foin.

«Les bois francs de ces cantons offrent une précieuse source de richesse». De plus, «MM. Goodhue et Emerson possèdent dans le canton de Chester une perlasserie qui fabrique pour une valeur de plusieurs milliers de louis, chaque année». Le sol y est favorable à l'agriculture.

On y retrouve de l’érable, du hêtre, de pin, du bouleau, de l’orme, du bois blanc, du noyer, du cèdre, de la pruche et de la sapinette.

Le terrain est accidenté et arrosé par des branches de la rivière Bécancour et Nicolet. À l'intérieur du canton, le chemin Craig croise le chemin Mégantic, lequel part de Saint-Christophe d'Arthabaska. Une autre route part de la frontière entre Halifax et Chester-Est et se rend dans le 10e rang de Chester-Ouest, soit à la jonction des chemins Craig et Mégantic.

Le comté de Chester compte deux paroisses soit, Saint-Paul et Sainte-Hélène. La première, qui se situe dans la partie ouest, possède un prêtre résident depuis 1860. L'autre paroisse, à l'est, a pour prêtre celui de Saint-Norbert d'Arthabaska.

Saint-Paul
La population de Saint-Paul est composée de 302 familles pour un total de 1 876 personnes, tous Canadiens français, sauf une seule personne.

On compte 5 873 acres de terres en culture, sur 22 962 acres possédés. On y produit 38 615 minots de grains, 30 918 minots de patates et de navets et 897 tonneaux de foin. Les produits transformés sont estimés à 29 815 livres de sucre et 7 841 livres de beurre.

La valeur totale des propriétés foncières est évaluée à 184 667 $ et celle du bétail est estimée à 27 555 $.

Selon M. Emerson, qui répare le chemin Craig, «le sol est très productif et bien boisé; [...] les pouvoirs d'eau sont nombreux, et [...] l'on a trouvé du minerai de cuivre dans plusieurs cantons environnants». «Il paraît qu'il se fait un grand commerce de bois dans la vallée de la rivière Nicolet».

Il y a quatre écoles, où vont 149 enfants. La chapelle de Saint-Paul mesure 50 pieds par 40.

Sainte-Hélène
Dans la paroisse de Sainte-Hélène, la population est de 239 familles pour un total de 1 524 habitants. Sur ce nombre, seulement 3 personnes ne sont pas canadiennes-françaises.

Il y a 6 281 acres de terres en culture sur 16 994 acres possédés. En 1860, on y produisait 29 029 minots de grains, 22 762 minots de patates et de navets, 18 146 livres de beurre et 34 046 livres de sucre d'érable.

Il y a une chapelle de 50 pieds sur 40. Il y a 3 écoles, pour 101 étudiants.

Selon M. Paradis, le «conducteur du chemin de Ste. Hélène à St. Paul», le terrain serait «assez bon et couvert de bois mêlé». Il y a deux pouvoirs d'eau de 12 milles de long. Toujours d'après M. Paradis, 75 nouvelles familles se seraient installées à Sainte-Hélène de 1858 à 1860.

Au total, les propriétés foncières sont évaluées à 121 695 $. Les instruments d'agriculture sont estimés à 2 736 $ et le bétail à 31 189 $.

Le chemin le plus important est celui de Mégantic.

Référence
«Colonisation, comté d’Arthabaska», Le Défricheur (Avenir), vol. 2, no 13 (25 février 1864) : 1.
1 - 11 sur 11 résultats